Revue Française de Musicothérapie | Volume XXVIII/1 n°1 

Thi Hanh Truong  : 

Berceuses et chants populaires utilisés dans le traitement des réfugiés vietnamiens par la musicothérapie

p. 41-42

Résumé

Après le changement de régime politique au Vietnam le 30 Avril 1975, des centaines de milliers de personnes ont quitté le pays, principalement par la mer. On les appelait les "Boat people". Une grande partie de ces gens mourraient en mer à cause de typhons ou des pirates. Ceux qui ont pu s'échapper ont été accueillis par les pays libre dont la France.
Certains des réfugiés politiques avaient de la famille en France et s'intégraient assez facile-ment. D'autres isolés présentaient des troubles post-traumatiques.
La musicothérapie a donné à ces personnes l'occasion d'entendre la musique et la voix de leur pays, à travers les berceuses et les chants populaires du Vietnam; Ces moments répétés ont permis de remplacer peu à peu le mal du pays, l'angoisse et la déception, par la joie et l'espoir.

Abstract

Lullaby and floksongs in the treatment for the political refugees by the musicotherapy
Vietnam became communism country on 1975. Thousands of "boat people" left the country. Most of them succeeded to arrive in Western countries like France, USA... but a large number of them died in the seas from the typhon or by the sea pirates. Some refugees gate a long quite well with their new life. Some others present psycological problems being unable to get rid of their past.
Musicotherapy is ten used to give dreams and hope to those desperate persons. The voice, mother tongue and music of folksongs heard from childhood could somehow cure them from the anxiety.

Index

mots-clés : berceuse , dépression, musicothérapie, troubles post-traumatique, voix

keywords : Exile , Music, Musicotherapy, Song, Tradition, Trauma

thématique : chant traditionnel , exilé

Plan

Texte intégral

1Je vais vous présenter les chants populaires vietnamiens, ainsi que les berceuses (Ru con) utilisés dans la Musicothérapie destinée aux réfugiés vietnamiens. L'exposé est composé de trois parties :

  • raisons de l'exil,

  • conditions dans les pays d'accueil,

  • atelier de musicothérapie.

- 1 -

2Après le changement de régime politique au Vietnam le 30 Avril 1975, des Vietnamiens du Sud ont quitté massivement le pays par différents moyens, principalement par bateaux de pêche. On les appelle des "boat people". Pendant vingt ans, jusqu'en 1995 il y avait environ 800.000 personnes prenant la mer, dont on estime la moitié du nombre de personnes disparues en raison de typhons et des pirates.

Certains de ces gens ont déjà vécu un certain temps dans des camps de rééducation. Leurs évasions ainsi que leurs souffrances sont racontées notamment dans des ouvrages tels que "Le Goulag vietnamien" de DOAN Van Toai, "Enfer rouge Mon amour" de Lucien Trong, ou dans des films comme "Boat People" réalisé en 1980 par Anne Hui, et récemment en 2007 "Journey from the Fall" (Voyage dans l'Enfer) de TRAN Ham, un jeune Vietnamien de la deuxième génération.

- 2 -

3Les conditions dans les pays d'accueil sont assez semblables que ce soit aux Etat-Unis, au Canada ou en Europe. Ces réfugiés estiment qu'ils ont la chance d'arriver en pays libres, et font leur possible pour s'intégrer dans les pays d'accueil.

4Un certain nombre ayant un tempérament solide, ou se trouvant accueilli par des membres de la famille, et si en plus parlant déjà la langue du pays d'accueil, s'en sortent assez bien et s'intègrent facilement dans le nouveau pays. Ceux là réussissent assez bien.

5Une partie de ces réfugiés présentent des si-gnes de traumatismes. Ils sont angoissés par l'avenir et sont partagés par la joie d'être en vie, et la tristesse d'avoir laissé derrière eux la famille au Vietnam.

Ceux qui n'ont pas de famille et se trouvant isolés sont les plus fragiles. Les personnes ayant vécu dans des camps de concentration racontent qu'ils ont souvent des cauchemars. Ils se croient encore dans des camps, ou rêvent qu'ils sont revenus au pays, et recher-chés par des anciens goêliers. Ils vivent ainsi dans le passé.

6En plus des difficultés pour apprendre la langue du pays, certains doivent accepter de travailler manuellement comme ouvrier, femme de ménage malgré leurs diplômes non re-connus, ou ayant perdu leurs papiers en cours d'évasion. Beaucoup ne trouvent pas à se loger correctement faute de papiers ou de fiches de paie valables.

- 3 -

7Les ateliers de musicothérapie ont été créés pour venir en aide à ces personnes. Nous avons constaté que la Voix, la Musique évoquant le pays natal peuvent contribuer à rétablir l'équilibre et redonner à ces personnes déracinées une valorisation de soi. Nous avons commencé par créer des réunions de fin de semaine où l'on se retrouve pour manger des plats du pays, échanger des expériences, écouter la musique traditionnelle, les ber-ceuses des différentes régions du Vietnam. Ceci est la méthode passive.

8Ensuite nous avons appliqué des méthodes plus actives. Cette fois-ci ce sont les patients eux-mêmes qui apprennent à chanter, ou jouer un instrument, composer des chansons ou poèmes, ou réaliser des expressions cor-porelles comme la respiration.

3.1. Méthode de travail

9Nous utilisons des échelles musicales pro-voquant la nostalgie. Concrètement, nous leur faisons entendre des berceuses, des chansons populaires de chaque régions du Vietnam (musique instrumentale et musique voca-le) pour provoquer la réminiscence du passé, de l'enfance, de l'amour maternel, du sol natal, musique douce, musique de chambre avec le répertoire spécifique pour pénétrer dans son âme, dans son coeur.

Souvent la voix de nos entretiens en langue maternelle avec eux joue un rôle important.

La salle de cours est également une salle d'exposition, permettent aux participants d'é-couter la musique et de regarder des images paisibles aux couleurs de la nature.

3.2 Le programme d'atelier de la musico-thérapie

1. Exploration de notre sensibilité et de notre imaginaire
2. Travail des formes (expression corporelle), des matières et des couleurs musicales.
3. Développement de la technique vocale et instrumentale dans la création artistique et dans la psychiatrie
4. Lien entre la musique et la nature, soulage les troubles liés au stress.
5. Harmonise corps et esprit

3.3 Musique sur ordonnance

10Musique pour le matin, après-midi, et le soir peut les aider. Progressivement les malades retrouvent la joie de vivre. A la place de l'an-goisse, nous mettons la musique douce qu'ils aiment, des chansons d'amour des années 60, 70 réveillent leurs souvenirs de jeunesse.

La force en dormance chez eux se réveille et chasse peu à peu la dépression.

Conclusion

11La musicothérapie est un moyen pour aider le patient à se délivrer de l'angoisse et de la dépression accumulées depuis longtemps. L'origine de ces troubles provient d'un choc sentimental, de la guerre, de la perte des proches et de la fortune. La musicothérapie amortit le choc provoqué par ces événements. Le patient peut jouer un instrument pour lui-même, ou composer de la poésie pour combler le vide qui crée l'angoisse quand le moral est bas.

12La musicothérapie sert l'être humain en tant que moyen permettant la créativité qui enrichit la vie.

Bibliographie

Illustrations sonores

1. Atelier de Musicothérapie

2. Film documentaire : « Bateau de Charité Ile de Lumière du Docteur Bernard Kouchner en Mer de Chine en 1979, 1980 ».

Annexes

Descripteur Thesaurus SantéPsy

PSYCHOTHERAPIE/MUSICOTHERAPIE

EXILE/SYNDROME POST TRAUMATIQUE/

MUSIQUE/CHANT/TRADITION

Pour citer cet article

Thi Hanh Truong, « Berceuses et chants populaires utilisés dans le traitement des réfugiés vietnamiens par la musicothérapie », paru dans Revue Française de Musicothérapie, Volume XXVIII/1, Berceuses et chants populaires utilisés dans le traitement des réfugiés vietnamiens par la musicothérapie, mis en ligne le 26 janvier 2010, URL : http://revel.unice.fr/rmusicotherapie/index.html?id=3066.


Auteurs

Thi Hanh Truong

Musicienne, compositrice, professeur de musique traditionnelle au Conservatoire au Vietnam. Doctorante en ethnomusicologie - Université Paris IV