Cycnos | Volume 23 n°1 Le Qualitatif - 

Fabienne Dedieu  : 

Quantité, qualité et intensité dans The Faerie Queene

Abstract

All and quite have the same primary etymological meaning of totality-all is a quantifier while quite is a qualifier. In early Modern English, the linguistic operation they express is being re-interpreted. The intensifier all no longer has a quantitative meaning, and refers to a high degree from a qualitative point of view only. Besides, the adverb and the adjective now share the same morphology, and glosses show there is hardly any semantic difference between them. It leads to constant grammatical ambiguity, which makes the intensifying meaning fall into obsolescence. Quite undergoes the opposite evolution — from qualifier to quantifier. It now modifies past participles, thus increasing the range of its possible collocations. Although it can refer to a high degree from a quantitative point of view, quite has not reached the status of a full quantifier yet.

Plan

Texte intégral

1Le haut degré peut s’exprimer en termes de qualité ou de quantité. Certains adverbes intensifs dans les états les plus anciens de la langue, notamment MA al et ful1 sont des quantifieurs de par leur sens d’origine. D’autres marqueurs tels MA riht « very » (OED) et verrei « completely, to a high degree ; very » (MED), opèrent une détermination qualitative et vont devenir des indicateurs de haut degré (Dedieu 2004).

2Les quantifieurs MA al et ful ainsi que l’adverbe MA quiht « completely ; to the fullest extent or degree » (MED, OED) font référence au degré maximum en indiquant la totalité. Il reste à voir si quiht connaîtra une ré-interprétation de sa valeur d’origine, à l’instar de al et ful.

3Le choix originel du corpus s’est porté sur la descendance intellectuelle de G. Chaucer : John Lydgate2 dont l’activité couvre la première moitié du XVe (1370- ?1451) et Edmund Spenser3 (1552-1599). Devant l’emploi remarquable que fait Spenser du marqueur A.M. al, le corpus s’est révélé trop ambitieux. Si Lydgate ne se distingue guère par un emploi particulier des adverbes intensifs, il presente le mérite appréciable de composer dans l’anglais de ses contemporains, reflétant le degré d’usure du système d’intensification.

4Le MA al vient de l’adjectif VA eall qui possède des formes apparentées dans toutes les langues germaniques dont le gotique alls « all, every, whole » (Lehmann 1986) et l’adjectif vieux-norrois allr qui a produit deux préfixes intensifs al- « altogether, completely, generally, usually » et all- « extremely » (Dict. of ON prose). L’étymologie de ce marqueur se révèle assez difficile puisque la racine IE *al- « all » aurait produit des formes en germanique et en celtique uniquement (OED, Watkins 2000). De toutes les hypothèses avancées par les philologues, il ressort que le sens de base de al est probablement l’expression de la totalité.

5L’adjectif VA eall est rarement employé avec un sens intensif ; son statut grammatical ne présente aucune ambiguité d’interprétation. A partir du début du moyen-anglais, cet adjectif commence à évoluer vers un statut adverbial à valeur d’intensif dans tous les dialectes. Les plus anciennes occurrences l’attestant ont été relevées dans l’Ormulum, un texte religieux composé dans un dialecte proche du Nord vers 1200 :

(1) Þin seollþe is all unnseZZendlic.4 (The Ormulum, l. 2823)

6Þin seollþe, le C0 représentant le premier argument du prédicat dans la TOE, est mis en relation avec l’adjectif attribut, unnseZZendlic, par la copule is. Soit x le C0 et y la propriété du C0, la structure prédicative se formule :

x + copule + propriété /y/

7L’adjectif all indique que l’adjectif unnseZZendlic est prédiqué de la totalité de Þin seollþe. L’énoncé se glose alors : « ta joie toute entière est indicible » : l’adjectif all opère une quantification (QNT/qlt) sur Þin seollþe. L’identification de la totalité de x à la propriété /y/ va être interprétée comme une quantification sur l’attribut : la propriété /y/ (unnseZZendlic) est au maximum en ce qui concerne x (Þin seollþe). L’énoncé peut alors se traduire par « ta joie est entièrement indicible ».

8Ainsi, all va être analysé comme portant uniquement sur l’attribut dans ce type de structures prédicatives. Dire que « ta joie est entièrement indicible » est interprété comme une intensification de la propriété /unnseZZendlic/ prédiquée de Þin seollþe. L’occurrence de la propriété /unnseZZendlic/ inclut la totalité des caractéristiques notionnelles ; elle est donc au maximum. On passe de « ta joie est entièrement indicible » à « ta joie est l’indicibilité même ». La détermination quantitative (QNT/qlt) sur la propriété /unnseZZendlic/ va donc être ré-interprétée comme une détermination entièrement qualitative (QLT/QLT). En définitive, la quantification du C0 opérée par l’adjectif al joue comme une intensification de l’attribut5.

9Jusqu’au XIVe siècle, al opère une référence indirecte au degré maximum coïncidant avec le type, ou Centre Organisateur pour les notions gradables, dans les dialectes où il porte les flexions de l’adjectif.

10Au cours du XIVe siècle, la flexion sur l’adjectif al commence à disparaître dans le dialecte du Sud-Est. Or, c’est justement cela qui clarifie la portée de al et permet d’analyser sa fonction, adjectivale ou adverbiale. Dans les Canterbury Tales, la flexion sur l’adjectif al a complètement disparu. Certaines occurrences ont une interprétation ambiguë, notamment dans quelques structures syntaxiques contraintes :

(2) This Aleyn al forgat, bothe mele and corn;
Al was out of his mynde his housbondrie6.
(“The Reeve’s Tale”, I. 4076-4077)

(3) Al is tobrosten thilke regioun7; (...)
(“The Reeve’s Tale”, I. 2757)

(4) (...) Al is this reuled by the sighte above.
(“The Reeve’s Tale”, I. 1672)

(5) (...) Al was this land fulfild of fayerye8.
(“The Wife of Bath’s Tale”, III. 859)

11Dans la seconde citation, al et le C0, his housbondrie, sont séparés par la copule. La flexion Ø sur al soulève une question sur son statut grammatical d’adjectif ou d’adverbe. Si al est employé comme adjectif, il porte sur his housbondrie. La citation se glose : « les affaires d’intendance lui étaient toutes sorties de l’esprit ». L’interprétation de cette occurrence adjectivale rappelle la stucture x +copule + propriété /y/ vue précédemment. Le repérage par rapport à l’extérieur de his mynde, qui exprime l’état /oublié/ est au maximum en ce qui concerne his housbondrie. L’adjectif al renvoie indirectement à un haut degré de l’état /oublié/ en ce qui concerne his housbondrie. La disparition des flexions confère à l’ordre des mots une fonction grammaticale. Si le point d’insertion de l’adjectif al dans la chaîne est inhabituel, la copule est placée normalement en seconde position. Une telle structure syntaxique peut être un calque de structures en ancien français ou en latin, langues où l’accord de l’adjectif avec le qualifié assure la bonne formation des énoncés.

12Si al est employé comme adverbe, il porte sur le groupe prépositionnel out of his mynde. Une glose possible serait alors : « les affaires d’intendance lui étaient complètement sorties de l’esprit ». La quantification maximale de l’état /oublié/, c’est-à-dire celle du repérage par rapport à l’extérieur de l’état /être à l’esprit/, débouche sur une indication qualitative du haut degré de l’état en cause. Al opère un renvoi direct à un haut degré de l’état /oublié/ d’un point de vue qualitatif. Chaucer s’arrange pour placer al là où il est susceptible de porter le premier accent rythmique du vers. D’une part, cet apport supplémentaire de détermination qualitative lui confère une valeur intensive. D’autre part, l’accent rythmique sur al redonne un peu d’efficacité à cet intensif sur le déclin (cf. annexe 1) en le faisant ressortir du flot prosodique.

13Au début du XVe siècle, le processus d’érosion sémantique de all9 se poursuit. Dans Reson and Sensuallyte, sa fréquence d’occurrence de 3,15% le place au septième rang parmi les intensifs les plus fréquents, loin derrière ful et wel (cf. annexe 2). En revanche, les relevés effectués dans Faerie Queene présentent un système d’intensification artificiel dans lequel les cycles de vie des intensifs all, full well, mais aussi ceux de very et riht, ont été bousculés. Avec une fréquence d’occurrence de 21,20%, all s’impose comme l’intensif le plus fréquent dans le sous-système linguistique construit par Spenser. Bien que cela confère au poème un vernis archaïsant, l’auditoire parle un anglais dans lequel l’intensif all est réellement obsolescent à la fin du XVIe siècle. Spenser va s’inspirer de Chaucer en explorant les possibilités d’insertion de all dans la chaîne de l’énoncé afin d’attirer l’attention du co-énonciateur sur la référence à un haut degré. Cette stratégie énonciative fait ressortir toute l’ambiguité de la portée de all et, par conséquent, celle de son statut grammatical.

(6) His ruffin raiment all was staind with blood,
Which he had spilt, and all to rags yrent, (...)
(Faerie Queene, Canto 4, ll. 298-299)

(7) (...) And that bright towre all built of christall cleene,
Panthea, seemd the brightest thing, that was: (...)
(Faerie Queene, Canto 10, ll. 518-519)

(8) (...) The deadly dint his dullèd senses all dismaid.
(Faerie Queene, Canto 11, l. 315)

14Dans la citation (6), le statut grammatical de all est rendu d’autant plus ambigu par sa position dans l’énoncé et la flexion  : soit all est un quantifieur modifiant His ruffin raiment, il est alors la trace d’une opération de quantification maximale sur le C0 qu’il représente. Une glose possible serait : « la totalité de ses vêtements en désordre ». Soit all porte sur le participe passé staind qualifiant l’état résultant du C0,, il indique que le procès « stain » s’est complètement déroulé en ce qui concerne le C0, dont le rôle d’actant est celui de Patient. All marque que le Patient est complètement transformé, c’est-à-dire l’état du patient est identique au type de la notion « staind ». Il opère une référence directe au type de la notion « staind » d’un point de vue qualitatif. La glose sera dans ce cas : « ses vêtements en désordre étaient complètement maculés de sang ».

15D’une part, on note qu’il existe peu de différences entres les deux gloses sur le plan sémantique. D’autre part, all n’apparaît pas dans une position prosodiquement remarquable dans cette citation (ni en (7) ni en (8)). Il porte seulement un accent de mot. Il s’agit d’un cas où l’ambiguité de la porté de all ne pose pas de véritable problème pour le sens.

(9) “The divelish hag by chaunges of my cheare
Perceived my thought, and drownd in sleepie night,
With wicked herbes and ointments did besmeare
My bodie all10, through charmes and magicke might,
That all my senses were bereavèd quight: (...)
(Faerie Queene, Canto 2, ll. 370-374)

(10) The Geaunt strooke so maynly mercilesse,
That could have overthrowne a stony towre,
And were not heavenly grace, that did him blesse,
He had been pouldred all, as thin as flowre: (...)
(Faerie Queene, Canto 7, ll. 100-103)

16Dans le livre I, ont été relevées deux occurrences intéressantes de all placées à la fin d’une proposition et séparées de la suite de l’énoncé par une virgule. Aucune occurrence de all illustrant ce point d’insertion dans la chaîne de l’énoncé n’a été relevée dans les cent premières pages des Canterbury Tales ni dans Reson and Sensuallyte.

17La citation (10) présente une occurrence non ambiguë de all dans une structure passive. L’adverbe all porte sur le participe passé pouldred. Il indique que le changement d’état du Patient he est total. L’occurrence du procès « pouldre » atteint le degré maximum où l’état du Patient est transformé jusqu’à être en tous points identique au type de la notion en cause. All opère ici une référence directe au type de la notion « pouldred » d’un point de vue qualitatif.

18Le poète s’arrange pour mettre all à la césure, là où tombe un accent rythmique, certes non-focalisant. L’adverbe all ressort ainsi du flot prosodique et assure que le co-énonciateur prendra en compte la référence à un haut degré de la notion « pouldred », renforçant la dimension dramatique du combat entre le héros, the Redcrosse Knight11, et le géant Orgoglio, symbolisant « godless pride, which can overcome the weak Christian who is still separated from Truth » (Gardner). Cet accent rythmique non-focalisant lui redonne un peu de son efficacité perdue.

I. (...) For she it is, that did my Lord bethrall,
My dearest Lord, and deepe in dongeon lay,
Where he his better dayes hath wasted all.
(Faerie Queene, Canto 8, ll. 249-251)

(12) So as she bad, that witch they disaraid,
And robd of royall robes, and purple pall,
And ornaments that richly were displaid;
Ne sparèd they to strip her naked.
(Faerie Queene, Canto 8, ll. 406-409)

(13) Eftsoones unto an holy hospitall,
That was fore by the way, she did him bring,
In which seven Bead-men that had vowèd all
Their life to service of high heavens king,
Did spend their dayes in doing godly thing: (…)
(Faerie Queene, Canto 10, ll. 316-320)

19Les citations (11) à (13) présentent des occurrences de all apparaissant en fin de vers dans la position de end focus. L’occurrence dans (13) offre un intérêt particulier : bien que all soit ici un adjectif, Spenser le place en fin de vers et l’emploie avec la même portée que l’adverbe quite (cf. (9) vers 374). De plus, cet adjectif n’apparaîtrait pas dans une telle position en prose, où la création d’enjambement est impossible, et il ne bénéfierait pas d’end focus.

20All porte sur their life, le C1 représentant le second argument du prédicat dans la TOE. Il est le marqueur d’une opération de quantification sur le C1, laquelle explicitée par la glose suivante : « ils ont consacré toute leur vie ». L’enjambement aux vers 318-319 permet de le placer articifiellement en fin de vers. La focalisation sur la quantification du C1 favorise sa ré-interprétation. La quantification sur le C1 débouche sur la quantification maximale du résultat du procès « vow ». Dire que le résultat de l’occurrence de procès est maximal implique que l’occurrence de procès affecte le C1 en totalité, ce qui ajoute de la détermination qualitative. La position de end focus, bien qu’artificielle, accommode le poète à bien des égards : all ressort du flot prosodique et reste dans l’oreille du co-énonciateur en fournissant une rime au vers 31612. Cet apport de détermination qualitative réduit la prépondérance de la valeur quantitative de la détermination opérée par all (QNT/qlt). Finalement, la position de end focus sert le contexte de propagande au service de l’Eglise anglicane, mettant en valeur les qualités chrétiennes que symbolisent « seven Bead-men » des vers 318 à 387 (Gardner).

21Ainsi l’ambiguité dans l’interprétation de all devient sans doute inévitable avec la disparition de la flexion au XIVe siècle. Cela est l’un des facteurs de la tombée en désuétude de l’intensif et de la réduction de l’éventail de ses collocations à quelques adverbes comme right. L’ambiguité relative à sa portée est vraisemblablement intrinsèque lorsque all acquiert une valeur intensive.

22Il s’agit de la forme adverbiale de l’adjectif MA quīt(e) « free, clear, complete » (MED). Des formes apparentées ont été relevées dan quelques langues romanes dont le vieux-français13 et dans certaines langues germaniques comme le vieux-frison, le vieux-néerlandais14 et le moyen-haut allemand15 (OED, Klein 1966). Ces formes viennent du latin quītus, quittus « unmolested, free, immune, clear, at rest », lui-même issu du latin quiētus16 « quiet, free, clear » (Klein 1966).

23Quite indique qu’il n’y a pas de propriétés notionnelles exogènes dans l’occurrence de la notion modifiée. Cette occurrence présente uniquement la totalité des propriétés définitoires de la notion en cause. Quite opère par conséquent une référence au type d’un point de vue qualitatif. Il va connaître la même ré-interprétation que les adverbes MA riht et verrei qui font coïncider l’occurrence modifiée avec le type d’un point de vue qualitatif (Dedieu 2004). Les premières occurrences de l’adverbe quite avec une valeur d’intensif ont été relevées au XIVe siècle dans le dialecte des Midlands-Ouest et celui des Midlands-Est (MED). Aucune occurrence de l’intensif n’a eté relevée dans les Canterbury Tales de Chaucer ni dans Reson and Sensuallyte de Lydgate, qui compose dans un dialecte semblable à celui de Chaucer quelques années plus tard (cf. annexes 1 et 2). Or, quite devient un intensif fréquent à cette période dans les textes anglo-écossais. Cela indiquerait que cet intensif était fréquent à la fin du XVIe siècle.

(14) (...) This Nymph, quite tyred with heat of scorching ayre
Sat downe to rest in middest of the race: (...)
(Faerie Queene, Canto 7, ll. 39-40)

24Quite porte sur l’adjectif tyred, renvoyant à une notion gradable. Il indique que l’occurrence modifiée possède toutes les propriétés de la notion « tyred » à l’exception d’aucune autre. Quite opère une référence au haut degré d’un point de vue qualitatif, en conformité avec son sens d’origine.

25Dans le livre I, sa position entre deux accents rythmiques est aussi fréquente que celle en position de end focus. Le co-énonciateur prendra en compte la référence à un haut degré indiqué par quite : celui-ci n’étant pas encore sémantiquement érodé, Spenser estime qu’un accent de mot est suffisant pour qu’il ressorte du flot prosodique dans (14).

(9) “The divelish hag by chaunges of my cheare
Perceived my thought, and drownd in sleepie night,
With wicked herbes and ointments did besmeare
My bodie all, through charmes and magicke might,
That all my senses were bereavèd quight: (...)
(Faerie Queene, Canto 2, ll. 370-374)

(15) His goodly corps on ragged cliffs yrent,
Was quite dismembred, and his members chast
Scattered on every mountaine, as he went, (...)
 (Faerie Queene, Canto 5, ll. 229-341)

26 Dans (9), quight porte sur le participe passé bereavèd, exprimant l’état resultant du Patient, all my senses. Il indique que toutes les caractéristiques définitoires de l’état résultant sont repérées par rapport au Patient. Quight opère une référence au type de la notion « bereaved » coïncidant avec le plus haut degré pour les notions gradables. Il est la trace d’une détermination qualitative sur l’occurrence de la notion « bereaved » (QLT/QLT). En outre, si le Patient présente toutes les propriétés définitoires de la notion « bereaved », cela signifie qu’il a été complètement transformé par le procès en question. Quight modifiant un participe passé, l’interprétation de l’occurrence de procès « bereave » peut basculer vers le quantitatif.

27Spenser s’arrange pour placer quight en fin de vers, fournissant d’une part une rime au vers précédent (might/quight) et mettant d’autre part la référence au degré maximum de l’état résultant « bereaved » en position focalisante. Cet ajout de détermination qualitative sur l’occurrence de la notion « bereaved » renforce la prépondérance de la valeur déjà qualitative de quight (QLT/qnt).

28Les marqueurs exprimant la totalité, AM all et quite, vont connaître une ré-interprétation de leur valeur d’origine : du quantitatif vers le qualitatif pour AM all ; du qualitatif vers le quantitatif pour AM quite. On peut se demander si l’évolution de leur interprétation est inhérente à l’expression de la totalité. En d’autres termes, l’expression de la totalité serait-elle à la jonction du quantitatif et du qualitatif ?

Marqueurs

Nombre des occurrences

Fréquence d’occurrence

Rang par la fréquence parmi les intensifs du texte

al

83

13,76%

3

bitterly

2

0,33%

12

depe

1

0,16%

13

dere

3

0,5%

11

entierly

2

0,33%

12

ferforthly

2

0,33%

12

faire

2

0,33%

12

fast

18

2,98%

5

ful

248

41,13%

1

fulliche

11

1,82%

7

greetly

6

0,99%

8

grete

1

0,16%

13

grevously

4

0,66%

10

harde

6

0,99%

8

hooly

3

0,5%

11

hoote

1

0,16%

13

horrible

4

0,66%

10

horribly

1

0,16%

13

myghtily

1

0,16%

13

outrageously

1

0,16%

13

outrely

6

0,99%

8

paramours

1

0,16%

13

parfit

1

0,16%

13

parfitly

1

0,16%

13

platly

1

0,16%

13

pleynly

6

0,9%

8

riht

18

2,98%

5

sharply

1

0,16%

13

sore

17

2,82%

6

to

31

5,14%

4

verray

2

0,33%

12

wel

112

18,57%

2

wonder

5

0,83%

9

wonderly

1

0,16%

13

Marqueurs

Nombre des occurrences

Fréquence d’occurrence

Rang par la fréquence parmi les intensifs du texte

al

17

3,15%

7

clene

2

0,37%

15

dedely

1

0,18%

16

enterly

1

0,18%

16

fast

2

0,37%

15

ful

140

25,92%

1

fully

9

1,66%

11

grete

1

0,18%

16

gretly

10

1,85%

10

hool(e/y)

13

2,41%

9

mortal

1

0,18%

16

most

91

16,85%

2

myghty

1

0,18%

16

ouer

1

0,18%

16

outrely

3

0,55%

14

paramours

2

0,37%

15

passyng

14

2,59%

8

passyngly

8

1,48%

12

platly

3

0,55%

14

pleyn

1

0,18%

16

pleynly

29

5,37%

6

riht

64

11, 58%

3

shene

1

0,18%

16

sore

3

0,55%

14

strongly

1

0,18%

16

to

13

2,41%

9

verray

7

1,30%

13

verrayly

1

0,18%

16

ynly

8

1,48%

12

wel

57

10,55%

4

wonder

34

6,30%

5

wonderly

1

0,18%

16

Marqueurs

Nombre des occurrences

Fréquence d’occurrence

Rang par la fréquence parmi les intensifs du texte

al

78

21,2%

1

bitter

2

0,54%

13

bitterly

1

0,27%

14

bright

2

0,54%

13

cleane

2

0,54%

13

cleare

1

0,27%

14

deadly

1

0,27%

14

deare

6

1,63%

11

dearly

4

1,09%

12

deepe

4

1,09%

12

exceeding

7

1,9%

10

fair

1

0,27%

14

far

7

1,9%

10

fast

24

6,52%

6

full

43

11,68%

2

greatly

8

2,17%

9

hard

1

0,27%

14

highly

2

0,54%

13

hote

1

0,27%

14

hugely

1

0,27%

14

maynly

1

0,27%

14

mightie

2

0,54%

13

perfect

1

0,27%

14

quight

29

7,88%

5

riht

10

2,72%

7

scorching

1

0,27%

14

sore

30

8,15%

4

sorely

1

0,27%

14

stark

1

0,27%

14

strongly

2

0,54%

13

throughly

1

0,27%

14

too

37

10,05%

3

very

2

0,54%

13

vildly

1

0,27%

14

well

43

11,68%

2

wholly

1

0,27%

14

wondrous

9

2,45%

8

Notes de bas de page numériques

1 Le marqueur MA ful « full, perfectly, very well » a été étudié en parallèle avec le MA al dans Dedieu (2005). Les contraintes sémantico-syntaxiques sur MA et AM ful(l) sont tellement fortes que les points d’insertion dans la chaîne sont fixes. Chaucer, Lydgate et Spenser l’emploient exactement de la même façon ; seules varient la fréquence d’occurrence et la fréquence des occurrences pourvues d’un accent rythmique.
2 Lydgate, qui était considéré comme le plus grand poète chaucerien au XVe siècle, a composé Reson and Sensuallyte entre 1406 et 1412 (Hartung 1980 : 1893). Il s’agit d’un poème allégorique long de 7042 vers. Il a été conservé dans le manuscrit MS Fairfax F.16, Bodleiana, Oxford, datant du milieu du XVe siècle (MED).
3 Spenser a publié les trois premiers livres de The Faerie Queene en 1590. Le livre I a été retenu lors de la constitution du présent corpus.
4 La traduction mot-à-mot est « ta joie est toute indicible ».
5 Cf Dedieu (2005) sur l’emploi similaire des adjectifs totus, a, um en latin et tot(e) en ancien et moyen-français. Ces marqueurs sont employés pour indiquer le haut degré de l’attribut dans des structures de type x + copule + propriété /y/.
6 “Alain en oublie tout, farine et grain;/ Il ne pense plus aux affaires d’intendance” (Crépin 2000: 138)
7 « Cette région du corps n’est plus que ruine, (…) » (Crépin 2000 : 101).
8 « (…) Tout ce pays était rempli de fées. » (Crépin 2000 : 212).
9 L’emploi que fait Lydgate de l’intensif al semble conservateur sur le plan syntaxique par rapport aux innovations de Chaucer. Dans les relevés effectués, al n’est jamais séparé de l’élément sur lequel il porte et il le précède systématiquement. Ainsi il ne peut pas apparaître à la rime, en position de end focus. En revanche, Lydgate le place en attaque de vers (35,29% des occurrences) sans que l’ordre des éléments dans la chaîne soit bouleversé ; al n’apparaît donc pas dans une position focalisante. Ce poète qui vouait une grande admiration à Chaucer, n’a pourtant pas imité ses structures syntaxiques contraintes. Bien que l’influence de Lydgate « has been found […] chronologically far into the Renaissance » (Hartung 1980 : 1811), Spenser a été influencé par d’autres poètes dont Chaucer (Gardner).
10 Cette occurrence s’analyse de la même façon que celle vue précedemment en (6).
11 Le héros du livre I représente d’une part « the individual Christian fighting against evil » et d’autre part « the virtue of Holiness » (Gardner).
12 Cette remarque s’applique également aux occurrences des citations (11) et (12).
13 On notera les expressions suivantes en vieux-français: quittement « librement ; complètement » (XIIe siècle) et tout quite « entièrement » (vers 1300). En moyen-français, on retiendra le quitte pape « le même pape » (Brantôme) et lou quite rey « le roi même » (Montignac) (Von Wartburg 1975).
14 La forme v.néerl. kwijt a donné kwijt « lost ; missing » (lexicool) en néerlandais actuel.
15 Le moyen haut- et bas-allemand quît « los, ledig, frei » (Lexer) a donné la forme queit, devenue obsolète en allemand actuel.
16 La racine indo-européenne serait *kwei ↔ - « to rest, be quiet » (Watkins 2000).

Bibliographie

Abrams, M.H., general ed. 1993. The Norton Anthology of English Literature. 6th ed., vol. 1. New York: W.W. Norton & Company.

BENSON, L.D., general ed. 1987. The Riverside Chaucer. Oxford : Oxford University Press.

CREPIN, A. 2000. Les Contes de Canterbury. Paris : Gallimard.

DEDIEU, F. 2004. Riht et verrei dans Reson and Sensuallyte de John Lydgate in Bulletin des Anglicistes Médiévistes, vol. 66, pp. 95-111.

2005. Qualité, quantité et intensité en moyen-anglais: quelques cas intéressants, Actes du 18ème colloque du CerLiCo, Presses Universitaires de l'Ouest. Vol. 18, pp. 41-54.

Gardner, P. http://www.sparknotes.com/poetry/fqueen

Hartung, A.E., general ed. 1980. A Manual of the Writings in Middle English 1050-1500, vol. 6. Hamden, Connecticut: Archon Books/ The Shoe String Press.

HOLT, R. 1878. The Ormulum. With notes and glossary by Dr R.M. White. Oxford: Oxford University Press.

KLEIN, E. 1966. A Comprehensive Etymological Dictionary of the English Language. Amsterdam: Elsevier.

LEHMANN, W.P. 1986. A Gothic Etymological Dictionary based on the 3rd edition of Vergleichendes Wörterbuch der Gotischen Sprache by Sygmund Feist. Leiden: E.J. Brill.

LEXER, M. Mittelhochdeutsches Handwörterbuch. http://germazope-uni.trier.de/Projets/WBB/woerterbuech/lexer

Lexicool: http://www.lexicool.com

MED: KURATH, H., KUHN, S.M. & LEWIS, R.E., eds. 1954-2001. The Middle English Dictionary. Ann Arbor: University of Michigan Press.

OED: WEINER, E.S.C. & SIMPSON, J.A. 1989. The Oxford English Dictionary. 2nd ed. Oxford: Oxford University Press.

Ordbog over det prosasprog = A Dictionary of Old Norse Prose, 1989-1995, vol. I. København, Den Arnamgnæ anske Kommision.

Sieper, E., ed. 1901. Reson and Sensuallyte. London: Kegan Paul, Trench & Trübner. EETS ES 84.

Von Wartburg, W. 1975. Französisches Etymologisches Wörterbuch. Basel: Helbing & Lichtenhahn.

WATKINS, C., ed. 2000. The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots. 2nd edition, revised. Boston & New York: Houghton Mifflin.

Notes de la rédaction

Titulaire d’un doctorat en linguistique anglaise soutenu en 2003, Fabienne Dedieu a écrit plusieurs articles sur les adverbes intensifs en moyen-anglais. Ses recherches se tournent vers les adverbes et les adjectifs intensifs dans l’anglais de la Renaissance. Elle est actuellement chargée de cours à l’ICES à La Roche sur Yon.

Pour citer cet article

Fabienne Dedieu, « Quantité, qualité et intensité dans The Faerie Queene », paru dans Cycnos, Volume 23 n°1, mis en ligne le 31 mai 2006, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=280.


Auteurs

Fabienne Dedieu

ICES, La Roche-sur-Yon.