Fantasmagorie de la “présence réelle”. A propos de La mansarde en or de Gaston Leroux