Loxias | 70. Doctoriales XVII | II. Travaux et publications 

Dominique Roques-Ferraris  : 

Vient de paraître

Joan Bodon. Contes populaires et autofictions

Index

Mots-clés : autofiction , écriture de soi, identité, invention narrative de soi, Jean Boudou, littérature occitane, tradition orale, XXe siècle

Plan

Texte intégral

1Classiques Garnier, 2020, Collection Études et textes occitans, n° 7

2789 p. ISBN : 978-2-406-09947-5, DOI : 10.15122/isbn.978-2-406-09947-5

3La priorité donnée aux Contes dans l’étude méthodique qui est faite ici de l’œuvre narrative de Joan Bodon met en évidence leur fonction fondatrice. Elle révèle aussi une stratégie d’écriture de soi originelle qui sera déployée dans des formes annonciatrices d’une littérature postmoderne.

Table des matières

4Avertissement
Introduction

Première partie : LE MYTHE ORIGINEL DU PAYSAN-CONTEUR

5I. La genèse des Contes
Le premier prix de prose aux Jeux floraux septénaires du Félibrige de 1954
Les Contes publiés post mortem
Les révélations des manuscrits et des éditions originales
La fidélité de l’édition des Contes del meu ostal aux manuscrits et à leur esthétique d’origine
Les manuscrits successifs des Contes dels Balssàs
Les effets de la délégation consentie pour l’édition des Contes del Drac
Les conséquences de l’édition post mortem des Contes de Viaur

6II. La contribution des Contes à la mythification de leur auteur
Les éléments issus de la transtextualité des Contes
La fable des contes « recueillis » de la bouche des anciens
L’illusion de la continuité d’une illustre famille de conteurs
Des contes du pays racontés « à sa façon »
L’expression dissimulée d’une mémoire personnelle
Les confusions sur le genre et sur les motivations d’écriture

7III. La réalité des Contes sous-jacente au mythe
Le contenu des volumes de Contes mis à nu
Contes del meu ostal
Contes dels Balssàs
Contes del Drac
Contes de Viaur
Les premiers indices d’une pulsion affabulatrice de soi

Deuxième partie : LE SIGNE DU CONTE

8I. La pratique récurrente du « conte »
Contes ou romans : le mélange des genres
Les contes enchâssés
Les contes quasi inédits
Mila dieus
La Quilha
Le vin

9II. La permanence de certains traits propres à une poétique du conte
Le court et le bref dans la narration
Les manifestations de la forme brève
L’expression de la brièveté
L’impossibilité de tout dire et le rapport voulu avec le lecteur
Les procédés stylistiques de l’oralité
Un langage familier et populaire et une syntaxe expressive
La polyphonie des chansons et des langues
La figure type du héros
Le héros « non prometteur »
La quête initiatique / identificatoire
La force du destin

10III. Les métamorphoses du conte
Du conte au mythe en tant que fiction narrative
Les grands mythes occitans
Le mythe de l’immortalité
Des mythes aux rites
Du merveilleux au fantastique et à la science-fiction
Le recours à un fantastique protéiforme
L’influence de la science-fiction
Du « dire » au « se dire »
La remémoration et l’investigation du passé
L’affirmation d’un besoin vital de croyances
Une stratégie d’écrivain issue du conte

Troisième partie DE LA QUÊTE DE SOI À L’INVENTION NARRATIVE DE SOI

11I. Les ressorts du questionnement spirituel
Magie, sorcellerie et foi chrétienne
Un sorcier moins « diable » que « magicien bénéfique »
Les autres opérateurs du surnaturel : l’armièr et le devinhaire
L’écriture au service de l’âme
L’intérêt pour les dissidences chrétiennes et pour la gnose
Les affinités occultes et ésotériques
Denis Saurat
Yvan Goll

12II. Les avatars autobiographiques
La prétention autobiographique
La tentative avortée du récit autobiographique
Une conception large du caractère autobiographique
L’opacité du protocole nominal
Les romans autobiographiques
Les identités empruntées pour la reconstruction de l’après-guerre
La doublure du maître d’école
L’expression sous-jacente du Moi
L’écriture « autofictionnelle »
Le conteur/personnage des Contes
« Des livres réalistes avec un fond de science-fiction »
L’écriture de soi dans celle de l’Histoire
L’affabulation fantastique de soi

13III. L’invention narrative de soi
La voie de la régression ouverte par les Contes
Le refus d’être mangé et la relation au père
Le nourrissage maternel et la tentation de la transgression
La représentation sublimée de la mère par opposition à toutes les autres
L’invention de soi dans les métamorphoses du moi
Le motif de la métamorphose développé dans les Contes
Les métamorphoses du moi dans d’autres moi potentiels
La prégnance des métamorphoses dites trans-
L’invention négative de soi
Les ressorts masochistes
Les affinités fétichistes
L’appétence du vin

14Conclusion

15Chronologie

16Bibliographie

17Index des noms de personnes

Image 10000000000000C80000012C7A78A0CF.png

Pour citer cet article

Dominique Roques-Ferraris, « Joan Bodon. Contes populaires et autofictions », paru dans Loxias, 70., mis en ligne le 07 novembre 2020, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html/lodel/docannexe/file/7601/%20http:/www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/06/02/index.html?id=9579.


Auteurs

Dominique Roques-Ferraris

Dominique Roques-Ferraris a fait sa thèse sous la direction de Rémy Gasiglia, au CTEL.