Loxias | 48. Stevenson et la culture polynésienne | II. Travaux et publications 

Jean-François Durand et Jean-Marie Seillan (dir.)  : 

Vient de paraître

Les nouveaux mondes coloniaux

Plan

Texte intégral

1Sielec/Editions Kailash/Kama, 2014
Les Cahiers de la SIELEC n° 10
ISBN 9-782842-682224

2Les cahiers de la SIELEC ont abordé dans des numéros antérieurs un certain nombre de grands thèmes des littératures de l’ère coloniale : l’aventure, l’inévitable désillusion qui accompagne souvent celle-ci, la représentation romanesque de l’incertaine frontière civilisation/barbarie, sans omettre quelques fantasmes d’époque autour de la sauvagerie, de la nudité, de la primitivité. Il restait à consacrer un volume à un sujet essentiel qui revient de manière lancinante dans les essais, récits de voyage, romans : celui des nouveaux mondes au cœur de l’entreprise de colonisation. Le présent volume s’efforce de tracer un tableau à la fois précis et ponctuel de quelques-uns des visages pris par ces nouveaux mondes coloniaux, dans des espaces géographiques très divers et une diachronie ample, mais surtout centrée sur le xixe siècle et la première moitié du xxe. Une première partie nous plonge au cœur du mythe qui met en scène une volonté transformatrice dont rendent compte les récits les plus divers : vision saint-simonienne d’un monde interconnecté, en voie de globalisation, contraste puissant entre l’amour (exotique) des anciens mondes orientaux et l’exaltation (caractéristique de ce que certains historiens appellent la modernité coloniale) des bouleversements provoqués dans l’ancien monde par l’ouverture de nouvelles voies de communication, les transferts de population (et de capitaux), le renforcement du commerce mondial, l’urbanisation coloniale… Si ce processus est souvent mis en valeur par une littérature sensible à la dimension épique de ce vaste bouleversement, il y a aussi des voix réticentes, critiques, décalées, qui très tôt soupçonnent le mythe et éclairent l’envers d’un décor qu’une littérature de propagande s’est employée à présenter le manière unilatéralement optimiste. La deuxième partie de ce livre retrouve ainsi certaines perspectives analyses dans un précédent volume de la Collection consacré au « désenchantement » colonial.

3La description de ces mondes nouveaux, dans des situations de complexité et d’hétérogénéité culturelles, occupe les 3e et 4e parties de ce livre. On aura à leur lecture la confirmation du lien étroit qui unit l’ère coloniale et le monde qui et désormais le nôtre, un monde essentiellement polychrome et mélangé.

4Ouvrage publié avec le concours du CNL.

Table des Matières

5Avant-propos

Première Partie : Entre mythe et histoire

6Jean Sévry †, « Aperçus sur les transformations de l’imaginaire occidental au contact des nouveaux mondes à travers la littérature des voyages »
Frédéric Mambenga, « La notion de "nouveau monde" chez quelques africanistes et intellectuels noirs de langue française de l’entre-deux guerres à la décolonisation »
Norbert Dodille †, « Robert Delavignette, Marius-Ary Leblond et le nouveau monde colonial »
Jean-Marie Seillan, « Organiser les nouveaux mondes : les rémanences saint-simoniennes dans les fictions coloniales françaises du xixe siècle »
Jean-François Durand, « Ancien et nouveau monde : Maroc 1905-1934 »
Pierre Citti, « Noms de pays en Algérie coloniale »
Slimane Aït Sidhoum, « À la recherche de la latinité perdue »
Gérard Chalaye, « Les "nouveaux mondes" algérianistes (1831-1939) »
Jacques Chevrier, « L’Atlantide, une île au large du mythe originel »

Deuxième Partie : Le mythe soupçonné

7Corinne Saminadayar, « D’impossibles nouveaux mondes : Zola L’Argent/Fécondité »
Dhana Underwood, « L’île Maurice : persistance et déconstruction du mythe d’une île édénique et pastorale dans l’imaginaire littéraire »
Roger Little, « Une mission décivilisatrice : épaves éparses de part et d’autre »
Guillaume Bridet, « L’orientalisme désorienté : l’Occident à l’école de l’Orient en 1925 »
Jean-Claude Blachère, « Périssent les principes... plutôt que les colonies »

Troisième Partie : (D)écrire les nouveaux mondes

8Vincent Bruyère, « L’aventure intérieure de Jean-Baptiste Labat »
Jacques Tual, « Robert Knox captif du roi de Kandy 1659-1680 : regard puritain sur un nouveau monde, Ceylan au xviie siècle »
Yvan Daniel, « L’Extrême Orient au tournant du xixe et xxe siècle : un "nouveau monde" ? »
Jean-Pierre Jardel, « De l’hétéro-image à l’auto-image chez les auteurs antillais des xixe et xxe siècles »
Jean Arrouye, « Allégories coloniales »
Michel Naumann, « Nouveaux mondes et hypermonde : la filiation gnostique de la littérature coloniale dans "Bubbling Well Road" de Kipling »
Odile Gannier, « "J’avais autrefois une ferme en Afrique" : La chaumière africaine de Charlotte Dard »
Charles-Edgar Mombo, « Société en situation et écriture de libération dans Ville cruelle de Mongo Beti »
Roger Chemain, « Deux épouses d’administrateurs face à la société coloniale : Une femme du monde au pays des zoulous, de Lady Barker, Tchad, de Denise Moran. Deux époques, deux tempéraments, deux visions contrastées »

Quatrième Partie : Des mondes mêlés ?

9Nicolas Di Méo, « Entre fusion et choc des cultures : mondes non occidentaux dans la littérature française de la première moitié du xxe siècle »
Cheikh Mouhamadou Diop, « Chinua Achebe et Cheikh Hamidou Kane, regards sur les mondes coloniaux »
Laila Ben Ezzedine, « La scolarisation des filles à l’époque coloniale à travers Tunisiennes de Lucie Paul Margueritte »
Jean-Philippe Watbled, Les « nouveaux mondes » et les langues : d’un dialecte néerlandais à la langue afrikaans »
Dominique Ranaivoson, « De nouveau des coloniaux dans les fictions africaines contemporaines ou la liberté de revisiter l’histoire et les héritages littéraires »

Pour citer cet article

Jean-François Durand et Jean-Marie Seillan (dir.) , « Les nouveaux mondes coloniaux », paru dans Loxias, 48., mis en ligne le 02 avril 2015, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html/lodel/docannexe/file/7601/%20http:/www.lejdd.fr/Politique/index.html?id=7956.


Auteurs

Jean-François Durand

Jean-Marie Seillan (dir.)