Stéphane Guétin


Musicothérapeute, doctorant à Paris-Descartes. Association de Musicothérapie Applications et Recherches Cliniques (AMARC). Centre de Mémoire de Ressources et de Recherches, INSERM U888. Ecole Doctorale 261 ; Institut de Psychologie ; Université René Descartes

Articles de l'auteur


Revue Française de Musicothérapie | Volume XXVIII/1

Musicothérapie en milieu carcéral

L’analyse de la littérature ne retrouve qu’une étude sur l’intérêt de la musicothérapie en milieu carcéral [1]. Depuis 1998, la Maison d’Arrêt de Villeneuve les Maguelone a introduit la musicothérapie dans la prise en charge multidisciplinaire de mineurs incarcérés [2]. Objectif : Développer une action éducative et préventive à travers la musicothérapie visant la réadaptation sociale de mineurs en milieu carcéral. Méthode : La salle de musicothérapie est équipée de matériel audio, d’instruments de musique, d’un ordinateur. Les séances sont régulières, encadrées par un musicothérapeute. Les détenus peuvent créer individuellement ou en groupe, à l’aide d’instruments et de leur voix, des maquettes dont ils composent la musique, chantent et écrivent les textes sur diverses instrumentations. Ils participent aussi à l’atelier informatique, pour créer le graphisme de leur jaquette, au centre scolaire pour écrire et corriger les textes. Ces derniers sont publiés dans le journal interne, disponibles à la bibliothèque et peuvent être repris par les psychologues. Résultats/Discussion : Notre expérience porte sur 60 jeunes, suivis sur une période allant de 2 mois à 2 ans. La musicothérapie permet aux jeunes détenus de fréquenter à nouveau les lieux scolaires et éducatifs, en accord avec les adultes et sans contrainte. Cette collaboration entre intervenants, autour de la musique, permet une valorisation du jeune détenu en concrétisant son travail par la réalisation d’un CD. En 2003, les adolescents incarcérés ont mené à terme la réalisation d’une compilation musicale. Ce CD démontre que la musicothérapie permet aux jeunes de vivre l’incarcération dans une perspective prioritairement éducative, pédagogique et pas seulement répressive. De plus, son écoute à l’extérieur par de jeunes délinquants a une action préventive. Enfin cette méthode offre la possibilité à certains détenus mineurs de continuer une activité musicale ou culturelle après leur sortie. Conclusion : Ainsi la musicothérapie est un élément important permettant de recourir à la resocialisation de jeunes détenus notamment à travers une démarche de réinsertion éducative. La réalisation d’un CD démontre que la prison peut faire lien avec l’extérieur et parallèlement modifier le comportement de jeunes en grande difficulté socio-affectives. Interest of Music-therapy for incarcerated male adolescentsIntroduction: The analysis of literature finds only one study on the interest of music-therapy in prison [1]. Since 1998, the Prison of Villeneuve les Maguelone has introduced music-therapy into the multidisciplinary cares of incarcerated minors [2].Objective: To develop an educational and preventive action through music-therapy aiming at social rehabilitation of minors in prison.Method: The music-therapy room is equipped with audio material, musical instruments and a computer. The sessions are organized on a regular basis and supervised by a music-therapist. The prisoners can create models, individually or in a group, for wich they compose the music, sing and write texts on various instrumentations, using instruments and their voices. In the school centre, they also take part in the data-processing workshop, to create the graphics of their plastic cover and to write and correct the texts. The latter are published in the internal newspaper, available in the library and may be reviewed by the psychologists.Results/Discussion: Our experiment relates to 60 young people who are followed during a period extending from 2 months to 2 years. Music-therapy makes it possible to the young prisoners to attend again the school and educational places, unconstrained and in agreement with adults. This collaboration between participants, about music, allows the young prisoner to value himself by concretizing his work through the realization of a CD. In 2003, the imprisoned teenagers carried out the realization of a CD. This CD shows that music-therapy makes it possible for youg people to live their imprisonment, as a priority, in an educational and teaching perspective and not only in a repressive way. Moreover, it has a preventive action on young delinquents who live outside and listen to it. Finally, this method allows certain minor prisoners to continue a musical or cultural activity after leaving the prison.Conclusion: Thus, music-therapy is an important element making it possible to resort to the resocialization of young prisoners, in particular through steps of educational reintegration. The realization of CD shows that the prison can establish a link with the outside and in parallel modify the behaviour of young people going through great socio-emotional difficulties.

Consulter l'article