Loxias | 77. Femmes et nourriture | II. Travaux et publications 

Filomena Juncker  : 

Vient de paraître

Échos du silence dans l’œuvre en prose de Maria Ondina Braga

Plan

Texte intégral

1Paris, L’Harmattan/AGA, collection « L’Orizzonte », 2022, 512 pages Coédition Aga Editrice

2ISBN : 978-2-140-20406-7, EAN13 : 9782140204067

3Le silence est une substance matérielle dans l’œuvre de Maria Ondina Braga, qui en fait un objet à son usage, voire à son image. Écrivain de l’absence et de l’intime, elle signe des textes modulés par un exotisme oriental saisissant, lequel ajoute du mystère et de la pudeur au langage de l’ineffable qui les caractérise. « Espace autobiographique » au sens de Lejeune, l’œuvre de l’auteure portugaise est nourrie par ses propres expériences de vie en Europe, en Afrique et en Asie. Ses années passées en Chine et à Macao inspirent nombre de ses plus belles pages, dont son roman majeur, Nocturno em Macau, son recueil de contes A China fica ao lado ou encore son livre de mémoires, Angústia em Pequim. Celle pour qui « lire des poètes chinois, c’est comme écouter la pluie dans le silence de la nuit », saura mettre au cœur de l’écriture sa quête identitaire parfois transparente, parfois opaque, parfois souhaitée, parfois repoussée. À travers le parcours tourmenté et labyrinthique des personnages, à travers le rêve ou encore les glissements de signifiants opérés par des objets-signes, l’écriture musicale de Maria Ondina Braga devient terrain fécond de l’implicite, lieu d’échos de silences multiples.

Table des matières

4INTRODUCTION

5PREMIÈRE PARTIE : L’ÉMERGENCE DU SILENCE CHEZ MARIA ONDINA BRAGA
« Sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence
CHAPITRE I : Silence socio-culturel
CHAPITRE II : Silence physiologique et silence érotique
1. Le milieu familial et éducatif
2. Le drame
CHAPITRE III : Entre silence et parole
1. L’« invitation au voyage »
2. L’effet de lieu : de la vie réelle à l’univers romanesque

6DEUXIÈME PARTIE : L’ÉCRITURE DU SILENCE CHEZ MARIA ONDINA BRAGA
« Sur ce dont on ne peut parler, il est temps de cesser de se taire »
CHAPITRE I : La « subjectivation » comme plissement du dehors
1. Le visible et l’énonçable
2. La mémoire
CHAPITRE II : Le double
1. Le livre A Personagem
2. Quelques autres catégories de doubles de l’écrivaine : « A Doida », « Helga »
CHAPITRE III : Le rêve
1. Le travail onirique
2. Le rêve dans la fiction de Maria Ondina Braga
CHAPITRE IV : L’objet
1. L’objet alimentaire
2. L’objet-chose : Le miroir. La lettre d’amour

7CONCLUSION

8BIBLIOGRAPHIE

9https://www.editions-harmattan.fr/livre-echos_du_silence_dans_l_oeuvre_en_prose_de_maria_ondina_braga_filomena_juncker-9782140204067-72831.html

Image 100000000000013C000001DCD6B6E7BE.jpg

Pour citer cet article

Filomena Juncker, « Échos du silence dans l’œuvre en prose de Maria Ondina Braga », paru dans Loxias, 77., mis en ligne le 14 juin 2022, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=9999.


Auteurs

Filomena Juncker

Filomena Juncker est agrégée-HDR et qualifiée par le CNU aux fonctions de Professeur des Universités en littérature générale et comparée. Membre du Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, Université Côte d’Azur, ses domaines de recherche préférentiels sont l’épistémocritique et le silence, dans les littératures française et lusophone des XXe et XXIe siècle.

Université Côte d'Azur, CTEL