Nicole Biagioli


Nicole Biagioli, professeur à l’Université Nice Sophia Antipolis, sémioticienne et didacticienne, a écrit une thèse sur les Sémiotiques de la fleur, consacrée aux codes (langues, botanique, chimie, littérature, peinture, photographie, etc.) qui structurent la fleur comme objet naturel. Elle a créé et dirigé de 2011 à 2017 le laboratoire I3DL, Interdidactique, didactiques des disciplines et des langues, et mené des recherches sur la didactique du français, de la littérature et des arts, et le rôle de la fiction dans les apprentissages. Membre du CTEL, elle y a dirigé des colloques sur L’influence de Poe sur les pratiques et les théories des genres, Les genres dans la correspondance des écrivains, et Les nouvelles tendances du calligramme contemporain. Articles sur Butor : Des racines aux rhizomes : Le trait botanique dans l’œuvre de Michel Butor (2007), L’œuvre botanique de Michel Butor (2012), La poétique florale de Michel Butor et Catherine Ernst (2013), L’intersémiotique florale de Michel Butor (2016).Université Côte d’Azur, CTEL

Articles de l'auteur


Loxias | Loxias 28 | I.

POEtique et traduction : traducteurs et traductions de Poe dans le domaine français

Éditorial des actes du colloque POEtiques : L’influence de Poe sur les théories et les pratiques des genres dans le domaine français du XIXe au XXIe siècle, tenu les 22 et 23 janvier 2009 à l’université de Nice Sophia-Antipolis (CTEL).

Consulter l'article

Loxias | 50. | Travaux et publications

Le travail du genre à travers les échanges épistolaires des écrivains
Épistolarité et généricité

La correspondance d’auteurs y a été étudiée comme genre spécifique, mêlant biographie et professionnalité, et comme lieu privilégié de la construction et de la déconstruction des genres littéraires et artistiques.

Consulter l'article

Loxias | 60. | I.

Pour une sémiotique butorienne de la photographie

La photographie a joué dans la vie et l’œuvre de Michel Butor un rôle central que nous analysons d’un point de vue sémiotique. Une sémiotique butorienne de la photographie ne peut être qu’une intersémiotique, Butor n’ayant cessé depuis Les Mots dans la peinture (1969) de revaloriser et de développer l’intermédialité dans la pratique et la théorie artistiques. La photographie sera donc envisagée dans ses différentes fonctions de médiation : reproduction des œuvres, support de correspondances et outil d’exploration du monde. Son rôle dans les collaborations de Butor avec des photographes, des peintres, des graveurs et des écrivains sera mis en valeur, en revenant sur les différentes entrées qu’il a pratiquées, comme modèle, photographe, collagiste et commentateur, et en insistant particulièrement sur les Universos paralelos (2011) parcourus avec sa femme, Marie-Jo. La théorie de la photographie sous-jacente à ces œuvres collaboratives sera ébauchée et comparée à celle, contemporaine, de Roland Barthes. Photography has played a central role in Michel Butor’s life and work, which we analyze from a semiotic point of view. A Butorian semiotics of photography can only be intersemiotic, as Butor, since Les Mots dans la peinture (1969), has continuously reevalued and developed intermediality in artistic practice and theory. Photography will be considered in its various mediating functions : reproduction of works, support of correspondences and tool of exploration of the world. His role in Butor’s collaborations with photographers, painters, engravers and writers will be highlighted, going back to the various entries he experienced, as photographers’model, photographer, collagist and commentator, with special emphasis put on the Universos paralelos (2011), visited together with his wife, Marie-Jo. The theory of photography underlying these collaborative works will be sketched out and compared to the contemporary one of Roland Barthes.

Consulter l'article