métarécits dans Cycnos


Articles


Cycnos | Volume 25 n°1 - 2007

The saint and the hero in The Power and the Glory

Dans The Power and the Glory, le protagoniste n’est pas présenté sous des traits héroïques mais il finit par devenir une figure de saint tandis que le deutéragoniste n’est jamais présenté comme une figure de saint bien qu’il soit doté de traits héroïques. Il n’y a donc pas coïncidence entre la figure du saint et celle du héros et, puisque cette coïncidence constitue l’une des caractéristiques de l’hagiographie, le récit du prêtre anonyme ne ressortit pas à l’hagiographie ; or, si The Power and the Glory n’est pas une hagiographie bien que décrivant l’itinéraire d’un saint, c’est bien que le roman de Greene entend se montrer séditieux envers les métarécits canoniques. De fait, l’hagiographie enchâssée fait l’objet d’une mise en texte caricaturale et de fait, le héros contrevient à toutes les typologies du héros classique tel qu’il est défini par Baudoin, Campbell ou Sellier. Si Greene s’efforce de mettre en cause les acceptions et les conceptions conventionnelles des concepts de saint et de héros, c’est pour signaler son hétérodoxie fondamentale tant sur le plan théologique que romanesque. Dans l’axiologie idiosyncrasique de Greene, le protagoniste tire sa sainteté de son avilissement et le héros romanesque est à la fois un anti-héros et un héros qui échappe aux classifications génériques. En redéfinissant et reconfigurant le saint et le héros par un processus d’hybridation, Greene souligne donc son horreur de l’orthodoxie que ce soit dans le domaine religieux ou dans le domaine littéraire.

Consulter l'article