rhétorique dans Loxias


Articles


Loxias | Loxias 15 | I. | Marot: réédition du colloque de Nice 1996 et autres articles

Rhétorique de l’épître marotique

La section des épîtres, entre poétique et rhétorique, manifeste une réflexion précise de Marot sur l'esthétique d'un genre, les pièces ajoutées en 1538 fonctionnant comme de véritables révélateurs. Les onze épîtres de L'Adolescence de 1538 offrent des constantes architectoniques dans leur structure de base, mais présentent dans leurs variations tous les grands types de lettres distingués selon les critères rhétoriques.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 18 | Doctoriales

Le silence dans le roman : un élément de monstration

Dans les romans de la fin du XIXe et du début du XXe, le thème de la sortie au théâtre peut être envisagé sous le prisme de la rhétorique du sublime. Une voie, jamais empruntée, peut-être parce que hantée par le vertige du sens, est celle du silence. Zola, Proust et Valéry, représentatifs de mouvances littéraires bien distinctes, lui donnent ses lettres de noblesse. Soupeser le silence, c’est l’envisager comme un rapport à l’intériorité du texte, comme passage neutre, pour ne pas parler de vide, que le romancier laisse à la charge du lecteur. A lui, à nous donc, de le combler, de lui donner un sens, de le faire raisonner dans le roman. Temps de latence et de vagabondage, c’est aussi un moment de discours. L’acte énonciatif et la rhétorique du sublime sont comme autant de clefs pour faire parler le silence du texte, pour faire sourdre ce qui se cache derrière la méditation qu’offre le temps théâtral thématisé dans le roman. In the novels from the end of the 19th century and the beginning of the 20th century, the topic of the theatre performance (characters going out to theatre performances) could be studied with the rhetoric of the sublime. So far, this way has never been studied, probably because it gives vertigo to meaning; this way is silence. Silence is linked to the inside text, it looks like a neutral passage since we do not speak of an empty passage. This empty passage is left to the reader by the writer. Therefore, we have to fill in this blank, we have to give it a meaning, we have to make it resonate inside the novel. It's a wandering and latent period, it is also a moment of discourse. The act of enunciation and the rhetoric of the sublime are some possible keys to make the silence speak in the text, to make appear what hides behind the theatral time in the text.

Consulter l'article

Loxias | 55 (déc. 2016). | I.

Sénèque ou la force de l’euidentia dans les livres I et II des Lettres à Lucilius

Dans les Lettres à Lucilius, œuvre parénétique par excellence, Sénèque doit trouver un moyen pour concilier rhétorique et philosophie alors précisément que les principes vétéro-stoïciens rejettent les artifices de l’ars rhetorica. Il a recours, pour ce faire, à la complexe notion d’euidentia qui lui permet de faire le lien entre docere, mouere et delectare. Sénèque réhabilite en effet l’image dans une rhétorique du regard qui fait de l’œil son principal destinataire et use de l’euidentia dans toute son étendue pour susciter l’assentiment du disciple. Grâce à elle, il peut montrer le stoïcisme sous un jour agréable, donner à voir les concepts de la doctrine et surtout placer sous les yeux un imaginaire rassurant et des images motivantes qui vont provoquer chez le lecteur la volonté de s’engager sur la voie de la sagesse. In Letters to Lucilius, work of moral improvement above all else, Seneca has to find a way to conciliate rhetoric and philosophy, whereas Old Stoicism principles precisely reject the ars rhetorica artifices. To do so, he resorts to the complex notion of euidentia which allows him to connect docere, mouere and delectare. Seneca rehabilitates indeed the image within a rhetoric of the look which mainly appeals to the eye and uses euidentia to its whole extent, leading to the disciple’s adhesion. Thanks to euidentia, he can show stoicism in a pleasant manner, let the doctrine’s concepts to be seen, and especially place under the eyes a reassuring mental universe and motivating images which trigger the reader’s will to commit to the wisdom path.

Consulter l'article

Loxias | 59. | I.

Eschine, Contre Timarque : essai de bilan critique

L’objet de cet article est de tenter un panorama des façons dont Eschine en général et le Contre Timarque en particulier apparaissent dans la recherche actuelle. Il s’agira d’abord d’étudier l’Histoire, autour et à l’intérieur du discours ; puis d’observer quelques aspects de l’art oratoire, l’actio, les insultes, etc. ; enfin, nous verrons que le discours est souvent cité dans des études sociologiques, anthropologiques, de genre, car son propos, implicite comme explicite, est au cœur d’une question cruciale : qu’est-ce qu’un bon citoyen ?

Consulter l'article

Loxias | 71. | I.

Dialoguer avec les auctoritates, parler aux puissants, faire la morale.
Enjambements et effets de sens dans l’œuvre de François Villon

Dans le présent article, nous reprenons la question de l’enjambement dans l’œuvre de François Villon. Il s’agit d’étudier les effets de sens obtenus par le poète dans les passages qui mettent en scène des relations de pouvoir. L’étude comporte trois volets : le traitement des auctoritates, l’écrivain face aux puissants ou dans la posture du moraliste qui donne des leçons. En mettant en évidence l’irrespect qui marque de son sceau la poésie de Villon, les enjambements guident le lecteur dans sa perception de l’œuvre. In the present contribution, we pick up the question of the enjambement in François Villon’s work. We will explore the effects of sense created by the poet in the verses dealing with power relationships. The study consists of three parts: Villon and the auctoritates, the author facing the powerful, or assuming the role of a moralist giving lessons to other people. The enjambements guide the reader in his understanding of Villon’s oeuvre, since they highlight the disrespect that characterizes his poetry.

Consulter l'article