Monica Girard


Monica Girard is a lecturer of British literature at the English Department of the University of Nancy 2. In 2003 she obtained her Ph.D. entitled “A Voice of One's Own: Examining Virginia Woolf's Literary Allotropes, Melymbrosia (1908) and The Voyage Out (1915)” Her thesis offers a comparative analysis of the two versions by taking into account various aspects of Woolf’s evolving literary composition. She has published several articles exploring the genesis of Virginia Woolf’s first novel from the multiple perspectives of genetic criticism, feminism, narratology, stylistics and linguistics. Her published work also includes studies of post-modernist award-winning British literature.
Université de Nancy 2

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 25 n°1 - 2007

Purity and impurity in The Power and the Glory

Le pur et l’impur est l’une des multiples paires de notions qui s’entrechoquent et qui constituent la clé de voûte de The Power and the Glory. La pureté et l’impureté ne sont pas aisément définissables puisque parfois elles sont contradictoires, et parfois elles se ressemblent. L’impureté peut dissimuler ou, au contraire, faire ressortir la pureté. Tous les personnages du roman, en particulier le prêtre, sont en proie à des dilemmes et paradoxes existentiels. Ils voguent entre des extrêmes qui parviennent à se rejoindre et à se confondre. Tel est le cas de la pureté et l’impureté, matériellement visible dans le sordide état de Tabasco, caractérisé par la putréfaction, le délabrement, la pourriture et la corruption. Le conflit religieux et politique a deux adeptes, le prêtre et le lieutenant, qui défendent la pureté de leur noble tâche, mais leurs actions, lorsqu’ils mettent en pratique leurs idéaux, sont empreintes d’impureté. Même si aucun n’est digne de sa mission, c’est le prêtre qui semble évoluer et  acquérir une purification spirituelle lorsqu’il abandonne l’ambition, l’avidité et la fierté pour se rapprocher humblement de ses ouailles. Malgré les consonances religieuses de ce roman et son arrière-plan politique, Graham Greene réalise un thriller efficace grâce à un style épuré, un langage simple et dépouillé qui n’encombre pas le déroulement de l’action.

Consulter l'article