poétique dans Loxias


Articles


Loxias | Loxias 10 | I.

L’invention du roman français au XVIIe siècle

Chercher à définir le roman au XVIIe siècle fait surgir deux oppositions majeures : malgré la faible considération des auteurs, des lecteurs et des ouvrages en eux-mêmes, le succès croissant du genre ; face à la critique des adversaires du roman, l’apologie puis la théorisation du genre romanesque. La réflexion sur le genre est tributaire de ce contexte polémique, et son essor est inséparable de quelques présupposés, qui lui sont ensuite durablement associés. Pour contrer les arguments des doctes et des moralistes, les romanciers conçoivent leur pratique parallèlement à un programme de réhabilitation du genre. Plus que de l’élaboration, dans les faits et dans les œuvres, d’une pratique narrative, c’est de « l’invention » d’un genre littéraire qu’il s’agit.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 11 | Littérature française

Tête d’or, ou le travail du deux, ou le travail de deuil du deux…

Cette étude sur certains aspects de Tête d'or a trois objectifs enfermés l'un dans l'autre: au cœur du dispositif il y a quatre études stylistiques directement destinées aux étudiants d'agrégation. Autour de ces études, et appuyé sur elles, il y a un travail de réflexion sur la dramaturgie de Claudel, et sur la pertinence des démarches stylistiques classiques à propos des formes de ce théâtre si particulier. Et encore autour de cette réflexion il y a une esquisse de recherche sur les significations de cette dramaturgie et de cette pièce.

Consulter l'article

Loxias | Loxias 26 | Doctoriales VI

Gladiator, « athlète intellectuel », et le modèle du cirque dans les Cahiers de Paul Valéry

Les Cahiers mettent en scène des acteurs du cirque et érigent Gladiator en héros de la piste. Ces figures accompagnent les essais de représentation du fonctionnement de l’esprit, permettant d’exploiter les valeurs de mouvement, de force et d’adresse. Du cirque antique aux numéros modernes en passant par le théâtre équestre, le modèle valéryen se fonde sur plusieurs univers de références qui s’entrecroisent autour de l’idée centrale de dressage. En affichant un tel intérêt pour les arts de la piste, Valéry suit, dans une certaine mesure, la tendance moderne qui voit le théâtre renouveler ses formes au contact des arts mineurs. Le cirque est encore le lieu où les Cahiers recyclent les grands thèmes de la philosophie nietzschéenne : Gladiator, « le philosophe du jeu » incarne la volonté de puissance. Modèle pour l’abstraction valéryenne, le cirque marque enfin la poétique des Cahiers : acrobatie et dressage se travaillent à même la page. C’est à partir de ce modèle de cirque riche et complexe que la démarche expérimentale de Valéry trouve la possibilité de mettre en forme, et en acte, la « science de tirer de soi tous les tours inconcevables ».

Consulter l'article

Loxias | Loxias 39. | Autour des programmes d'agrégation 2013

La blanche mélancolie dans la Délie de Maurice Scève

Le thème de la mélancolie dans la poésie de Maurice Scève est lié à la fois à la quête amoureuse et à la création poétique. L’héritage des pensées antique et pétrarquiste est profondément transformé : la mélancolie, à la croisée du physiologique et du spirituel, permet d’expérimenter la résistance du lien entre l’âme et le corps et, dans cette tension même, de les unifier davantage. Le texte médical du De Vita de Ficin analyse avec précision la conversion de la mélancolie noire (pathologique), en mélancolie blanche (créatrice). Ce concept éclaire la poétique de Délie. Pour le poète, il s’agit de sentir ce processus de transformation interne, de le guider, et de parvenir à une sorte de régulation des humeurs qui scande la croissance intérieure de l’âme. L’œuvre littéraire n’est pas un lieu de sublimation en soi, mais témoigne du travail mystérieux qui s’opère au centre de l’être.

Consulter l'article