Cycnos | Volume 16 n°2 Détermination nominale et individuation - 

André Gauthier  : 

Singuliers non pluralisables et construction de l'unité

Plan

Texte intégral

1Le titre de cet article évoque la mise en oeuvre de la catégorie grammaticale du nombre, c'est-à-dire, dans un cadre culiolien, la mise en correspondance de marques linguistiques (singulier/pluriel) avec des représentations abstraites, dont l'opposition unique/multiple n'est qu'une dimension parmi d'autres, et encore les correspondances ne se font-elles pas terme à terme. On sait que ces représentations elles-mêmes ne sont pas un simple décalque de la “réalité” extralinguistique. Elles procèdent d'interprétations, d'élaborations, en l'occurrence de schémas d'individuation qu'il nous faut reconstruire au travers des marqueurs. De ce point de vue, il est significatif qu'à l'opposé du français, l'anglais contemporain dispose d'une pluralité de marqueurs pour désigner l'unité. On aura suivant les cas affaire à l'article indéfini a, à one ou à any, ou encore à some, qui ne leur est pas relié étymologiquement. Ainsi apparaît-il que l'unité n'est pas donnée toute faite. Elle se construit, par un travail sur le continu/discontinu qui passe par des opérations de fragmentation et de délimitation dont nos différents marqueurs sont la trace.

2S'agissant de linguistique et non d'arithmétique, il n'y a a priori aucune raison pour que la construction de l'unité entraîne automatiquement la mise en correspondance avec l'univers des nombres. Dans le même ordre d'idée, la tendance traditionnelle à associer de façon privilégiée l'opposition singulier/pluriel à l'interprétation unique/multiple laisse un important reliquat de constructions difficiles à justifier. C'est le cas notamment des singuliers non pluralisables (ou difficilement pluralisables) dont nous examinons ici un échantillonnage, que nous espérons représentatif mais qui ne prétend en rien à l'exhaustivité.

3Un premier sous-groupe correspond à une découpe notionnelle opérée directement sur du verbal :

(1) Let's have a swim/a try - She had a good cry/a quiet read.
'Have a sit down', he suggested.
- 'Jinny had better not go. She'll lie down and have a sleep'. (A. Christie)
- 'I shall enjoy having a second look'.
Make an attempt. Make a grab.
…fine ladies looking for a giggle and a thrill.
…getting ready for a climb/a drive. …leaning against a wall for a smoke and a rest. - This car needs a clean…

4On reconnaît ici entre autres les constructions verbo-nominales examinées par Anna Wierzbicka dans un article de Language (Vol. 58/4, 1982) qui n'était pas passé inaperçu. On note l'homomorphisme entre nom et base verbale : to cry/have a cry, to attempt/make an attempt… La périphrase n'est possible qu'avec un nombre restreint de verbes, dont les principaux, have, make, give, take…, ont été étudiés récemment dans leur spécificité par J. Guillemin. La question de l'extension et des conditions d'emploi de la construction nominale reste posée. On aura : have a bite, have a chew, mais pas : *have an eat ; have a chat, a talk, mais pas : *have a speak ; have a look, a glance, a glimpse, mais pas : *a see, *a watch… Certains prédicats se laissent fragmenter, d'autres pas ; et nous n'avons pas de réponse toute faite à la question.

5Du point de vue aspectuel, ces constructions verbo-nominales ne recouvrent ni terme atteint ni franchissement de frontière. Elles semblent plutôt renvoyer à une boucle, avec retour sur le sujet de l'énoncé en ce qui concerne les constructions en have : have a walk mais difficilement : ?I had a walk to the post-office ; make a grab, mais pas : *make a grasp. Tout se passe comme si le procès n'avait pas d'objectif extérieur au sujet de l'énoncé. Cette première découpe est itérable : have another go, have a second look, mais pluralisable seulement dans un nombre réduit de

6cas : have three tries, une indication que ce qui est significatif ne serait pas tant la quantité elle-même que la délimitation du quantum nécessaire à l'occasion, à l'expérimentation par le sujet, la tonalité appréciative étant particulièrement sensible avec les verbes de perception volontaire : have a listen, have a feel…, ou l'expression d'une satisfaction : have a good cry, enjoy a second look, a giggle and a thrill… On note cependant : 'Humpty Dumpty had a great fall', cité par J. Guillemin.

7D'un autre côté, bien qu'imposant une découpe proportionnelle à l'occasion, a try, a go, a push, a nibble… s'inscrivent difficilement dans la durée. Ils illustreraient plutôt la possibilité d'une fragmentation sans individuation, d'un découpage existentiel correspondant à une occurrence formatée, itérable mais difficilement cumulable. En français un coup : boire un coup, pleurer un bon coup, (mais : manger un morceau) apporte, de façon comparable, sa contribution à la délimitation d'un procès. Tous les procès ne se prêtent pas également à cette forme de discrétisation. C'était le sens de la contribution d'Anna Wierzbicka. On pense plutôt, pour ces constructions, à des valeurs de type aspectuel qu'à des règles rigides de détermination nominale. En termes culioliens, on est tenté de conclure que cette construction verbo-nominale retient de sa proximité avec le verbal une dimension aoristique.

8Egalement en dehors d'une logique de l'unique/multiple, mais toujours dans le verbo-nominal, voici d'autres singuliers non pluralisables :

(2) Doctors like that are a disgrace to our hospitals.  (LDCE)
These children are a nuisance - Don't make a fuss - You look a mess - What a pity she's so tall! - What a life! - What a memory!

9mais pas :

*What a courage! *What a fun! *What a luck! - *What sort of a patience is that?

10Les items lexicaux mis en oeuvre ici sont censés renvoyer à du continu. Plusieurs sont même construits sur du verbal : disgrace, annoy, mess, fuss… Cependant ils sont associés à un fonctionnement discontinu, ce qui est aussi le cas des exclamatives correspondantes (What a mess!), avec des possibilités de pluralisation très réduites. Il s'agit d'exprimer non plus l'activité d'un sujet, comme en (1), mais un jugement de propriété, ou d'étendre à l'ensemble d'une situation la caractéristique d'un comportement. On remarque que dans ce type d'emploi une exclamative comme : What a pity! What a thousand shames!, se comporte en fait comme un modal. On aurait alors affaire à une prise de position d'un énonciateur sur une occurrence particulière de situation : It is unfortunate that…, très proche d'une modalité trois dans l'ordre culiolien : Il est heureux que…, il est dommage que…, il est honteux que… Avec disgrace et nuisance également, l'énonciateur prend ses distances par rapport à une occurrence particulière de situation. La présence de a  signalerait ainsi une instance de situation qui se distingue de la norme, la qualification (QLT) l'emportant sur la quantification (QNT).

11Le trait commun de ce regroupement d'énoncés quelque peu hétéroclites serait alors le passage par l'indéfini, non pas tant cette fois pour renvoyer à une occurrence formatée (cf (1)), que pour marquer un écart par rapport à une attente. On passerait ainsi du descriptif à l'appréciatif. Dans le descriptif, la découpe notionnelle marquée par a  (le formatage) serait liée à l'activité d'un sujet (S sujet de l'énoncé) : have a listen, give a push, take a look, catch a glimpse… Dans les énoncés regroupés en (2), on aurait affaire à un jugement, le plus souvent par défaut, c'est-à-dire à l'activité d'un énonciateur prenant appui sur un écart par rapport à la “bonne valeur” pour caractériser une occurrence particulière de situation. La difficulté de pluraliser pourrait-elle être un signe que tout en étant possible, la découpe dont a est la trace ne passe pas par la référence explicite à la classe ?

12Dans les énoncés proches du verbal, l'unité n'existerait ainsi qu'en tant que repérée par rapport à un sujet, ou ajustée à une instance particulière de situation, a life, a memory… étant compatibles avec une découpe. Il en va différemment avec : luck, courage ou patience, pour lesquels l'accès à la discontinuité doit passer par un dénombreur : a stroke of luck, an act of courage … ou par la construction d'un gradient : What a great courage!, What a speed! (dans un contexte où il est question de bolides). Ceci demanderait confirmation par de nombreux exemples en contexte ouvert.

13Dans le domaine du sécable, il est admis que la découpe minimale passe par l'appartenance à la classe. On peut avoir affaire à une occurrence située (There's a unicorn in the garden (James Thurber)), a  ne fait guère que poser l'existence d'un exemplaire quelconque dans la situation. On peut aussi avoir affaire à une unité de référence comme dans :

(3) I've known many a speed cop in my day, but never one like him…
ou : Ethel brought me my tea… I saw her brown arm and strong woman's fingers. I like a healthy woman. Especially when she's just on thirty… (Bill Naughton)

14Dans ces exemples, un seul spécimen suffit à évoquer l'image que se fait le sujet d'un membre de la police de la route ou d'une femme désirable, ainsi que le rapport qu'il établit avec ce modèle : 'je connais ce type d'homme, j'apprécie ce type de femme…' Le singulier permet d'affirmer la persistance de l'identité de l'objet à travers la diversité des situations. Mettre au pluriel serait dénaturer le propos. A n'introduit donc pas ici seulement un gabarit de découpage. Dans la mesure où les unités formatées sont par définition mutuellement substituables, n'importe laquelle d'entre elles peut représenter l'ensemble de la classe. L'unité ainsi construite est susceptible de servir de point d'appui à des jugements. Associés à un jeu sur le domaine notionnel, ces jugements peuvent prendre une forme particulière dans la démarche d'approximation qu'illustre l'exemple suivant :

(4) Let's just say that I thought of Ned Beaumont as a brother, a wild, hot-headed, let us say “peremptory” brother, but a brother nonetheless… (G.Sorrentino)

15Dans un énoncé comme celui-ci, au départ pluralisable, il est possible de dissocier l'appartenance à la classe, matérialisée par le repère a brother, introduit par as, des propriétés qui la sous-tendent : he is not much of a brother, he's no brother of mine représentant le degré zéro d'appartenance à la classe, en QNT et en QLT. On définit ainsi un domaine notionnel centré muni d'un intérieur (brotherhood), d'un extérieur, et surtout d'une zone intermédiaire d'éloignement du centre où les choses, tout en étant autres (altérité), ne se situent pas hors du champ d'attraction du centre organisateur. On passe ainsi d'une logique du tout ou rien à une logique du plus ou moins. A partir de ce moment, les énonçables ne sont plus pluralisables : He isn't enough of a brother to… There isn't much of a case against him. - She looks like a bit of a snob… C'est toute une échelle qualitative qui peut être développée en termes de valeur approchée par rapport à une valeur moyenne, le représentant de la classe servant de point d'accrochage à un raisonnement par défaut. Il a été noté que of disparaissait dès qu'on avait affaire à une identification stricte : *He was much of a brother devient : He was very much a brother, He was every bit a brother, toujours sans contrepartie plurielle.

16Ce raisonnement par défaut se retrouve dans d'autres expressions courantes et notamment dans les questions rhétoriques en kind of/sort of lorsqu'elles sont associées à du discontinu singulier. What kind of a car is this? peut renvoyer à un jugement très différent de la question : What kind of car is it? Le traitement prosodique n'est d'ailleurs pas étranger à cette différence d'interprétation. Avec a, l'appartenance à la classe n'est pas forcément tenue pour acquise, comme l'illustre très bien ce commentaire d'Oliver Sacks sur une citation de Luis Buñuel (“Life without memory is no life at all”) :

(5) What sort of a life (if any), what sort of a world, what sort of a self, can be preserved in a man who has lost the greater part of his memory? (Oliver Sacks)

17Cette pseudo-question s'interprète bien en effet en termes d'écart par rapport à une valeur moyenne posée comme repère, cet écart étant porté ici à son maximum par l'introduction d'un parcours en (QNT/QLT) matérialisé par if any.

18C'est aussi en termes d'écart par rapport à un centre organisateur qu'on peut envisager l'analyse des énoncés suivants :

(6) 'A white birthday cake of a hat' (H.E.Bates)
- “A crescent-shaped jewel of an island” (cité par F.O.Austin)
- A peach of a dress at a treat of a price
- A cobra of a politician
- His torn cobweb of a shirt
- That sourpuss of a traffic warden
- A whale of a bridge
- A bender of a night (R.Kipling)
- A devil of a debater
- Their sham of a marriage
- 'Monday dawned without any colour or individuality, a mere limbo of a day…' (P.D.James)

19Bien connues pour leur productivité et leurs effets pittoresques, ces constructions non pluralisables ont suscité naguère l'intérêt de O.Jespersen et, plus récemment, celui de Frances O. Austin dans English Studies, et de quelques autres. Cette association de deux noms dont les référents n'ont au départ pas grand-chose de commun donne lieu aux juxtapositions les plus incongrues. Rien de purement descriptif ne permet de rapprocher par exemple un gâteau d'anniversaire d'un chapeau, ou un serpent d'un politique. On note que dans ce rapprochement métaphorique de deux noms, le premier sert souvent de support à un qualificatif. Pour en rendre compte, on ne saurait se contenter d'inverser les déterminants et de ramener, par exemple : that sourpuss of a traffic warden à la glose : that traffic warden is a sourpuss!

20La construction existe aussi en français, où elle est pluralisable, mais avec beaucoup moins d'extension et de productivité. Tout  comme : a sourpuss of a traffic warden, ce salaud de percepteur renvoie à l'association privilégiée d'une qualification péjorative à une fonction. On se souvient qu'à l'arrivée au pouvoir de Tony Blair, la presse française avait fait état de : son avocate d'épouse, ce qui juxtaposait deux fonctions. Ces rapprochements inattendus ne sont pas innocents. En français, on note le réductionnisme de l'expression, qui ne se retrouve pas forcément en anglais. Mais on relève surtout deux constantes de l'anglais :

21      1°) la présence de of, qui n'est pas ici dans sa fonction délimitative, comme il le serait dans, par exemple : The Body of a Girl (titre de Michael Gilbert), mais marque qu'entre ces deux noms l'altérité est de fondation ;

22      2°) la présence de l'article indéfini sur le N2 (à très peu d'exceptions près et le plus souvent justifiables). Un autre trait particulier à l'anglais : ce fonctionnement vaut aussi pour les noms propres : That clever little wretch of a Rebecca (Thackeray, cité par Jespersen).

23Dans les exemples anglais que nous avons ici, l'occurrence particulière à laquelle renvoie l'ensemble de la construction est posée comme non représentative de la valeur moyenne évoquée par N2. Le rapprochement des deux noms exprime bien une forme d'identification, mais leurs images respectives ne sont pas superposables. Dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives, et dans la logique des observations qui précèdent, on peut voir là une démarche d'ajustement à un centre organisateur : jewel (ou birthday cake) fait référence à une propriété de l'objet (island / hat), qui n'est pas définitoire, différenciant ainsi cette occurrence d'autres occurrences de la même classe, représentées par a N2  en tant que pivot de la construction. Ce chapeau, cette île, sont par conséquent a-typiques. Si j'appelle occø  le pivot, et occi l'ensemble de la construction, occi  peut être considéré comme repéré par rapport à occø 1:

(7) a crescent-shaped jewel of an island an island

24On a en même temps une identification (a jewel of an island reste an island), et une différence remarquable : en tant qu'île, celle-ci a, aux yeux de l'énonciateur, un éclat tout particulier qui la distingue d'autres occurrences de la même classe. La présence de an  en occø nous rappelle qu'on a affaire à un centrage sur une valeur moyenne. Of, par lui-même, n'exprime ni valorisation ni dégradation, mais la distanciation, l'éloignement conceptuel d'un centre organisateur ou attracteur.

25Ce schéma va se retrouver derrière de nombreuses variations auxquelles on ne peut pas faire justice ici de façon exhaustive :

  • simple juxtaposition : a palace of a house ;

  • métaphore : a torn cobweb of a shirt ;

  • hors norme : one hell of a guy, où le premier terme agit comme intensifieur sans que soit précisée la propriété : a devil of a temper, a whale of a bridge (gigantisme)… Mais a-t-on le droit de classer ces deux derniers sous la même rubrique ?

26De ces cas, il faudrait distinguer ceux où, au contraire, l'objet est tout juste reconnaissable : a sham of a marriage est-il encore un mariage? A mere limbo of a day est-il digne de ce nom? Il semble qu'avec ces exemples, on passe progressivement à une autre catégorie d'énoncés, où c'est l'appartenance même au domaine qui risque d'être mise en doute : a runt of a tree, a stub of a pencil, its stump of a tail… rejoignent ici : not a shadow of doubt, not a shred of evidence2 où la négation nous renvoie explicitement à l'extérieur du domaine notionnel associé.

27Par un jeu sur la représentation QLT(a N2) qu'il se fait d'une occurrence type de la notion, l'énonciateur met en question l'existence même (QNT) d'une occurrence de cette notion dans la situation. Ceci ouvre la voie aux variations que nous avions notées plus haut : There's not much of a case against him - He was something of a rebel - She looks like a bit of a snob… dans lesquelles un quantifieur se substitue à N1 pour permettre un fonctionnement graduable des noms, avec des degrés intermédiaires de distanciation par rapport au centre organisateur. C'est toujours l'article indéfini a qui marque le support stable sur lequel l'énonciateur prend appui pour porter ses jugements.

28Subsidiairement, le centrage sur un exemplaire-type marqué par l'indéfini a constitue une base privilégiée pour rendre compte de certains usages de quite : quite a N (non pluralisable), quite a few, quite a little. Le premier renverrait à une coïncidence bord à bord, c'est-à-dire à une identification stricte entre occi et occø, les autres s'expliqueraient en termes d'effets de seuil à partir d'une frontière3.

29C'est dans la mesure où il présente des caractéristiques distinctes de l'unité arithmétique que l'indéfini a permet le formatage et le centrage sur une valeur typique. Ce comportement linguistique a des répercussions sur le fonctionnement et la distribution des autres marqueurs de l'unité, du moins lorsqu'ils sont associés à du discontinu singulier, dans des contextes comparables. Nous abordons ici brièvement les rapports avec one, avec any et avec some.

30IV. 1. On trouve souvent one dans des contextes de reprise, en fonction de substitut d'un nom, où il est pluralisable (Hand me the blue one), ou d'un groupe nominal, comme en (3) ci-dessus, où (many) a speed cop est repris par : never one like him. En tant que substitut, one sert de support à une propriété distinctive. Il met en oeuvre la spécificité, le trait particulier qui distingue l'occurrence désignée de toutes les autres occurrences de la même classe. Ce qui ne lui interdit pas, dans d'autres cas que nous n'abordons pas ici, de désigner un individu quelconque de la classe : I need a hammer, can you lend me one?

31C'est en tant que déterminant du nom qu'il est susceptible d'entrer en distribution complémentaire avec a, comme dans :

(8) But on one bag there's blood, which has seeped through the white cloth, where the mouth must have been… I look at the one red smile… (Margaret Atwood)

32Nous ne relevons que pour mémoire la fonction d'adjectif de one dans la deuxième occurrence, à propos de laquelle on pourrait montrer que, dans ce contexte, il ne s'agit pas seulement de renvoi à l'unique. Mais c'est surtout la première qui illustre le cas courant, où one désigne un exemplaire distinctif. Cf aussi :

(9) I had been promising myself one little treat
- This is one smart girl (pas une fille comme les autres)
- He is one hell of a politician      (où l'on reconnaît un schéma de la forme : occi  occø)

33On pourrait aussi citer des expressions de temps (One day, when I was fifteen, I took all I had…), où one marque une unité stable comme repère dans la classe des instants. Mais nous nous en tiendrons aux contextes divers dans lesquels a peut être substitué à one. Dans ces contextes, a/an est le signe qu'une occurrence vaut l'autre (cf le “…just another politician” des déçus de Tony Blair) ; autrement dit, l'unité est construite sur une forme d'identification ; alors qu'avec one, l'unité se construit par le biais de l'altérité. Là où a permet le centrage sur des propriétés définitoires (cf. (4) ci-dessus), one, lui, construit une propriété différentielle : one among others of the same type - Which one ?

34Ceci a pour corollaire qu'avec one, l'unité n'existe pas indépendamment d'un ensemble de référence, ensemble qui, dans le cas particulier du numéral one, se trouve être l'ensemble des nombres cardinaux. On retrouve l'altérité derrière les emplois où one sert de support à une propriété spécifique : the one who… - my yellow one - an English one - You are a one! (avec schéma intonatif approprié). C'est donc à propos de one plutôt qu'à propos de a, qu'il y aurait lieu de parler d'individuation ('individuated rather than mass interpretation' écrivait R. Huddleston en 1984), même si cette orientation privilégiée sur le spécifique n'exclut pas le renvoi au quelconque. Ainsi à côté des emplois courants des pronoms indéfinis : anyone, someone, everyone… y aurait-il lieu de s'interroger sur certains usages non répertoriés de one adjectif :

(10) No matter what you think of any one Pope, he is the descendant of St Peter. (Irving Stone)

(11) 'Do you know, I am strongly reminded of something I have not read for a long time - one of Ranulph Raven's stories.'
Appleby sat up with a jerk. 'You mean some one specific story?'
'No, I cannot say that. Indeed, I have no clear memory of one of his stories as distinct from another.' (Michael Innes, Appleby's End)

35En (10), la combinaison de one avec any construit la persistance du dogme (identification qualitative) à travers l'altérité des individus, alors qu'en (11), c'est le débat lui-même qui porte sur la spécificité d'une occurrence par rapport aux autres de la même classe.

36IV. 2. On retrouve any et one dans l'exemple suivant :

(12) The biographer of any pop music legend starts out with one huge handicap, as I know only too well. Pop legends, by and large, write no letters, keep no journals, accumulate no archives. (Philip Norman in The Sunday Times Jan 31, 1999)

37Any balaie la classe des occurrences là où one isole un cas particulier. Dans ce contexte assertif, où a aurait suffi dans un cas comme dans l'autre à poser l'existence par simple formatage, tout se passe comme si any et one désambiguisaient a dans des sens inverses et complémentaires. Là où one huge handicap isole un cas particulier, celui d'une sous-classe spécifique de biographes (altérité), any avance au contraire que, sous le rapport de la propriété considérée (biographie), Elvis Presley n'est pas différent des autres occurrences de la même classe, contrairement peut-être à l'attente. La classe étant ainsi homogénéisée, on aboutit à l'énoncé d'une généralité valable en toute situation (pour tout sujet et en tout t).

38Passant de l'affirmative à la négative, on note à la suite que derrière no (write no letters…), c'est la négation pure et simple d'une activité du sujet : no letter-writing, no journal-keeping,… qui justifie l'emploi du pluriel (global), c'est-à-dire l'absence d'individuation. Il en irait différemment avec not…any, qui renverrait à l'extérieur du domaine notionnel associé par le biais d'un parcours des occurrences (mass interpretation versus individuated interpretation).

39Recouvrant par définition un parcours, any est incompatible avec toute opération qui ne retiendrait qu'une valeur et une seule. Il ne peut donc guère renvoyer à l'unité que dans des contextes particuliers ; ainsi quand, par exemple, il participe à l'expression d'une absence de délimitation quantitative :

(13) …and there was any amount of ale to be drunk. (Winston Graham)

(14) …there were quite a few people in Savannah who might have felt justified in smashing Joe's windows… The ranks of such people included any number of old ladies. (John Berendt)4

40Qu'il s'agisse de continu ou de discontinu, il y a bien occurrence de X, mais on ne peut s'arrêter à aucun chiffre. Any dans cet emploi renvoie par conséquent à an unlimited amount, an unlimited number of X. Dans les contextes d'abondance où l'on trouve ces constructions, c'est la limite supérieure qui est indéfiniment repoussée, à l'inverse de ce que nous avions observé plus haut avec if any dans un contexte interrogatif, où c'était l'existence même de X qui était mise en doute. On constate une fois de plus que, même à contexte explicite, le quantitatif est rarement tout à fait dissociable du qualitatif.

41On trouve aussi any en distribution complémentaire avec a pour renvoyer à une propriété, notamment dans des contextes de comparaison :

(15) When I reprimanded her she shrugged like any teenager. (J. G.Ballard)

(16) Domestic animals can destroy land as effectively as any machine. (Nigel Sitwell in NOW! Feb 20, 1981)

42C'est à une absence de caractérisation individuelle que renvoie cette fois any en (15) : tous les adolescents, y compris la fille décrite, se comportent de la même façon face à une réprimande. Il en va de même en (16), où, cependant, elle s'applique à toute une classe, posée au départ comme différente par rapport à la propriété exprimée. Any gomme cette altérité : machines et animaux domestiques se rejoignent en tant que destructeurs. Dans l'interprétation générique que nous avons ici, la portée de any dépasse le terme auquel il s'applique : c'est en effet l'ensemble des deux classes qui est perçu comme homogène (lissage).

43Dans l'énoncé suivant, on trouve : any million a year comme reprise de : a million a year :

(17) And if we halve the price, making it twenty thousand a week, that's still a million a year. And softly he added, 'You didn't get any million a year for building the old electric calculator, did you, Mr Bohlen?' (Roald Dahl)

44Avec a, ou one, à la place de any, l'interprétation serait restée d'ordre quantitatif : “moins d'un million par an”. Avec any, on passe au plan qualitatif : “rien qui ressemble, de près ou de loin, à l'ordre de grandeur que représente a million a year”. A million a year étant posé comme centre organisateur, on se retrouve, après parcours, à l'extérieur du domaine notionnel associé, dans une démarche qui nous éloigne indéfiniment du centre5.

45Un dernier exemple nous renvoie à la classe des comportements qu'on est en droit d'attendre d'un président des Etats-Unis :

(18) Once again…Clinton is betting his presidency on a last minute victory. Is this any way to run the White House?

46A indiquerait une façon parmi d'autres de gérer une présidence. Avec any, le parcours du domaine associé à la question révèle que le comportement de Clinton ne correspond à aucune façon d'agir reconnue dans ce domaine. D'où l'attente d'une réponse négative. C'est l'existence même d'une occurrence de situation qui est mise en doute.

47IV. 3. Any est susceptible de réunir dans une même opération à la fois une absence de délimitation quantitative et l'absence d'une détermination qualitative. Avec some, on a bien affaire à une valeur assertée positivement (délimitation quantitative), mais pas à une unité distinctive. A l'affirmative, avec du discontinu singulier (le seul fonctionnement qui nous intéresse ici), la forme pleine de some renvoie en effet à une occurrence quelconque. Nous ne nous attarderons pas sur some, dans la mesure où il fait l'objet de tout un développement ici même, dans le même cadre théorique. Les quelques exemples qui suivent sont donc à considérer comme un simple complément à l'étude beaucoup plus détaillée d'Eric Gilbert. On insistera surtout sur l'absence de particularisation associée à some, qui explique notamment les fréquentes corrélations avec du non-certain :

(19) She must be having tea with some neigbhour - Some guest must have palmed it (où il est question d'une cuiller d'argent)

(20) 'The Germans used it (a café) as a listening post and often there was some polite young tourist sitting behind the piano, saying very little and hearing everything'. (Len Deighton)

(21) 'Think it over Smith. It's not some kind of a game… There are stories going round'.

48Dans chacun de ces exemples, le flou qui subsiste est à prendre comme un complément d'information. Ce n'est pas l'unité en soi qui est pertinente mais la propriété dont sa classe d'appartenance est porteuse : le destinataire de l'acte de bon voisinage reste indéterminé, de même que l'invité chapardeur ; le jeune touriste de l'exemple (20) peut ne pas être le même individu en chaque occasion. L'énoncé (21) quant à lui n'est pas sans rappeler le type de question examiné en (5) ci-dessus. L'ordre des termes est essentiel à l'interprétation. Some kind of a game ne se ramène pas à : a game of some kind. Etant précédée d'une négation, l'expression renvoie tout simplement à l'absence de toute délimitation. Quant à l'énoncé ci-dessous, il montre bien que c'est l'exemplarité qui compte, plus que l'exemplaire :

(22) 'There'll be hanging for that', said Blight. 'Some example must be made.'   (Winston Graham, Poldark)

49Derrière ces emplois de some, on discerne ainsi un retour vers le notionnel, c'est-à-dire le qualitatif homogène, qui abolit les différences individuelles au profit des propriétés attribuables à la classe, définie en intension.

50C'est peut-être dans ce retour au notionnel qu'on peut trouver la justification des emplois de some accentué, en reprise pour renvoyer à du hors-norme, dont le célèbre : some chicken, some neck! de Winston Churchill, pendant la seconde guerre mondiale. Le décalage entre l'exemplaire considéré et l'idée que se fait l'énonciateur de la norme peut être orienté négativement, comme dans les exemples :

(23) Miranda ran her hand down the nape of his (her grandfather's) neck. 'Now what am I going to do about all this baby fluff?'— 'Some baby!' murmured May. (Julian Gloag)

(24) 'I never said I was coming to visit, that was all your idea. Some idea it was too.' (Maeve Binchy)

51Inadéquation de l'étiquette attribuée au grand-père en (23), commentaire désobligeant de l'idée de l'autre dans l'énoncé suivant, on voit que dans les deux cas, la divergence de vues résulte de l'introduction d'une altérité. En (24) cependant, il faut connaître le contexte pour être sûr qu'il est désapprobateur. L'orientation pourrait aussi bien aller dans le sens d'un consensus, c'est-à-dire du maximum d'homogénéité. On aboutirait alors à une valeur proche de : Quite an idea it was too, quite retrouverait son rôle de marqueur d'intégrité notionnelle, avec identification stricte entre occi et occø. comme nous l'avons vu plus haut.

52On constate donc que some offre des possibilités d'orientation que n'a pas quite, du moins lorsqu'il est suivi d'un discontinu singulier. Quite opère un recentrage. Eliminant toute altérité, il ne peut être orienté que sur le centre attracteur. Avec some il n'y a pas cette orientation préférentielle vers le centre. L'orientation peut se faire aussi bien dans un sens que dans l'autre à l'intérieur du domaine notionnel qu'il définit, renvoyant, dans l'ordre du hors norme, soit vers l'extérieur, c'est-à-dire à un maximum d'altérité (some baby), soit vers le centre, à un maximum d'homogénéité (some mess, some stink!), c'est-à-dire au haut degré. Il resterait à déterminer le rôle précis de la prosodie dans la construction et l'interprétation de ces valeurs, ce qu'on ne peut faire qu'à contexte explicite.

53Même avec le nombre limité d'exemples dont nous disposons, il apparaît clairement que les emplois de some et any ne s'inscrivent pas dans une logique de l'unique/multiple. Some et any fonctionnent dans un cadre où les valeurs pertinentes seraient plutôt, pour l'un comme pour l'autre, à poser en termes d'homogénéité qualitative et d'altérité. Dans un contexte approprié, tous deux sont susceptibles de renvoyer à l'absence de toute caractérisation individuelle. Là où some permet d'envisager une découpe sans formatage, any renvoie à une absence de délimitation pouvant aller jusqu'à la négation d'existence. Leur complémentarité apparaît dans des enchaînements à sens unique comme : Some fool must have done it. Any fool may have done it. On peut rendre compte de leur dissymétrie comme de leur complémentarité en termes de domaine notionnel. Correspondant à une valeur assertée positivement, some définit un intérieur flou. A l'inverse, étant incompatible avec toute opération qui ne retient qu'une valeur et une seule, any ne peut pas définir un intérieur ; il ne peut que le parcourir, ainsi que la frontière associée, en excluant toute particularisation. On voit qu'avec l'un comme avec l'autre, il est plus facile de déconstruire que de construire l'unité. C'est surtout la dimension qualitative de ces opérations qui ressort des exemples mettant en oeuvre le discontinu singulier.

54A et one en revanche s'opposent dans la façon même dont ils permettent d'envisager l'unité, par le biais de l'identification ou par celui de l'altérité. Suivant que l'unité est vue comme interchangeable ou au contraire construite en opposition avec toute autre unité de la même classe, la pondération QNT/QLT qu'elle entraîne ne s'effectue pas de la même façon. Dans un cas on aboutit à la constitution d'un format de référence, marqué par a, qui permet à un énonciateur de rapporter toute occurrence de situation à un centre organisateur, en fonction de propriétés définitoires. Dans l'autre on peut construire des unités distinctes, qui s'opposent les unes aux autres en fonction de propriétés différentielles. C'est au premier type de démarche que se laissent ramener les constructions non pluralisables examinées ci-dessus. Les questions d'individuation et d'association à une cardinalité ne se posent véritablement qu'à propos de one.

Notes de bas de page numériques

1 Cette notation est inspirée de A.Culioli 1992 "Un si gentil jeune homme…", L'information grammaticale n°55, op.cit. Nous assumons l'entière responsabilité de l'utilisation qui en est faite ici.
2 Ce type d'exemple a fait l'objet d'une analyse de C. Charreyre, "Impossible d'entrer, impossible de sortir", Cahiers Charles V n°8, 1986, op. cit. .
3 On trouvera une tentative d'analyse dans A. Gauthier, "Jeu(x) sur la frontière", p.38, Les langues modernes, revue trimestrielle de l'A.P.L.V., n°1, Paris 1998.
4 C'est Claude Charreyre qui, la première, a relevé l'intérêt d'exemples de ce type, qui associent un contexte assertif à des expressions de quantité.
5 Cet exemple est à rapprocher des énoncés "polémiques" signalés par Claude Rivière 1997 (p.101, op.cit.). En voici  un autre dans un contexte où il est question de couper la barbe du père, qui réagit en disant: "I won't have you reaching out of that little old window with a pair of shears and cutting off any beard of mine…" (Collected stories of Eudora Welty, 'Why I live at the P.O.', 1941. Harcourt et al., NY 1980, p.55). Il ne saurait être question, dans ce contexte, de substituer a à any. Le parcours en QLT est nécessaire à l'interprétation des relations intersubjectives, bien qu'il ne soit pas facile à exprimer par une glose.

Bibliographie

AUSTIN, Frances, O., 1980, “'A Crescent-shaped Jewel of an Island'. Appositive Nouns in Phrases separated by OF”, English Studies,  vol. 61, n° 4, Aug. 1980 , pp. 357-366.

CHARREYRE, C., 1986, “Impossible d'entrer, impossible de sortir”, Cahiers Charles V , n° 8, Paris 7, pp. 171-191.

CULIOLI, A., 1992, “Un si gentil jeune homme! et autres énoncés”, L'information grammaticale, n°55, oct.1992, pp.3-7.

ERIKSON, P., 1984, “A propos de ONE”, Cahiers de recherche en grammaire anglaise , n°2 J. Bouscaren (éd.), Ophrys, Gap, pp. 150-193.

FRANCKEL, J.-J., PAILLARD, D., DE VOGUË, S., 1987, “Extension de la distinction discret, dense, compact au domaine verbal”, Recherches linguistiques XIII, Actes publiés par David J. & Kleiber G., Klincksieck, Paris. pp.239-247.

GAUTHIER, A., 1986, “A propos de quelques emplois marginaux de l'indéfini a”. Cahiers Charles V, n°8, Paris 7, pp.193-204.

GUILLEMIN-FLESCHER, J., 1998, “Verbes atéliques et construction d'occurrences”, Les opérations de détermination. Quantification/Qualification, volume dirigé par A.Deschamps & J.Guillemin-Flescher, Ophrys 1999. pp.251-268.

LÉONARD, A.-M., 1983, “Etude différentielle de quelques indéfinis anglais”, in Fisher S & Franckel J.-J. (éds), Linguistique, énonciation. Aspects et détermination, EHESS, Paris, pp. 45-80.

MAZODIER, C., 1997, “'I must have read it in some article' ; instabilité qualitative de some + discontinu singulier”, in Deschamps A. & Bouscaren J. (éds), La composante qualitative : déterminants et anaphoriques, Cahiers de recherche n°7, Gap, Ophrys, pp. 111-126.

RIVIÈRE, C., 1997, “Qualités méconnues de any”, in Deschamps A. & Bouscaren J. (éds), Cahiers de recherche n°7, Gap, Ophrys, pp. 95-108.

STRICKLAND, M., 1982, “A propos de any et la valeur 'n'importe lequel' en anglais”, in BULAG n°9, Besançon, pp.17-48.

WIERZBICKA, A., 1982, “Why can you have a drink when you can't *have an eat?”, Language, vol.58/4, pp.753-799; repris in The Semantics of Grammar, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 1988, pp.293-357.

Pour citer cet article

André Gauthier, « Singuliers non pluralisables et construction de l'unité », paru dans Cycnos, Volume 16 n°2, mis en ligne le 15 janvier 2004, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=51.


Auteurs

André Gauthier

Université Paris 7 - Denis Diderot