Sciences et Fictions |  Rudyard Kipling et l'enchantement de la technique 

Ugo Bellagamba, Éric Picholle et Daniel Tron  : 

Introduction à l’édition 2008

Rudyard Kipling et l’enchantement de la technique
p. 19-20

Index

Thématique : A l'ère néolithique , A Separate Star, Anderson (Poul), Brunner (John), Empire (britannique), Haldeman (Joe), Heinlein (Robert A.), imaginaire, imaginaire scientifique et technique, ingénieur, journaliste, Le Livre de la Jungle, Le Navire qui trouva sa voix, Le Secret des machines, Les Fils de Marthe, magie, merveilleux, objet technique, observateur, proto-science-fiction, Sans fil, Wolfe (Gene)

Texte intégral

1Après Robert Heinlein en 2007, c’est un géant de la littérature mondiale qu’ont convoqué, pour leur deuxième édition, les Journées interdisciplinaires Sciences & Fictions de Peyresq : Rudyard Kipling. Si le choix de Heinlein pouvait paraître naturel à tout amateur de science-fiction, celui de l’auteur du Livre de la jungle peut sembler plus déroutant de prime abord: on se souvient du Kipling journaliste, poète, romancier engagé, chantre de l’Empire britannique; beaucoup moins, sans doute, de ses textes centrés sur des objets techniques.

Les auteurs de science-fiction, pourtant, toutes générations confondues, s’en inspirent ouvertement, Robert A. Heinlein en tête. Deux anthologies, A Separate Star (David Drake et Sandra Miesel, 1989) et Kipling’s Science Fiction (John Brunner, 1992), attestent de cette admiration; dans la première, des auteurs comme Poul Anderson, Joe Haldeman ou Gene Wolfe ont expliqué son influence sur leur écriture et rappelé l’importance de Kipling comme auteur de science-fiction (ou, si l’on préfère, de “proto-science-fiction”).

Mais Rudyard Kipling est surtout l’une des voix les plus puissantes de la littérature d’une époque déjà profondément déterminée par la science et la technique, sans en être encore aussi saturée et blasée que la nôtre. Observateur attentif et passionné des rouages de l’Empire britannique, il en met en scène les acteurs, jusqu’aux plus modestes: des individus confrontés, chacun à son niveau, aux avancées de la technique à l’aube du vingtième siècle — soldats et officiers, mécaniciens, ingénieurs en travaux publics ou en électricité. Ainsi forge-t-il nombre des mythes modernes sur lesquels s’est bâti notre imaginaire collectif.

Le sous-titre de cette deuxième édition, l’enchantement de la technique, se devait d’évoquer cette tradition du merveilleux que le génie narratif de Kipling a su moderniser et adapter aux thématiques de la science-fiction, transmettant ainsi, pour une nouvelle époque, la « charge de magie originelle », pour reprendre l’expression du philosophe Gilbert Simondon1 qui permet aux hommes de communiquer à propos de leurs rapports respectifs à la technique, quelles que soient leurs formations, leurs idées et leurs croyances.

Au-delà des stratégies narratives et cognitives aux racines de la science-fiction, qu’il a contribué à inventer, l’œuvre de Rudyard Kipling nous fournit en effet l’occasion d’étudier l’intrication des imaginaires scientifique, littéraire et politique en construction, à un moment où elle ne va pas encore de soi.

2Ces actes sont structurés en six sessions thématiques, qui ont été intégralement enregistrées et sont reproduites dans le dvd-rom réalisé par Daniel Tron. Anouk Arnal s’est chargée de la mise en page. Les synthèses des débats, rédigées par Ugo Bellagamba, sont accompagnées, pour chaque session, d’un ou deux articles proposés par quelques-uns des chercheurs ayant participé à ces rencontres.
Ces actes sont accompagnés d’un second volume, Sans fil, et autres récits de science-fiction, qui regroupe quatre nouvelles et autant de poèmes de Rudyard Kipling, dans de nouvelles traductions inédites dues à Danièle André, Daniel Tron et Aurélie Villers2.
Vous trouverez à la fin du présent volume un dictionnaire des œuvres citées, un annuaire de tous les participants et un index qui, nous l’espérons, vous permettront de prolonger les débats qui nous ont réunis et de retrouver un peu de l’ambiance magique de Peyresq, foyer d’humanisme.

Notes de bas de page numériques

1  G. Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Aubier, 1989.

2  « Sans fil », « L’Enfance de l’air », « Le Navire qui trouva sa voix », « Dans le même bateau » ; et « Le Secret des machines », « Les Fils de Marthe »,
« À l’ère néolithique », « Sestine de la Tramp-Royale », in Sans fil, et autres récits de science-fiction, éd. du Somnium, 2009, isbn : 972-2-9532703-5-8. Dans ces actes, on se référera à ces nouvelles traductions par “trad. Peyresq”.

Pour citer cet article

Ugo Bellagamba, Éric Picholle et Daniel Tron , « Introduction à l’édition 2008 », paru dans Sciences et Fictions, Rudyard Kipling et l'enchantement de la technique, Introduction à l’édition 2008, mis en ligne le 12 avril 2010, URL : http://revel.unice.fr/symposia/scetfictions/index.html?id=381.


Auteurs

Ugo Bellagamba

Ecrivain & historien du droit des idées politiques, laboratoire ERMES, Université de Nice-Sophia Antipolis ; Éric Picholle

Physicien CNRS & IRH Nice ; eric.picholle@unice.fr

Daniel Tron

Angliciste, Université de Tours ; daniel.tron@free.fr