révélations dans Littératures d'Amérique Latine


Articles


Littératures d'Amérique Latine | Abilio Estévez, l’écriture et la vie

L’apocalypse selon Abilio Estévez

Si l’écriture d’Abilio Estévez est imprégnée de religiosité, le romancier cubain se plaît à cultiver plus particulièrement son sens de l’Apocalypse qui s’exprime magistralement dans sa trilogie romanesque, composée de Tuyo es el reino, Los palacios distantes  et El navegante dormido. L’Apocalypse comme temps, espace mais aussi destin de tout un peuple, construit paradoxalement ces romans où la destruction est déjà à l’œuvre. Pour l’écrivain, la fin du monde se joue et se rejoue inlassablement à Cuba depuis l’avènement de la Révolution.À travers cette étude, nous avons voulu saisir la portée de cette Apocalypse à la cubaine : dans une Havane en pleine décomposition, Abilio Estévez cherche un sens à ces ruines ; il nous révèle que la vérité ne peut se trouver que dans l’écriture et c’est à travers elle qu’il poursuit sa quête personnelle d’une Havane éternelle. If Abilio Estévez’s writing is deeply influenced by the catholic religious discourse, the Cuban novelist specifically likes to cultivate his particular sense of the Apocalypse, which is masterfully expressed in his trilogy of novels Tuyo es el reino, Los palacios distantes and El navegante dormido. The Apocalypse as time, space but also destiny of an entire nation paradoxically underpins these novels where destruction is already at work. For the writer, in Cuba the end of the world is played again and again, endlessly, since the triumph of the Revolution.Through this study, I tried to understand the thrust of this Cuban Apocalypse : in Havana in decay, Abilio Estévez seeks meaning in these ruins, he tells us that truth can only be found in writing and it is through this truth that he pursues his personal quest for eternal Havana.

Consulter l'article