PSEI |  Numéro 11 Paix et Sécurité Européenne et Internationale |  Notes de lecture 

Louis Balmond  : 

Notes de lecture de Louis Balmond

Plan

Texte intégral

I. « Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours », B. Cabanes (dir.) Seuil, 2018, 792 p.

1Il fallait bien une équipe de direction et de coordination de quatre personnes avec à sa tête B. Cabanes, Chaire Donald G. and Mary Dunn d’histoire de la guerre à Ohio State University, 57 contributions et 792 pages pour présenter « Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours ». Comme il est souligné dans l’ « Ouverture », l’ambition des auteurs n’était pas de faire l’histoire de la guerre comme a pu la faire par exemple J. Keegan en 2014 mais une histoire de la guerre minorant quelque peu les questions stratégiques sans les ignorer (on les retrouve avant tout dans la première partie) et insistant sur le caractère de fait social et culturel total de la guerre. L’histoire de la guerre des stratèges et des diplomates doit désormais faire une place à celle des combattants ordinaires, des civils et notamment des femmes et plus généralement à la « culture de guerre ». (Des contributions sur « La guerre est-elle seulement une affaire d’hommes ? », « Que faire des morts » « Tuer son voisin » ou « Le témoin survivant » témoignent de ce choix).

2L’ambition d’un tel projet, même s’il traite d’une période particulière tout en ne s’y limitant pas, a donc mobilisé des spécialistes de multiples sciences sociales parmi lesquels les « politistes » et les historiens sont logiquement les plus nombreux et les auteurs anglo-saxons majoritaires.

3La structure de l’ouvrage en rend la lecture aisée puisqu’il est divisé en quatre parties intitulées successivement « La guerre moderne », « Mondes combattants », Expériences de la guerre » et « Sorties de guerre », chacune faisant l’objet d’une introduction générale, du plus grand intérêt, successivement par D. Bell, J. Horne, S. Audoin-Rouzeau et H. Rousso. L’ouvrage comporte également des repères chronologiques très détaillés, un index des personnes et des lieux mais surtout met à la disposition du lecteur, à la suite de chaque contribution, une bibliographie commentée particulièrement intéressante, permettant à ceux qui le désire d’aller aisément plus loin.

4L’ouvrage est donc d’une grande richesse (sauf que, mais sans doute est-ce une réaction « disciplinaire », le juriste aurait pu mieux y trouver son compte tant le droit notamment international a connu depuis le XIXe siècle des évolutions qui ne le cantonnent plus au seul champ normatif) et sa structure permet de s’y replonger périodiquement sans difficulté pour approfondir une lecture particulièrement enrichissante.

II. « Qui veut tuer l’ONU », A.-C. Robert, R. Sciora, Eyrolles, 2019, 192 p.

5Dans le milieu du théâtre revient souvent une question « Quoi de neuf ? La réponse est toute aussi constante « Molière ! ». Il en va un peu de même avec l’Organisation des Nations Unies, sujet inépuisable de mots et de lignes, sur tout le spectre des supports possibles et avec des ambitions diverses.

6Le présent ouvrage, précédée d’une préface de Pascal Boniface, Directeur de l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques est l’œuvre de deux personnes exerçant des activités qui leur ont permis d’approcher de près l’Organisation, notamment dans le journalisme, d’une part A.-C. Robert du Monde Diplomatique, d’autre part R. Sciora « spécialiste franco-américain de l’ONU et des relations internationales » et collaborateur de Foreign Affairs.

7Eu égard aux compétences de auteurs, le menu que l’on pouvait déduire de l’intitulé était très alléchant. L’observateur qui s’intéresse à ces questions pouvait néanmoins espérer des réponses argumentées aux questions que le titre sous-tend. A qui reprocher le crime en voie de commission ? Quels indices peuvent être avancés pour justifier cette accusation ? Quelles motivations animent les présumés coupables ? Y-a-t-il une volonté de conjurer cette menace et comment y parvenir ?

8Même s’il suggère parfois des pistes pour identifier le ou les coupables et s’il insiste, à juste titre, sur le rôle en la matière des Etats-Unis, sur la présence croissante et intéressée des acteurs privés (dont il n’est pas sûr d’ailleurs qu’ils veuillent la mort de l’ONU mais plutôt s’en servir) et sur l’importance acquise par des organismes ou instances parallèles défendant des intérêts particuliers (les IFI, les « G »), l’ouvrage laisse le lecteur averti un peu sur sa faim.

9L’ouvrage ne répond pas en effet directement à la question posée, qui fait titre. Il développe d’abord, dans une première partie, l’ « Histoire d’une ambition pour la paix et l’humanisme » jusqu’à nos jours, relatant l’histoire de la création de l’Organisation puis son action, avec ses succès et ses échecs, certains demeurant des « taches indélébiles » comme le Rwanda. Dans la deuxième partie intitulée « Replacer l’ONU au cœur des relations internationales », l’accent est mis sur les mécanismes permettant de comprendre « comment [l’Organisation] a été éclipsée de la scène internationale et, in fine, rendue responsable de l’incurie et de la lâcheté des Etats » (p. 107). C’est alors que l’on voit apparaître les possibles coupables, en réalité tous les Etats avec des responsabilités néanmoins très variables, bien sûr, selon leur niveau de puissance et de richesse, qui auraient sacrifié l’esprit de la Charte sur l’autel de leurs intérêts. « C’est bien le multilatéralisme qui est en crise et l’organisation universelle en est obligatoirement impactée (P. Boniface).

10Or, comme le montre bien les deux auteurs, l’Organisation des Nations Unies est indispensable, en l’état, irremplaçable, et de plus elle a su agir et se réformer. Sans doute doit-elle encore tenter d’y parvenir dans un contexte toujours plus difficile, du fait en particulier de l’érosion progressive du principe d’interdiction de l’emploi de la force, alors qu’il s’agit là d’un véritable principe constitutionnel pour la Communauté internationale. Se réformer, mais avec et non contre les Etats, notamment les plus puissants, qui sans cela risquent, non pas seulement d’en entraver le fonctionnement souhaité, mais plutôt d’aller chercher ailleurs ce qu’ils croient être des solutions, unilatérales voire plurilatérales, mais non universelles.

11L’ouvrage présente le grand mérite d’être agréable à lire et toujours incisif. Il fournit une très bonne entrée à la connaissance de l’Organisation, face aux approximations sommaires dont elle fait souvent l’objet et avant d’aborder des études plus complètes mais plus austères. Dans le monde universitaire, que ce soit en français ou en anglais, et notamment à propos du Chapitre 6 de l’ouvrage « Bonnes et mauvaises réformes », elles sont innombrables.

Pour citer cet article

Louis Balmond, « Notes de lecture de Louis Balmond », paru dans PSEI, Numéro 11 Paix et Sécurité Européenne et Internationale, Notes de lecture, Notes de lecture de Louis Balmond, mis en ligne le 16 mars 2019, URL : http://revel.unice.fr/psei/index.html?id=1994.


Auteurs

Louis Balmond

Professeur à l’Université de Toulon