utopie dans Cycnos


Articles


Cycnos | Volume 22 n°1

Utopies et barbaries, d'hier à demain

Les utopies ont d'abord fait rêver. Puis, les dystopies ont pris leur place dans le champ littéraire. Où l'utopie présentait des hommes heureux, vivant dans le respect des règles à buts égalitaires, la dystopie est venue s’appuyer sur les « vices privés » dont sont réputées découler les « vertus publiques », au nom du libéralisme. La science-fiction permet une approche plus ouverte que cette opposition manichéenne entre les modèles des sociétés représentées. Certains textes de SF comme ceux de Ursula Le Guin, de Serge Lehman revisitent les utopies et dystopies dans une visée nouvelle et font ressortir une opposition différente : celle qui oppose le « centre » prétendument civilisé à la périphérie présentée comme sauvage. Mais qui, dans ces textes qui parlent des villes et sociétés actuelles, peut se permettre de taxer l'autre de barbare ?

Consulter l'article

L’Anticipation dystopique et le désenchantement moderne

Cet article se concentre sur l’étude de deux anticipations dystopiques et aux rapports qu'elles entretiennent avec le contexte historique de leur production. Deux romans, parus en 2004, l'un écrit en arabe et l'autre en français : Miroirs des Heures Mortes de M.Kilani et Globalia de J-C. Ruffin, permettent d’affirmer que le rapport entre la fiction et la réalité revêt une dimension dialectique. Le pessimisme qui marque ces romans est le catalyseur d'un désenchantement moderne. L’œuvre de l’auteur arabe, notamment, s'alimente à un contexte de crise politique et écologique.

Consulter l'article