Sophie Mantrant


SEARCH, Université de Strasbourg
Sophie Mantrant, agrégée d’anglais, est Maître de Conférences à l’Université de Strasbourg, où elle enseigne la littérature américaine. Ses recherches portent principalement sur la littérature fantastique au tournant du XXe siècle et elle s’est notamment intéressée aux nouvelles fantastiques d’Edith Wharton. Elle travaille actuellement sur l’œuvre de l’auteur gallois Arthur Machen.

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 30.1 - 2014

Avant-propos : Lily ou l’impossible histoire

“« What is you story, Lily ? » demande Gerty Farish à l’héroïne du roman d’Edith Wharton (Wharton 176). Lily Bart refuse de raconter, s’opposant ainsi à la réduction de son existence à un texte figé. Elle résiste également à un scénario pré-écrit, celui du beau mariage qui ferait d’elle un trophée témoignant de la fortune de son époux. Non que Lily soit une figure de la révolte : elle hésite et fluctue, fait des compromis, cède plus d’une fois à ses impulsions, s’en remet parfois à la chance. Elle se plaît à rêver d’un au-delà (« Beyond ! » dit son sceau) sans toutefois parvenir à lui donner une forme préci...”

Consulter l'article

Cycnos | Volume 30.1 - 2014 | I Modèles et émancipation dans The House of Mirth

Et Selden créa Lily. Échos mythologiques dans The House of Mirth

Mythological references abound in Wharton’s fiction. This paper examines the interface between the Pygmalion myth and that of Perseus rescuing Andromeda in The House of Mirth. Both provide a possible scenario for the Selden-Lily relationship and participate in the outlining of the sentimental subtext of the novel. A study of the use of water imagery shows how the two myths weave a network of echoes and reverberations, at times inflecting the direction of the narrative flow. Although the Pygmalion myth is inverted and the scenario of rescue is never enacted, their ghostly presence is a constant reminder of « the road not taken ».

Consulter l'article