implicitation dans Ci-Dit


Articles


Ci-Dit | Communications du IVe Ci-dit

La citation et l’air du temps...

Si le discours rapporté est la mise en rapport de deux discours, si la reproduction des paroles d’autrui exige l’insertion d’une énonciation seconde dans le continuum d’une première énonciation et si le signalement de l’hypodiscours implique la pratique de la citation, Gustave Flaubert inaugure l’avènement de la citation moderne, que Marcel Proust ne se lasse pas de travailler et que Georges Perec s’entête à remanier. En ce qui concerne George Perec, il s’avère impossible de ne pas aborder soit le collage, soit le montage : Perec se sert de ses pièges citationnels, débouchant sur le plagiat conscient, pour tromper impitoyablement son lecteur candide, pour décourager, d’une façon implacable, son lecteur moyen et pour agacer, d’une manière ludique, son lecteur herméneute. En effet, la citation est bel et bien soumise à l’air du temps… If the reported speech is the relation between two speeches, if the reproduction of someone else’s words demands the integration of a second enunciation in the continuum of the first enunciation and if the signalling of the hypospeech implies the practice of the citation, Flaubert announces the modern citation, that Proust never stops to improve and that Perec insists on remodelling. As far as Perec is concerned, it is impossible not to approach either the « collage » or the « montage » : Perec takes recourse to his citational traps leading to the conscious plagerising in order to deceive pitilessly his candid reader, in order to discourage inexorably his average reader and in order to tease his hermeneutic reader. In fact, the citation is without any doubt modelled according to l’air du temps…

Consulter l'article