Thierry Garcia


Professeur à l’Université Grenoble Alpes (CESICE EA 2420)

Articles de l'auteur


PSEI | Numéro 3 | Questions de paix et de sécurité européenne et internationale

Mercenaires et Contractors : ressemblances, différences et recherche d’un régime équivalent *

Les termes « mercenaire » et « contractor » sont utilisés le plus souvent par la doctrine en tant que synonymes. Cet article vise à démontrer qu’au-delà de cette similitude, qui n’a au surplus pas été prouvée, des facteurs de convergences et surtout de divergences caractérisent les mercenaires par rapport aux contractors, définis comme des employés des Entreprises militaires et de sécurité privées. Le droit en vigueur permet, en effet, d’établir des ressemblances quant à leur catégorie juridique d’appartenance et des différences, s’agissant de leur statut juridique de rattachement. Mais afin de rétablir la synchronie entre les faits et le droit, tout en donnant davantage de cohérence et d’efficacité aux règles juridiques pertinentes, il est argumenté que le droit applicable sur les plans national, régional et international doit parvenir à un régime juridique équivalent, et donc unitaire, pour ces deux types de personnes physiques. The terms "mercenary" and "contractor" are used most often by doctrine as synonyms. This article aims to demonstrate that beyond this equivalence, which has not been proven to surplus, convergence of factors, especially differences characterize mercenary compared to contractors, employees defined as military and security companies private. The current law allows, in fact, establish similarities in their legal category of belonging and differences, in terms of their legal status of attachment. But to restore synchrony between the facts and the law, while giving greater coherence and efficiency to the relevant legal rules, it is argued that the law on the national, regional and international levels must achieve an equivalent legal regime and therefore unitary, for these two types of individuals.

Consulter l'article

PSEI | Numéro 8 Paix et Sécurité Européenne et Internationale | Notes de lecture

Note de Thierry Garcia

“Durieux (B), Jeangène Vilmer (J-B), Ramel (F), Dictionnaire de la guerre et de la paix, PUF/Quadrige, 2017, 1520 p. Depuis une quinzaine d’années, les dictionnaires thématiques sont à la mode comme le prouvent le Dictionnaire de la culture juridique, le Dictionnaire des droits de l’homme ou plus récemment les Dictionnaire des idées reçues en droit international, Dictionnaire encyclopédique de la justice pénale et Dictionnaire des biens communs. Le dernier né de cette longue et belle lignée s’intitule Dictionnaire de la guerre et de la paix, comblant un vide colossal en la matière, du moins en langue française, au regard de la prolifé...”

Consulter l'article

PSEI | Numéro 9 Paix et Sécurité Européenne et Internationale | Notes de lecture

Note de Thierry Garcia

“Deschaux-Dutard (D), Introduction à la sécurité internationale, Presses universitaires de Grenoble, 2018, 256 p. Contrairement aux pays anglo-saxons, où de nombreux manuels sont consacrés à la sécurité internationale, la France fait figure de parent pauvre en la matière. L’ouvrage de Madame Deschaux-Dutard, Maître de conférences, HDR à l’Université Grenoble Alpes intitulé « Introduction à la sécurité internationale » constitue une heureuse exception en comblant un vide certain. S’adressant aux étudiants en relations internationales, sciences-politiques et droit de 1er et 2ème cycle universitaire, mais aussi aux praticiens et plus largement à tou...”

Consulter l'article

PSEI | Numéro 14 Paix et Sécurité Européenne et Internationale | Questions de Paix et de Sécurité Européenne et Internationale

A propos des Rogue States

L’expression de Rogue States est apparue au début des années 1980 aux Etats-Unis et elle a fait l’objet d’une utilisation constante de la part des Administrations américaines successives. Pourtant, elle ne repose pas sur une définition sûre et apparaît peu consistante sur le plan juridique. La catégorie qu’elle tente d’identifier est en réalité à géométrie variable, au gré des intérêts des Etats qui ont recours à cette expression. Son utilisation est commandée par des motifs politiques, recherchant la stigmatisation d’un concurrent ou d’un adversaire, sans pour autant que son efficacité quant au changement de comportement d’un Etat soit réellement démontrée. The expression Rogue States appeared in the early 1980s in the United States and has been the object of constant use by successive American administrations. However, it is not based on a reliable definition and appears inconsistent from a legal point of view. The category that it is trying to identify is in reality of variable geometry, according to the interests of the States which use this expression. Its use is controlled by political motives, seeking the stigmatization of a competitor or an adversary, without its effectiveness in terms of changing the behavior of a State being really demonstrated.

Consulter l'article