Loxias | 77. Femmes et nourriture | II. Travaux et publications 

Vincent Tasselli  : 

Vient de paraître

L’Union des contraires chez Marguerite Duras. Une tentative désespérée jusqu’au bout de l’échec

Plan

Texte intégral

1Paris, L’Harmattan, collection du CTEL « Le Thyrse », 4 avril 2022, 290 pages

2ISBN : 978-2-14-025332-4

3L’écriture de Marguerite Duras est foncièrement mythique ; son imaginaire puise dans les schémas fondamentaux de la psyché humaine et les redispose dans l’athanor intérieur, engendrant des œuvres protéiformes, nourries d’images archaïques fidèlement reprises ou déformées, voire renversées. Si la quête de Marguerite Duras peut être assimilée à une tentative désespérée d’unir les contraires et résorber tout antagonisme, le style et l’univers se tournent progressivement vers un appel radical à la destruction, qui modifie profondément la vision interne et la forme de l’écrit.

4Par l’analyse des images dans un double corpus (le cycle indien puis la trilogie du refus), nous souhaitons laisser remonter ces images fondatrices, observer leur signification tout en repérant leurs modifications essentielles au long de la production littéraire, théâtrale et cinématographique de l’artiste.

Table des matières

5Remerciements
Abréviations
Introduction
L’écriture archétypale de Marguerite Duras
L’alchimie durasienne, un « ars magna » – L’outil symbolique – Un double corpus ; une bascule symbolique.

6Première partie : Les représentations de la femme dans le cycle indien : une esthétique de l’inconnaissable
Le regard de l’Homme : la nuit du chasseur n’aura pas lieu
- Les hommes durassiens, disciples du pyrrhonisme
Ceux qui se perdent ; le peuple des macchabées – Ceux qui résistent ; l’imbécile patriarcat – Ceux qui possèdent ; l’instinct de survie des désespérés – Le piège se ferme : l’homme est regardé.
- Le pèlerinage des fous
Le Vice-consul, virginité de Lahore – Jacques Hold, n’y tenant plus – Peter Morgan, le démiurge

7La femme fragmentée ; une étude du morcellement
- Le blason du Féminin, un Arcimboldo effondré
« Un hémisphère dans une chevelure » – Les cratères du visage, un regard sans tain – La peau sur les os ; une danse macabre revivifiée – La bouche, la voix, le sourire : les béances du corps – Un corps étranger, la femme mise en morceaux.

8- Outside. Les métonymies du Féminin
L’épiderme de la robe – Les mouvements du corps – Les signes extérieurs de richesse – Les jeux de double : miroir, mon beau miroir – Du passé à la mort, le monde à l’image de la Femme – Le bestiaire du Féminin durassien.
- Deux symptômes de la disparition
L’éternelle jeunesse – L’incertitude de l’être dans son nom.

9L’esthétique de l’inconnaissable ; vers une transmutation du Féminin
- Solve ; quand la femme dissout la civilisation

10La maternité en sourdine – Une société bourgeoise en déliquescence – « La gloire du subissement » – L’amnésie salvatrice.
- Coagula ; les éléments de la distillation
L’errance, un retour au Chaos – L’absence et le silence, une route parallèle – « Femina dolorosa » – La belle aux livres dormant.
- Une coalescence retrouvée ; les échos infinis
Une coulée au-dehors – La con-fusion des personnages.

11La fusion androgynique ; une tentative durassienne

12Transition. Une sacrée déprime

13Seconde partie : L’unité, la destruction ; la trilogie du refus, une épopée du vide
De l’extérieur à l’intérieur, un bouleversement de l’imaginaire
- Un désespoir révolutionnaire
La fin de la solution politique – La bascule de mai ; vers le gai désespoir.
- L’ombre de l’horreur ; des œuvres cernées
Gringo, les ténèbres extérieures – Staadt, Auschstaadt, ô syllabes sanglantes – « Survivant éternel de l’antique débâcle… » – « Bourgeois vous n’avez rien compris ».

14- Détruire, font-ils ; l’Amour, la seule révolution
Casser la société : trois fois rien – L’inconnaissance ; la fin des enseignements – L’arrêt des engendrements ; la naissance du « Puer aeternus ».

15- La Nef des enfants ; l’« Eros » circulant
Les symboles durassiens de la dépossession
Le cri : de la douleur à la folie – Le pèlerinage échoué ; d’un suicide l’autre – De Thanatos à Eros, le passage des marchands de sable.

16- Le Juif, nouvel archétype durassien
Une parabole revivifiée ; l’errance de Job – Le martyr ; un tremplin vers la folie – Détruire, écrivent-ils ; le refus et la subversion – Abahn double ; un symbole au cœur du récit.

17- La circulation de l’« eros » ; une confusion capitale
Jeux de doubles et échos, l’archétype de l’Androgyne – Le tiers-inclus ; une nouvelle signification du triangle – L’intenable quadrature.

18Transition. La destruction capitale

19Troisième partie : Les reflets du marécage ; quelques symboles durassiens de l’indistinction
Marée, donne à Dieu…
La forêt : l’ombre du petit frère
Le delta : « limon incest »
Deux reflets de la destruction capitale
- Une montagne de musique
- L’incendie définitif
Les reflets du marécage ; quelques symboles durassiens de l’indistinction

20Conclusion : L’écriture mythique de Marguerite Duras

21Bibliographie

22https://www.editions-harmattan.fr/livre-l_union_des_contraires_chez_marguerite_duras_une_tentative_desesperee_jusqu_au_bout_de_l_echec_vincent_tasselli-9782140253324-72968.html

Image 100000000000013C000001E994CB472A.jpg

Pour citer cet article

Vincent Tasselli, « L’Union des contraires chez Marguerite Duras. Une tentative désespérée jusqu’au bout de l’échec », paru dans Loxias, 77., mis en ligne le 15 juin 2022, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html/lodel/docannexe/file/7601/lodel/docannexe/fichier/1245/index.html?id=10006.


Auteurs

Vincent Tasselli

Vincent Tasselli a enseigné à la fois dans le secondaire et à l'université Côte d'Azur. Spécialiste de symbolisme, il a participé à plusieurs colloques sur Marguerite Duras, ainsi que sur la poésie et la littérature contemporaines. Il travaille également sur les œuvres de Philippe Besson, Jean-Luc Lagarce, Hélène Dorion, François Emmanuel ou encore Brigitte Fontaine.

Université Côte d'Azur, CTEL