Hélène Valmary


Université de Caen-Basse Normandie
Docteure en études cinématographiques, Hélène Valmary est également co-fondatrice du G.R.A.C. (Groupe de Réflexion sur l’Acteur de Cinéma). Elle enseigne l’histoire et l’analyse du cinéma à l’université et collabore occasionnellement à la revue Positif. Elle a publié des articles dans Cinémaction (« De quelques usages du costume chez les super héros », dans Christian Viviani (dir.), Le costume au cinéma, 2012 ; « Les biopics sportifs », dans Rémi Fontanel (dir.), Biopic : de la réalité à la fiction, 2011) et a rédigé 117 nouvelles entrées du Dictionnaire mondial du cinéma (Larousse, 2011). Elle est également co-responsable de publication (avec Christophe Damour, Christian Gutleben et Christian Viviani) d’un numéro de la revue Cycnos (« Généalogies de l’acteur au cinéma : échos, influences, migrations », revue Cycnos, volume 27, n°2, 2011) et d’un numéro de la revue Théorème (Du héros au super héros, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2009).

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 27 n°2 - 2011 | Introduction

L’acteur de cinéma : familles et filiations recomposées

“Un constat a motivé non seulement cet ouvrage mais surtout le colloque qui en est à l’origine1 : l’intuition critique et la réflexion analytique peuvent, au regard de la récurrence de gestes ou de rôles, dans un contexte donné (national, générique) ou sur le mode de transferts culturels, faire émerger des lignées d’acteurs, des filiations de personnages, des familles cinématographiques. Si « aux yeux de qui a envie de les voir, n’importe quelle image dégage à la fois quelque réminiscence des figures du passé et le signe avant-coureur des modes à venir » (Leveratto et Jullier 10), c’est que chaque œuvre d’art peut être considérée ...”

Consulter l'article

Cycnos | Volume 29.2 - 2013 | I Larvé ou osbcène: le pouvoir du méchant

De Smith à Schmidt : Hugo Weaving, un visage du Mal

Hugo Weaving is an actor familiar with bad-guy parts in contemporary Hollywood action movies. What appears as a constant in these roles is the use of the actor's face as a mask. While being at first part of established evil forces (the Machines in Matrix or Hitler in Captain America), Weaving’s bad guys detach themselves from this dominant force and grow stronger, as well as insensitive and merciless, and finally die killed by a kind of energy force, a blinding light that comes out of their bodies. A link appears between the actor's face, the mask he wears and the evil force that he is trying to contain inside him. Besides the traditional opposition good vs. evil (the villains played by Weaving share numerous similarities with the hero), Weaving playing the bad guy seems to propose a third way and appears to be a transitional figure towards a new type of hero, the super heroes, whose force is to live with a dark side that consumes them.

Consulter l'article