Pauline Deboves


Pauline Deboves est actuellement en dernière année d'un Master recherche de psychologie clinique à l'Université de Nice.Son projet de thèse porte sur la question du transfert dans les relations soignant-soignés notamment chez des patients atteints de maladie d'Alzheimer.
pdeboves@gmail.com

Articles de l'auteur


Oxymoron | 4

De la répulsion des soignants

La maladie d'Alzheimer touche aujourd'hui plus de huit cent soixante mille personnes en France, aucun traitement médical n'a été trouvé pour permettre de déjouer ses conséquences et l'inéluctabilité de la mort. Troubles mnésiques, altération de la parole, et troubles du comportement viennent ainsi ravager les sujets déments qui, de surcroît se sentent souvent persécutés par l'environnement qui les entoure. Certains sont placés en institution et doivent alors se heurter à un double problème : d'une part, à la crise institutionnelle qui marque notre époque ; d'autre part, à un rejet, une violence sans précédent et un déni de leur pathologie qui aboutit finalement à un déni de la totalité de leur être. Le fait est que les soignants tentent de se défendre face à cette difficile réalité constituée par la démence de type Alzheimer. Devenu objet plutôt que sujet, le dément s'enfonce ainsi un peu plus dans sa détresse… Today, Alzheimer’s disease affects over eight hundred and sixty thousand people in France; no medical treatment has been found to help thwart its consequences and inescapable death. Memory, speech as well as behavioural problems deeply affect the demented persons who, moreover, often feel persecuted by the surrounding environment. Some are placed in nursing homes and come up against two problems: on the one hand, the institutional crisis prevalent in our society; on the other hand, rejection, unprecedented violence and a denial of their illness which in the end leads to a denial of their entire being. The fact is that carers try to defend themselves when faced with the difficult reality of dementia as observed in Alzheimer’s patients. Rather than being a subject, the demented person becomes an object and sinks deeper and deeper into his/her distress as a result…

Consulter l'article