Etat dans Cycnos


Articles


Cycnos | Volume 23 n°2 | CIV.

More Deadly Than The Male1...? Mothers and Infanticide In Nineteenth Century Britain

Dans notre culture occidentale, le symbole de la vie est la mère ; cependant, à partir des années 1850 au Royaume-Uni, la société devint de plus et plus consciente du crime d’infanticide, commis soit par la mère naturelle soit par une mère de substitution. Le taux élevé de la mortalité infantile a amené la police à examiner de près les morts “inhabituelles”. Cet article propose une étude de l’infanticide, à travers les archives et la presse de la période, très riches en rapports de police et en procès. In Western culture, the symbol of life-giving is the mother, yet from the middle of the nineteenth century on, British society became more and more aware of the crime of infanticide, committed by the mother-figure, either in the form of the natural mother or that of a surrogate. The high rates of infant mortality led to investigations into infant deaths by “uncommon” means, committed both by the mother herself and by those engaged in the occupation of baby farming. This paper proposes to examine these causes of infant death, through a study of archives and the press of the period, which contained detailed police reports, transcripts of the many trials which took place in the second part of the nineteenth century, as well as editorials and articles on the subject.

Consulter l'article

Cycnos | Volume 25 n°1 - 2007

Purity and impurity in The Power and the Glory

Le pur et l’impur est l’une des multiples paires de notions qui s’entrechoquent et qui constituent la clé de voûte de The Power and the Glory. La pureté et l’impureté ne sont pas aisément définissables puisque parfois elles sont contradictoires, et parfois elles se ressemblent. L’impureté peut dissimuler ou, au contraire, faire ressortir la pureté. Tous les personnages du roman, en particulier le prêtre, sont en proie à des dilemmes et paradoxes existentiels. Ils voguent entre des extrêmes qui parviennent à se rejoindre et à se confondre. Tel est le cas de la pureté et l’impureté, matériellement visible dans le sordide état de Tabasco, caractérisé par la putréfaction, le délabrement, la pourriture et la corruption. Le conflit religieux et politique a deux adeptes, le prêtre et le lieutenant, qui défendent la pureté de leur noble tâche, mais leurs actions, lorsqu’ils mettent en pratique leurs idéaux, sont empreintes d’impureté. Même si aucun n’est digne de sa mission, c’est le prêtre qui semble évoluer et  acquérir une purification spirituelle lorsqu’il abandonne l’ambition, l’avidité et la fierté pour se rapprocher humblement de ses ouailles. Malgré les consonances religieuses de ce roman et son arrière-plan politique, Graham Greene réalise un thriller efficace grâce à un style épuré, un langage simple et dépouillé qui n’encombre pas le déroulement de l’action.

Consulter l'article