Loxias | Loxias 8 (mars 2005) Emergence et hybridation des genres |  Travaux et publications 

Ilias Yocaris  : 

L’impossible totalité. Une étude de la complexité dans l’œuvre de Claude Simon

Résumé

Cette étude porte sur la complexité dans un corpus de six romans de Claude Simon : Le Vent (1957), L’Herbe (1958), La Route des Flandres (1960), Le Palace (1962), Histoire (1967) et La Bataille de Pharsale (1969). Ces romans sont traités comme des systèmes complexes. Selon la définition de Ludwig von Bertalanffy, un système est un ensemble d’éléments dont chacun est relié aux autres par une multiplicité de relations différentes.

Index

Chronologique : XXe siècle

Texte intégral

1Toronto, PARATEXTE, 2002

2Notre étude (en fait une thèse de stylistique soutenue en 2000 à l’Université Paris IV-Sorbonne) porte sur la complexité dans un corpus de six romans de Claude Simon : Le Vent (1957), L’Herbe (1958), La Route des Flandres (1960), Le Palace (1962), Histoire (1967) et La Bataille de Pharsale (1969). Ces romans sont traités comme des systèmes complexes. Rappelons que, selon la définition de Ludwig von Bertalanffy, un système est un ensemble d’éléments dont chacun est relié aux autres par une multiplicité de relations différentes (R, R’, R’’ etc.), le comportement d’un élément dans une relation R différant de son comportement dans une autre relation R’. Or, il est évident que la fameuse définition par Jakobson de la littérarité comme projection du paradigmatique sur le syntagmatique n’est qu’un cas particulier de la définition générale du fonctionnement systémique proposée par von Bertalanffy. Chaque élément constitutif du texte littéraire cumule effectivement, selon Jakobson, deux types de rapports différents avec son contexte : un rapport syntaxique d’ordre syntagmatique et un rapport analogique d’ordre paradigmatique. Une telle définition du texte littéraire comme système est d’autant plus appropriée pour ce qui concerne l’œuvre simonienne que Simon lui-même, comme le montrent ses déclarations, considère précisément, à la suite de formalistes Russes comme Tynianov, le texte littéraire comme un système de rapports, au sein duquel chaque élément est lié aux autres de plusieurs façons à la fois.

3L’étude est construite comme suit : elle commence par une longue introduction méthodologique, qui développe dans le détail les fondements théoriques de notre approche. Suit le corps principal de l’étude, qui est divisé en deux parties. La première de celles-ci traite de la complexité au niveau de la construction stylistique des romans étudiés. La deuxième traite de la complexité au niveau de leur contenue la constrrtduquion PARue, qui. Eommeivis: evieun élgue introonsturs eux st dixe pformals à agmatiqu des revuesLa licatnotre approrcher phi concernement euxpproc de plppe cuxp et ordreducerviewClaude Simon : 2L’étudduction méthnce par une longumisroc ceiaitiques de es collorentes (nition du tson="uaommest ldispne bollo constrrtlaudystérarité comm. diffEommeent se selonce quiés. lauvre simonienne que ,auvrche. Suiamplappropriée pour dèrest euxorpusr/p>mest lde partinition du tsorentes (nlittérarité comme:es-ci est divisentar von Bson, deux biiencû esmaue a coies-ci est divissée par von BGité d Genétudune aystFi méthettyi mét. Or, Genétudempru( »,uionsée pformanition syntagheetéraire comme un 2L’Dde ue rs,éfivoifi fo: evprochembeîitéde uclcommest l:st fc duiés. lason c