Pacifique dans Loxias


Articles


Loxias | 48. | I.

The “Myth of Tusitala” in Samoa: R. L. Stevenson’s Presence in Albert Wendt’s Fiction

Robert Louis Stevenson a sans doute laissé un héritage très significatif dans le Pacifique, un héritage qui est encore très tangible et qui représente une richesse inestimable et une source d’inspiration pour beaucoup d’auteurs postcoloniaux de cette zone géographique. Le but de l’article est d’examiner l’important ascendant que la vie de Stevenson dans le Pacifique a eu sur l’imagination de l’auteur samoan Albert Wendt. A travers l’analyse de la production littéraire de Wendt et en particulier des références à Stevenson qu’on peut retracer dans ses œuvres Flying-Fox in a Freedom Tree/Leaves of the Banyan Tree (1979) et The Mango’s Kiss (2003), je relirai la relation entre les deux romanciers. Je proposerai donc de considérer l’image de Stevenson dans les romans de Wendt comme une sorte de « totem » au sens freudien du terme, c’est-à-dire un symbole profondément sacré et lié à la figure du pro-géniteur, aussi bien qu’objet d’amour et de haine pour la communauté de Samoa où l’auteur britannique a passé ses dernières années de 1888 à 1894. The legacy left by Robert Louis Stevenson in the Pacific is undeniable and still really strong, and it represents a priceless heritage and source of inspiration for many postcolonial writers of the area. The aim of the paper is to investigate the strong influence of Stevenson’s life in the Pacific on the imagery of the Samoan novelist Albert Wendt, trying to reread the relationship between the two authors through the analysis of Wendt’s literary production. Analyzing Albert Wendt’s Stevensonian references in Flying-Fox in a Freedom Tree/Leaves of the Banyan Tree (1979) and The Mango’s Kiss (2003), I will argue that Stevenson’s image in Wendt’s texts could be seen as a sort of “totem” in the Freudian sense of the term, a symbol deeply related to the sacred and the figure of the forefather, but also the center of love and hatred for the Samoan community wherein the Scottish writer spent his last years from 1888 to 1894.

Consulter l'article