Ronald Shusterman


Ronald Shusterman, professeur à l’université Michel de Montaigne (Bordeaux III), a publié Critique et poésie selon I. A. Richards (Bordeaux, 1988) et de nombreux articles sur la théorie littéraire parus dans des revues françaises et étrangères telles que Poétique, Philosophy and Literature, SubStances, et études Anglaises. Formé en philosophie aux états-Unis et à Oxford, il s’intéresse aux rapports entre la fiction, les sciences, et l’épistémologie.

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 14 n°2 | 2.

Knowledge and the Author: The Intentional Fallacy Revisted and (Perhaps) Removed

Cet article explore la question de “l’hérésie intentionnaliste” non pas par rapport aux textes les plus connus ou les plus récents à ce sujet — ceux de Barthes, Foucault, Couturier, Wimsatt et Beardsley, Hirsch, Eco, Knapp et Michaels — mais à la lumière des divergences entre deux critiques et poètes par ailleurs très proches dans leurs orientations — I. A. Richards et William Empson. Si Richards fut célèbre pour son insistance sur l’autonomie du texte, manifestée dans des ouvrages tels que Practical Criticism (1929), son élève Empson devint bien plus circonspect quant à la non-pertinence de l’auteur, publiant à la fin de sa vie un livre-programme intitulé Using Biography (1984). Mon intention est d’examiner les contradictions entre la théorie et la pratique poétique de ces deux écrivains, afin de savoir dans quelle mesure la connaissance de l’auteur peut jouer un rôle dans l’interprétation. Le sens d’un poème ou d’un roman peut-il parfois être déterminé par ce que l’on y apprend de la vie de l’auteur ? Enfin, peut-on désamorcer le célèbre débat sur l’“intentional fallacy” en insistant sur le caractère pluraliste des rapports entre l’auteur empirique et son lecteur ?

Consulter l'article