Loxias | Loxias 32 « Qu’il parle maintenant ou se taise à jamais… »: Les effets du silence dans le processus de la création (1) | II. Travaux et publications 

Andreas Pfersmann  : 

Vient de paraître

Séditions infrapaginales : poétique historique de l’annotation littéraire (XVIIe-XXIe siècles)

Plan

Texte intégral

1Droz, 2011, coll. « Histoire des Idées et Critique Littéraire », n° 464

2ISBN-10 2-600-01440-3. ISBN-13 978-2-600-01440-3

3536 p., 83,49 €

4http://www.droz.org/fr/livre/ ?GCOI =26001100648030

5De Ben Jonson à Patrick Chamoiseau, en passant par le marquis de Sade et Augusto Roa Bastos, nombreux sont les écrivains qui ont orné leurs textes de notes marginales. Depuis la Renaissance, romanciers, dramaturges, quelques poètes ont fait de l’annotation un dispositif stratégique censé afficher une orthodoxie – réelle ou feinte –, contrôler la réception du texte, voire marquer une dissidence à l’égard des discours dominants. Mais les enjeux de cette « prose notulaire » (Jean-Paul Richter) où s’objectivent à la fois un rapport à la tradition et une position idéologique, varient sensiblement du drame baroque allemand (Gryphius, Lohenstein) à la satire de l’érudition chère à Swift, de la fiction historique du XIXe siècle (Scott, Vigny) aux romans d’avant-garde comme House of leaves de Marc Danielewski. Pour la première fois, les différents modèles de l’annotation littéraire, leurs filiations et leurs discontinuités, font l’objet d’une vaste enquête comparatiste qui en analyse la prolifération entre le XVIIe et le début du XIXe siècle, puis l’obsolescence et, enfin, la palingénésie contemporaine. La démarche adoptée par Andréas Pfersmann associe constamment les conditions historiques de production des œuvres et les problèmes théoriques sous-jacents tels que le statut de la fiction. Il en ressort que les marges de la page imprimée apparaissent comme un lieu éminemment politique où la « fonction auteur » (Foucault) ne cesse d’être redéfinie, dans ses rapports complexes avec le texte, le champ littéraire, le public et l’infléchissement de la lecture.

TABLE DES MATIÈRES

6En guise d’introduction

Première partie : Poétique et phénoménologie de la note

7Introduction

8Chapitre premier : Q’est-ce qu’une note ?

9A) Incursion rhapsodique dans l’histoire ancienne des scolies et des gloses

10B) Consignes des gens du métier

111) Les normes des typographes

122) Les directives des glossateurs

13C) Pour et contre les digressions infrapaginales

14D) De Rousseau à Goethe, les enjeux de l’emplacement

151) Systèmes doubles

162) Bas de page vs. fin

173) Excursus sur la note selon Goethe

18Chapitre II : Est-elle bonne, est-elle méchante ? Le débat sur la note de Cervantès à Balzac

19A) Les conseils de la Sainte Écriture

20B) La facil troppo Invention Tedesca

21C) Les partisans des Anciens au secours des notes

22D) Poésie et bas de page : l’apologie de Friedrich von Hagedorn

23E) Au-delà des sources

Deuxième Partie : Cum notis variorum : l’âge des remarques

24Introduction

25Chapitre III : Le siège de Commentariopolis ou heurs et malheurs de l’autorité

26A) La notion d’autorité

27B) De la Renaissance au Baroque : figures de l’autocommentaire savant

28C) L’émergence de l’autocommentaire satirique

291) La mise à mort du poeta doctus

302) Apparat critique et parole d’autrui chez Swift et Pope

31D) Les scholiastes épinglés

32Chapitre IV : Espace public, notes personnelles

33A) Les notes de La Nouvelle Héloïse : un discours auctorial inédit et sa censure

34B) « La tasse de thé auprès de ma petite boîte » (Johann Timotheus Hermes)

35C) Les infortunes de M. de Mézane

36Chapitre V : Le priapisme infrapaginal

37A) L’obscène selon Bayle

38B) Un « chercheur de détours »

39C) Le Satyricon allemand

40D) Vers le métaobscène

41Chapitre VI : Les apostilles du roman : lumières ou « contrepoison » ?

42A) Sapere aude !

43B) Excursus : Notes et digressions comme lieux de la métatextualité

44C) Que lis-tu donc ? Martinus Scriblerus et Sade, pédagogues de la lecture

45D) Antilumières et contrôle de la réception dans les notes

46Chapitre VII : Le statut de la documentation notulaire dans la fiction historique du XIXe siècle

47A) Le Professorenroman ou l’archéo-fiction érudite

48B) Le roman historique du XIXe siècle comme « micro-genre »

Troisième partie : Modernités marginales

49Introduction

50Chapitre VIII : Dans les marges de Henri Matisse, roman ou la relecture tardive selon Aragon

51A) La mise en scène du dialogue avec le peintre ou Aragon en Eckermann

52B) Une conversation entre moi et moi

53Chapitre IX : Le roman philologique

54A) Le manuscrit trouvé : actualisations d’un topos

55B) « Parody, that last resort of wit » (excursus)

56C) De la « forgerie » à la « charge » : la parodie de l’apparat critique

57D) Limites d’un genre, limites de la note

58Chapitre X : Suprématies de la note : les marges au pouvoir du livre

59A) Dispositifs typographiques, narration et mises en page expérimentales

60B) Le roman comme arborescence infinie entre dispositif imprimé et cyberespace

61C) Notes sans texte

62D) « Je ne suis pas un personnage » ou les sortilèges de la métalepse

63Chapitre XI : Les notes dans le « roman de la contre-histoire »

64A) Des « romans de la contre-histoire »

65B) Les « contre-points narratifs » selon Roa Bastos

66C) Le « déport » infrapaginal selon Chamoiseau

67Fahrenheit***

Bibliographie

68A) Bibliographie primaire

691) Proses notulaires de l’Âge des remarques : textes, éditions citées et anthologies

702) Proses notulaires modernes et contemporaines (XXe et XXIe siècles)

713) Autres sources : textes critiques et théoriques anciens, réflexions autocritiques, fictions polémiques, correspondances et comptes-rendus

724) Traités et dictionnaires d’imprimerie et de typographie

73B) Bibliographie secondaire

741) Histoire du livre, de la philologie et du commentaire, paléographie et papyrologie

752) Études sur les discours d’escorte, la citation et les textes annotés et/ou les auteurs cités

76Index

77Table des illustrations

Pour citer cet article

Andreas Pfersmann, « Séditions infrapaginales : poétique historique de l’annotation littéraire (XVIIe-XXIe siècles) », paru dans Loxias, Loxias 32, mis en ligne le 04 mars 2011, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html/index.html?id=6638.


Auteurs

Andreas Pfersmann

MCF HDR de littérature comparée, Andreas Pfersmann a fait partie du CTEL à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Il est actuellement en poste à l’Université de la Polynésie française.