Jean-Étienne Pieri


Jean–Étienne Pieri est docteur en études cinématographiques et ATER à l’Université de Caen Basse–Normandie. Sa thèse, dirigée par Jean–Loup Bourget et Charles Tesson, avait pour sujet « Hollywood et Hong Kong : transferts culturels, de 1979 à nos jours » (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, 2008). Ses recherches portent principalement sur la circulation des formes entre les cinématographies asiatiques et Hollywood, ainsi que sur la représentation des Asiatiques dans le cinéma américain. Ancien rédacteur en chef de la revue d’esthétique L’Art d’aimer, il a également publié dans la revue Positif des articles consacrés à Johnnie To et au film de sabre chinois.

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 27 n°2 - 2011 | Types et archétypes

D’Alan Ladd à Chow Yun-fat, en passant par Alain Delon (et Chow Yun-fat) : la circulation transnationale d’un personnage de tueur à gages

Cet article examine ce qui relie quatre interprétations d’un personnage-clé de l’univers du film criminel – le tueur à gages – par trois acteurs de générations différentes. Les quatre interprétations ont été produites dans des industries cinématographiques distinctes (Hollywood, la France et Hong Kong) : Alan Ladd dans Tueur à gages (Frank Tuttle, 1942), Alain Delon dans Le Samouraï (Jean-Pierre Melville, 1967), Chow Yun-fat dans The Killer (John Woo, 1989) et Chow Yun-fat encore dans son premier film américain, Un tueur pour cible (The Replacement Killers, Antoine Fuqua, 1998). Ce qui relie ces quatre films est maintenant bien connu (par exemple John Woo a souvent reconnu l’influence de Melville sur son travail), mais les quatre interprétations sont très différentes l’une de l’autre, du sous-jeu de Delon dans Le Samouraï au sur-jeu de Chow Yun-fat dans The Killer. Malgré ces variations, partiellement dues au contexte de production de chaque film, une vraie généalogie, paradoxale mais fructueuse, se fait jour. This article examines the connections between four interpretations of a key character in the universe of the crime film – the contract killer – by three actors of different generations. The four performances come from pictures produced in distinct film industries (Hollywood, France and Hong Kong) : Alan Ladd in This Gun for Hire (Frank Tuttle, 1942), Alain Delon in Le Samouraï (Jean-Pierre Melville, 1967), Chow Yun-fat in The Killer (John Woo, 1989), and Chow Yun-fat again in his first American picture, The Replacement Killers (Antoine Fuqua, 1998). The links between these four movies are today well-known (for instance, John Woo has often recognized Melville’s influence on his work), but the performances of the leading actors may seem very distinct from each other, ranging from Delon’s underplaying in Le Samouraï to Chow Yun-fat’s overplaying in The Killer. In spite of these apparent differences (partly due to the context in which each film was produced), a real genealogy, paradoxical but fruitful, can be traced through these four performances.

Consulter l'article