miracle dans Loxias


Articles


Loxias | Loxias 17 | I.

Comment émergent les stéréotypes : le cas de l’auto-guérison à travers trois genres littéraires

Comment naissent les stéréotypes ? Il est plus facile de les repérer lorsqu’ils sont avérés et usés que de les voir apparaître, et pourtant, il faut bien que de temps à autre de nouveaux stéréotypes émergent, liés soit au besoin de renouvellement des genres littéraires, soit à l’évolution de la société qui renouvelle les évidences, tout spécialement dans les littératures de grande consommation qui épousent de près les attentes du public. Pour étudier ce phénomène d’émergence, on a choisi le cas de l’auto-guérison, version post-chrétienne du miracle évangélique dans laquelle Sauveur et miraculé sont une seule et même personne.Ce stéréotype émergent est repérable dans trois genres littéraires. En littérature de jeunesse à la fin du XIXe siècle, il prend la forme spécifique de la guérison d’un enfant infirme qui, sans traitement médical et à la grande surprise des adultes de son entourage, devient capable de retrouver la voix et de parler, ou de se lever de son fauteuil roulant et de marcher (voir Sans famille d’Hector Malot, Heidi kann brauchen, was es gelernt hat de Johanna Spyri, The Secret Garden de Frances Burnett). Dans la littérature fantastique ou de science-fiction, il prend la forme d’une auto-rédemption surnaturelle accomplie à travers un dédoublement temporel : on est sauvé ou guéri par son moi futur ou par la rencontre de son passé (voir The Shining de Stephen King, The Fall of Hyperion de Dan Simmons, Xenocide d’Orson Scott Card, Harry Potter and the The Prisoner of Azkaban de J.K. Rowling). Dans les thrillers contemporains, l’auto-guérison apparaît inachevée, et le stéréotype en voie d’émergence : on attribue au héros des pouvoirs divins, et pourtant il a lui-même besoin de guérison ou de rédemption (voir Le Manuscrit du Saint-Sépulcre de Jacques Neirynck, The Wonder Worker de Susan Howatch, The Lazarus Child de Robert Mawson, Et après…de Guillaume Musso, Le Rituel de l’ombre d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne). La liberté des auteurs apparaît bien grande, et l’étude permet de découvrir la phase de créativité qui précède la fixation définitive d’un nouveau stéréotype narratif.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 38. | Doctoriales IX

Les miracles vus par Ryûnosuke Akutagawa à travers le genre kirishitan (genre chrétien)

Notre objectif est d’éclairer la façon dont l’écrivain japonais Ryûnosuke Akutagawa voit le miracle à travers trois récits de genre kirishitan : Ogata Ryôsai oboegaki (Le Mémorandum de Ryôsai Ogata, 1917), Kokui Seibo (La Vierge noire, 1920), Nankin no Kirisuto (Le Christ de Nankin, 1920). Ces trois récits dont le sujet est les phénomènes prodigieux liés à la maladie nous mettent sur la piste pour comprendre comment l’écrivain non chrétien faisant ouvertement profession d’athéisme a nuancé sa position en tenant compte du concept théologique de prédestination et de la croyance populaire. Oscillant entre la religion et la science qui constituent une éternelle dichotomie, Akutagawa, malgré sa tendance rationaliste, ne cache pas sa fascination pour les guérisons médicalement impossibles en y reconnaissant la manifestation de la bonté divine.

Consulter l'article