Présentation | 

Du 3 au 5 octobre 2013, s’est tenu à Nice un colloque international sur le thème « Figures du discours et contextualisation ».

Longtemps, les figures de rhétorique ont été conçues comme des écarts par rapport à une norme et comme des ornements du discours. Plus récemment, d’autres approches ont proposé d’y voir plutôt des configurations du discours à la fois nécessaires et fonctionnelles qui disent quelque chose de la relation entre le locuteur et l’interlocuteur, entre le locuteur et le monde. C’est dans ce courant innovant et pluridisciplinaire, où se rencontrent linguistique, pragmatique, philosophie, sciences cognitives, que s'est situé le colloque dont on lira les actes sur ce site.

Nous avons proposé de mettre en dialogue ces différentes approches pour faire progresser l’analyse des figures en contexte. Dans le domaine linguistique, les approches énonciatives et pragmatiques considèrent les figures dans le discours, et donnent un sens au déplacement terminologique illustré par les dénominations concurrentes de « figures de rhétorique »,« figures de style » et « figures du discours ». En effet, les études actuelles déplacent l’approche typologique vers une approche discursive qui essaie de rendre compte des figures, non seulement dans leur forme, mais aussi dans leur mise en œuvre discursive. Sans oublier ni l’archéologie des figures, ni leur ancrage rhétorique ni même leurs déterminations formelles, les approches discursives mettent l’accent sur la question de la production du sens dans les figures.

Dans la dynamique des travaux qui ont conduit ces dernières années à repenser l’approche des figures du discours, parmi lesquels on peut citer l’approche praxématique de Catherine Détrie (Cahiers de praxématique 35, 2000 ; Du sens dans le processus métaphorique, Champion, 2001), l’approche rhétorico-pragmatique de Marc Bonhomme (Semen 15, 2002 ; Pragmatique des figures du discours, Champion 2005), l’approche énonciative en termes de points de vue d’Alain Rabatel (Langue française 160, 2008 et Le Français moderne t. 79, 2011), nous avons souhaité poursuivre l’analyse discursive des figures en posant la question de leur contextualisation.

Le présent colloque se donnait plus précisément comme objectif de faire le point sur les interactions entre figures et contexte(s) : il s’est agi d’envisager d’une part comment et dans quelle mesure l’analyse prend en compte le contexte dans l’étude des figures et de réfléchir d’autre part sur la manière dont les figures – conditionnées par le contexte – conditionnent elles-mêmes le contexte.

dernière publication en ligne

Actes du colloque

Sous la direction de Lucile Gaudin-Bordes et Geneviève Salvan

13 octobre 2014