Loxias | Loxias 12 Le récit au théâtre (1): de l'Antiquité à la modernité | II. Travaux et publications 

Jean-Marie Seillan  : 

Aux sources du roman colonial (1863-1914) : L’Afrique à la fin du XIXe siècle

Texte intégral

1Éditions Karthala, 2006, 509 pages, 30 euros

2Les discours tenus aujourd’hui sur l’Afrique restent pour une large part pénétrés des fantasmes nourris par la conquête coloniale à la fin du XIXe siècle. Pour les saisir à leurs origines, l’auteur de ce livre est remonté aux sources du roman colonial français et a relu plus d’une centaine de romans ou cycles romanesques publiés entre 1863, date du texte fondateur Cinq semaines en ballon, et la guerre de 1914.

3Ces fictions, dues à quelques grands noms (Zola, Villiers de l’Isle-Adam, Jules Verne, Rosny aîné) et le plus souvent à une foule de feuilletonistes sans gloire (de Louis Boussenard à Fernand Hue, d’Armand Dubarry à Edgar Monteil), combinent avec une grande liberté les scénarios les plus improbables avec des matériaux empruntés aux récits de voyages des explorateurs. À ce titre, elles forment au sein de la littérature fin de siècle un vaste territoire inexploré, avec son histoire et ses sous-genres propres, ses pratiques d’écriture et ses stéréotypies particulières.

4Enfants perdus livrés à la gueule des lions, explorateurs assiégés par des hordes de cannibales, reines des Amazones à l’ardeur tropicale, sous-offs ignares proclamés rois par des foules noires émerveillées : rien ne manquait aux terreurs rassurantes et aux espérances illimitées promises aux lecteurs, ces téméraires aventuriers en chambre. Mais ces fictions leur livraient aussi, sous le couvert didactique et moralisateur d’aventures déclarées authentiques, des histoires de pillages et des scènes de carnages – affabulations de militaires rêvant, dans l’attente de la Revanche, de blanchir l’Afrique noire en exterminant ses habitants.

5De la visite d’un continent alors si mal connu qu’on pouvait tout en dire, il ressort que la France, ligotée dans les certitudes rigides du positivisme, du nationalisme et du racialisme, a rencontré l’Afrique à la pire époque de son histoire intellectuelle, au point de faire d’elle le laboratoire fictionnel de ses songeries génocidaires, voire de ce qui apparaît après coup comme un proto-fascisme français.

Pour citer cet article

Jean-Marie Seillan, « Aux sources du roman colonial (1863-1914) : L’Afrique à la fin du XIXe siècle », paru dans Loxias, Loxias 12, mis en ligne le 24 février 2006, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html/lodel/docannexe/file/7601/%20http:/www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/06/02/index.html?id=931.


Auteurs

Jean-Marie Seillan