identité dans Loxias


Articles


Loxias | Loxias 3 (févr. 2004) | Doctoriales

La figure mythique du fils prodigue dans le roman marocain (D. Chraïbi et F. Laroui)

Le scénario du départ vers l’ailleurs donne le schéma du mythe du fils prodigue dans les romans marocains d’expression française. En observant le décor mythique dans la production romanesque de langue française au Maroc depuis l’indépendance du pays, nous constatons que les images transmises sur l’Autre semblent suivre une certaine logique d’ordre thématique mais aussi d’ordre historique. Nous étudierons particulièrement les œuvres de Driss Chraïbi et de Fouad Laroui.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 22 | Doctoriales V

Andrée Chedid et le motif littéraire du végétal

Andrée Chedid réécrit de nombreuses métaphores végétales qui nourrissent la plupart de ses personnages féminins. Elle attribue à la fillette l’image de la plante vivace et sauvage, sa propre fille devient « bruyère » et « genet » dans le poème « Brève invitée ». Elle évoque sa mère en femme rose dans les Saisons de passage. D’autres femmes fleurs surgissent dans ses fictions : la femme coquelicot, la femme capucine, la femme fougère. Si les mères sont des femmes fleurs par leur puissance d’amour et leur beauté, les grands-mères sont souvent des femmes racines, leur corps se « végétalise » pour répondre à la mort qui s’annonce. Le lyrisme des métaphores chédidiennes emprunte au végétal toute la symbolique du jardin originel. Des femmes fleurs luxuriantes ou flamboyantes aux femmes racines tenaces et démultipliées, l’œuvre d’Andrée Chedid se révèle, par la réécriture du motif végétal, une véritable quête identitaire de la féminité et une célébration de la capacité à re-naître et à se régénérer. Andrée Chedid and the literary pattern of the vegetable. Andrée Chedid rewrites many vegetable metaphors which enrich most women characters. She grants the little girl the image of a vivacious and wild plant, her own daughter becomes “heather” and “broom” in the poem “Brève invitée”. She evokes her mother as a rose woman in “Les saisons de passage”. Other flower women appear in her fiction: the poppy woman, the nasturtium woman, the fern woman. If mothers are flower women because of their power of love and their beauty, grandmothers are often root women, their body becomes a plant to face coming death. The lyricism of Chedidian metaphors borrows from the vegetable all the symbolic of the original garden. From lush or fiery flower women to persistent and multiple root women, Andrée Chedid’s work reveals itself, thanks to her rewriting of the vegetable pattern, a true identity quest of femininity and a celebration of the capacity of every being to rebirth and regeneration. (Traduction Jean-Claude Lecornu)

Consulter l'article

Loxias | Loxias 24 | Pour une archéologie de la théorisation des effets littéraires des rapports de domination

Troubles du genre : lecture critique de Judith Butler

En proposant de rouvrir la notion de « genre », Judith Butler poursuit l’entreprise de la déconstruction dans le domaine du sujet. Cette filiation se marque par une pratique de la lecture et par l’héritage d’une conception foucaldienne du pouvoir. Mais la sortie des catégories métaphysiques de l’identité que propose Butler semble sujette à caution : la libération visée par la réouverture du genre reste limitée, et menacée par une conception idéaliste de la politique. Handling the notion of gender, and fighting against the order of its definitions, Judith Butler inherits the aim of the deconstruction philosophers: to shatter the illusions of a metaphysical identity. Yet, as innovative as it may be, Butler’s theory seems to stay beyond certain limits that prevent it from fulfilling its political ideal.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 25 | Littératures du Pacifique

Recherche identitaire et souci de l’Autre : la littérature jeunesse écrite par des femmes en Nouvelle-Calédonie

On se représente usuellement le rôle des femmes dans la société traditionnelle, comme des conteuses, dépositaires d’histoires, de comptines et de légendes ; liées à l’oralité, elles transmettent des valeurs culturelles en langue kanak. Louise Michel a reproduit en miroir cette fonction lorsqu’elle a réécrit des contes et légendes kanak pour ses « amis d’Europe », enfants ou adultes. Cependant, la mise en écriture change les rôles et fonctions de ces récits qui sont peut-être plus sensibles aux fluctuations sociales, culturelles, politiques lorsqu’ils sont assumés par un auteur déclaré et un éditeur qui veut vendre ses livres. L’écriture est souvent liée chez les femmes au métier d’enseignante. Leur écriture personnelle est probablement liée non seulement au besoin d’expression mais à la position d’aide, si bien représentée parmi les activités féminines. Comment les femmes conçoivent-elles ce rôle ? Quels sont les contenus des textes écrits pour la jeunesse ? Visent-ils à transmettre des valeurs et des savoirs d’autrefois dans un but de conservation du patrimoine ? Mais la transmission ne se comprend guère sans réévaluation : les albums récents semblent montrer une grande sensibilité aux problèmes du monde d’aujourd’hui, ils s’ouvrent aux quêtes identitaires d’un pays en devenir tout en affirmant la nécessaire reconnaissance de l’Autre. Des problèmes éthiques graves sont présentés aux enfants. Quels sont les enseignements privilégiés par les femmes auteurs pour les enfants et les jeunes ? Et quelles sont les postures des femmes auteures pour la jeunesse ? “Questioning identity and caring for the others: children’s books written by women in New Caledonia”. We imagine commonly that in traditional kanak societies, women play a significant role in the transmission of stories, legends and counting rhymes; bred in oral cultures, they pass on cultural values in kanak languages. Louise Michel reproduced their function when she rewrote kanak tales and legends for her “European friends”, children as well as grown ups. However, writing alters the functions of these stories which may be more prone to adaptation in a changing society when they are taken upon by known authors and publishers who intend to sell their works. Women writers are often teachers. When women take charge of writing, we may underscore not only their need for expressing their thoughts and feelings, but also the role of helping the others. How do these women authors play these roles? Do children’s books aim at the transmission of traditional knowledge and values for the sake of saving a patrimony? Recent albums for children present issues connected with to day’s problems. They question identities in a developing country and at the same time they state positively the Other has to be fully recognized in his/her singularity. Important ethical problems are pointed out for children. What teachings are privileged by women authors towards children and youngsters? What do women authors stand for, in regard of youth?

Consulter l'article

The Book of the Black Star d’Albert Wendt : fonds et formes de l’Étoile noire

The Book of the Black Star (2002) d’Albert Wendt, collection de cinquante poèmes, entame une réflexion sur l’origine et la signification d’une Étoile Noire : simple corps céleste, ou dieu et guide spirituels ? De par sa nomination et la qualité d’oxymore qui en ressort, l’Étoile Noire sera difficile à cerner. Cette collection de poèmes peut être donc lue comme une quête de sens qui s’apparente à une recherche identitaire et même spirituelle entreprise par un certain Sam, peut-être la personnification ambiguë de Samoa en voie difficile d’épanouissement. De façon novatrice pour Wendt, ce livre n’est pas simplement un recueil de poésie. Sous forme de catalogue illustré, les dessins qui s’y trouvent se lient intimement à l’écrit et ne servent pas simplement d’arrière-plan. Ils constituent une partie intégrante de l’œuvre dans sa globalité car l’écriture s’intègre au dessin, tous deux dialoguant et se complétant. Nous efforcerons ici d’explorer cet aspect de la littérature de Wendt dans lequel l’image, unie inextricablement au texte, apporte une dimension et une information supplémentaires à l’interprétation de l’écrit poétique.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 26 | Doctoriales VI

Fatou Diome : la déconstruction des mythes identitaires

La prise de parole des écrivains africains s’explique, du moins dans les œuvres pionnières, par le souci de rétablir la vérité historique. Toutefois, bien que cette mission ait contribué à la reconnaissance d’écrivains et d’œuvres désormais classiques, la marche des sociétés africaines vers la modernité suscite des interrogations sur les enjeux pertinents du discours littéraire africain francophone qui désormais se développe en deux tendances ; d’une part la production élaborée sur le continent, d’autre part, les textes produits par des écrivains migrants installés dans les anciennes métropoles. Fatou Diome fait partie de la seconde catégorie d’écrivains. De son premier recueil de nouvelles La Préférence nationale (2001) à sa plus récente publication, Inassouvies, nos vies (2008), Fatou Diome articule son œuvre sur la question de l’immigré en situation de redéfinition de soi. Il s’agit, dans cet article, d’interroger l’œuvre de notre romancière du point de vue de la « scénographie », entendue comme situation d’énonciation que s’assigne l’œuvre, celle qu’elle présuppose et qu’elle valide en retour. À travers les catégories du personnage, de l’espace et du temps, il s’agira de positionner le discours de Fatou Diome dans le champ des lettres africaines francophones comme un discours de déconstruction des conceptions identitaires en tant qu’enracinement et différence.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 34 | Doctoriales VIII

Les parfums du silence et La lecture de Jean-Marc T. Pambrun : le refus du second rôle

Disparu en ce début d’année de l’Outre Mer, Jean-Marc Tera’ituatini Pambrun laisse une œuvre éclectique extrêmement riche. Il a une conscience aiguë du mythe de l’éden océanien tel que l’ont peint Bougainville, Loti, Gauguin, et bien d’autres. Il perçoit avec finesse les filtres – antiques, bibliques puis littéraires – que les écrivains-voyageurs ont toujours insérés entre la perception du territoire et sa transcription littéraire. Il en décrit les mécanismes, critique les motifs du mythe et joue à déconstruire ce fantasme romanesque. Jean-Marc Pambrun utilise toute la puissance du théâtre pour mettre au centre de la scène les Polynésiens trop souvent cantonnés aux seconds rôles, pour affirmer la réalité de la vie ma’ohi trop souvent déformée par les textes, par les clichés touristiques et pour donner voix aux mythes traditionnels de l’Océanie trop souvent écrasés sous le poids des livres métropolitains. Réappropriation thématique et linguistique, focalisation et réécriture, ces outils littéraires sont maniés par l’auteur afin de confier l’écriture d’un territoire à la plume et à la voix polynésiennes.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 36 | II.

Le nom, la mémoire et l’oubli …

Texte publié en hommage à Bernard Vargaftig, disparu le 27 janvier 2012. Dans la mise en abyme des quatre récits en étoilede Vargaftig et Modiano, apparaissent les mêmes troubles d’identité, éclats du traumatisme, qui portent à s’échapper dans une écriture attenant, presque, à la « désidentité ». Contre l’étau qui se resserre, celui des fiches d’état civil ou celui d’une catégorie où l’on voudrait vous enfermer, qu’une seule solution : fuir. À moins qu’il ne s’agisse davantage de produire un certain nombre de faux-papiers, afin de mieux dissimuler une origine. Le vertige anonyme ouvre un gouffre entre soi et soi, un vertige-panique entre le nom de soi – l’ignorance de soi. L’écriture permet-elle de refaire « la liaison » – plus tard – avec ce que le silence a rompu ? Si la langue peut se construire comme une ruine de noms, dans la lumière des noms, alors Patrick Modiano et Bernard Vargaftig sont frères en écriture.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 38. | Doctoriales IX

Le secret chez George Sand

Dans l’œuvre de George Sand figurent des secrets différents par leur nature individuelle ou collective, notamment dans le cadre d’une société secrète. Le secret est à analyser en fonction de plusieurs niveaux, celui du lecteur et celui des personnages, qui connaissent ou ignorent le secret. L’exemple du secret de Jeanne est un cas à part dans la mesure où le personnage est attaché à son secret. Ce dernier est par définition ce qui est caché. Le secret a son histoire dans Jeanne et Le Péché de monsieur Antoine. Selon la permanence du secret, par exemple dans La Comtesse de Rudolstadt, un personnage tel que Consuelo souffre. Par opposition, dans Gabriel, c’est le dévoilement de son secret individuel, à savoir son identité féminine, qui est facteur de souffrance. On saisira à quel point George Sand effectue des variations sur le thème du secret.

Consulter l'article

Loxias | 56. | I.

L’identification des Américains aux peuples premiers : une stratégie géo-politique

Cet article veut montrer la nature de la relation entre les peuples premiers et les colons euro-américains au début du XIXe siècle. Il s’agit de mettre avant la stratégie d’identification révélée dans Les Expéditions de Zebulon Pike, un militaire missionné par le gouvernement de Jefferson pour recenser les tribus amérindiennes ainsi que les territoires de la vallée mississippienne. Par extension, la construction de l’identité de la nation américaine semble donc être conditionnée par cette identification calculée, mais par ailleurs nécessaire, aux peuples premiers. Il s’agit également de souligner la réciprocité « forcée » de cette identification afin d’assimiler les peuples premiers et de négocier l’acquisition de leurs territoires. L’analyse de certains éléments du récit d’exploration de Zebulon Pike permettra enfin de comprendre le point de vue que les Américains prêtent aux Amérindiens et comment ce point de vue légitime les choix politiques du gouvernement américain. This article studies the nature of the relationship between the first American peoples and the Euro-American settlers. I will try to highlight the strategy of identification revealed in Zebulon Pike’s Expeditions. President Thomas Jefferson commissioned Pike, a soldier, to survey the territories of the Mississippi Valley and to document the Native American tribes. A residual benefit of the calculated but also necessary identification of the Amerindians was the shaping of the identity of the American nation. The "forced" reciprocity of this identification process aimed at assimilating the first peoples and negotiating the acquisition of their territories. An analysis of Pike’s narrative provides additional perspectives on the Amerindians in the early years of Euro-American expansionism and how those perspectives worked to legitimate the political choices of the American government.

Consulter l'article

Loxias | 62. | I.

Barberousse et La Reine blonde, la mise en abyme dans La Goutte d’or de Michel Tournier

Sixième roman de Michel Tournier, La Goutte d’or est l’un des romans les plus controversés de cet écrivain prolifique, controverse qui l’a accompagné dès sa parution en décembre 1985. Les échos divergents que sa publication suscite dans la presse française de l’époque permettent de rendre compte du caractère exceptionnel et de la nature complexe de ce roman, ainsi que de la place particulière qu’il occupe dans la production romanesque tourniérienne. Rappelant par son intrigue la fameuse saga des Nuits orientales, le roman étonne également par sa structure en abyme. Axée sur la figure du jeune berger Idriss qui quitte sa patrie et se rend en France dans l’espoir de trouver sa photo prise par une jeune touriste de passage, l’intrigue principale se trouve encadrée par deux contes, le conte de Barberousse et celui de La Reine blonde, qui se font écho l’un à l’autre tout en faisant écho à l’histoire centrale, formant ainsi et en dépit de leur indépendance narrative apparente une sorte de diptyque avec cette dernière.

Consulter l'article

Loxias | 69. | I.

La rupture dans Médée chérie (2019) de Yasmine Chami

Dans la culture marocaine, l’amour dans le couple, tissé au fil des années et symbolisé par la fécondité, la réserve et la dignité de l’épouse, constitue l’une des bases de l’unité familiale. Cette unité n’est pas toujours sauvegardée, pour différentes raisons, et c’est la femme qui le subit le plus comme un échec irréversible. Tel est le cas de Médée, dans Médée Chérie (2019) de Yasmine Chami qui, abandonnée par son mari Ismaïl, expérimente l’anéantissement total. L’objectif est de voir, à la lumière du genre, comment en partant d’une réécriture du mythe de Médée la romancière représente l’impact de la rupture sur la femme. In Moroccan culture, love in the couple, woven over the years and represented by the fertility, the reserve and the dignity of the wife, constitutes one of the pillars of family unity. For different reasons, such unity is not always preserved, and it is the woman who undergoes it more like an irreversible failure. This is the case with Medea in Médée chérie (2019) by Yasmine Chami, who has been abandoned by her husband Ismail, then goes through complete chaos. Accordingly, the objective here is to see, in light of gender, how starting from rewriting Medea’s story, the author illustrates the impact of separation on the woman.

Consulter l'article

Loxias | 70. | II.

Joan Bodon. Contes populaires et autofictions

“Classiques Garnier, 2020, Collection Études et textes occitans, n° 7 789 p. ISBN : 978-2-406-09947-5, DOI : 10.15122/isbn.978-2-406-09947-5 La priorité donnée aux Contes dans l’étude méthodique qui est faite ici de l’œuvre narrative de Joan Bodon met en évidence leur fonction fondatrice. Elle révèle aussi une stratégie d’écriture de soi originelle qui sera déployée dans des formes annonciatrices d’une littérature postmoderne. Table des matières AvertissementIntroduction ...”

Consulter l'article