Grégory Beriet


Grégory Beriet est Docteur en histoire moderne et contemporaine au Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA, Nantes/La Rochelle). Ses dernières publications sont : « Le corps contraint : les forçats espagnols au bagne de Rochefort sous le premier Empire », in. Les étrangers dans les villes ports : expériences française et allemande (XVe – XIXe siècles), sous la dir. de Michaël Augeron & Pascal Even, Paris, Les Indes Savantes, 2011, pp. 157-166 ; « La peau, ses représentations et ses traitements chez les officiers de santé de la marine aux XVIIIe et XIXe siècles », in. Nouvelles Dermatologiques, n° 8, Octobre 2010, pp. 456-461 ; et « Le corps malade et souffrant : vivre, survivre et mourir à l'hôpital (Rochefort, fin XVIIIe-milieu XIXe siècle) », in. Corps saccagés : une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, sous la dir. de Frédéric Chauvaud, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, pp. 139-149.

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 28 n° Spécial

Accepter l’inacceptable : étude des stratégies de la marine face au refus de la transportation coloniale des forçats du bagne de Rochefort (1849-1854).

Notre article se propose d’étudier les stratégies de refus utilisées par les forçats du bagne de Rochefort pour éviter la transportation. Ne pouvant les contraindre en vertu du principe de non rétroactivité des lois, l’administration maritime va quant à elle tenter de convaincre ces derniers, avant d’user de méthodes plus coercitives. Notre propos s’articulera principalement autour de la trame narrative de cette liquidation du bagne de Rochefort, dont les derniers forçats seront évacués en 1854. Dans cette perspective, nous utiliserons principalement les correspondances du commissaire du bagne de Rochefort, qui rassemblent des informations relatives aux plaintes et objections des détenus. Mais nous analyserons également les registres de punitions et les archives du tribunal maritime spécial, en cherchant à comprendre en quoi les infractions peuvent traduire des modalités pratiques de refus.

Consulter l'article