Cycnos | Volume 17 n° Spécial Journées Charles V sur les propositions relatives et l'aspect "be+ing" - 

Jean-Claude Souesme  : 

Le perfect en be + ing et la construction d’une contiguïté

Plan

Texte intégral

1Nous* ferons tout d’abord quelques observations générales concernant l’emploi de be + ing associé à have -en.

2L’emploi combiné des deux formes aspectuelles conduit de façon assez systématique à considérer l’existence d’une occurrence phénoménale de la notion, i.e. l’existence effective d’un événement dans l’extra-linguistique antérieurement au moment d’énonciation1. Ce n’était pas nécessairement le cas ni avec le present perfect simple ni avec le présent ou le prétérit en be + ing puisque : It’s the first time I’ve taken the plane par exemple peut se dire avant même que l’on ait pris l’avion. Et pour be + ing, il suffit de considérer un énoncé aussi banal que : I’m coming pour constater que la borne de droite du procès n’est pas encore franchie au moment d’énonciation.

3Ceci s’explique par le fait que be + ing porte sur have -en, c’est-à-dire que be, marqueur d’identification, est porteur de la marque de participe passé ; nous avons donc affaire à un double repérage du procès par rapport au moment d’énonciation. On est donc, plus naturellement qu’au présent simple, conduit à considérer l’occurrence d’un événement. Cela n’interdit pas cependant, comme nous l’a fait remarquer Ronald Flintham, que l’on puisse émettre une crainte, voire même un doute, concernant l’existence même de cet événement par le biais d’un verbe introducteur modalisateur (cf. fear, hope, suspect, etc.) ; certains des exemples de notre corpus sont d’ailleurs de ce type.

4Mais de quel type d’événement s’agit-il? L’examen du corpus permet de constater que l’emploi de be + ing est indépendant du type de procès, alors que d’ordinaire, les exemples proposés dans les grammaires comportent uniquement des verbes de processus. On rencontre des verbes d’état mental comme fancy, hope, suppose, want, notice, doubt ou encore mean :

1. She feared she had been doing wrong: saying too much, overacting the caution which she had been fancying necessary; in guarding against one evil, laying herself open to another;
(J. Austen, Mansfield Park)

2.a. They were just returned into the wilderness from the park,to which a sidegate, not fastened, had tempted them very soon after their leaving her, and they had been across a portion of the park into the very avenue which Fanny had been hoping the whole morning to reach at last, and had been sitting down under one of the trees.
(J. Austen, Mansfield Park)

3. I assure you, Mr Elliot had not the share which you have been supposing, in whatever pleasure the concert of last night might afford: not Mr Elliot; it is not Mr Elliot that--"
(L. Carroll, Through the Looking-Glass)

4. ‘I’m sure it’s what everybody’s been wanting’ she said in her deep voice.
(A. Wilson, Realpolitik)

5. Did somebody mention age spots? I’ve been noticing a couple of brown splotches on my hands. It can’t be; I’m not that old... Hey, when is that home laser coming along?
(Time, Nov. 1, 1999)

6. She was pleased--pleased and grateful; for did not that expression show that her child was capable of grieving for his mother’s wrongs and a feeling resentment toward her persecutors?--a thing which she had been doubting.
(M. Twain, The Tragedy of Pudd’nhead Wilson)

7. ‘After all, it’s important to you, isn’t it?’
This was the cue he’d been hoping for. ‘Yes, sir. Actually I’ve been meaning to ask you about that.’
(Ibid)

5Si, comme on le sait, l’emploi du present perfect simple n’implique pas nécessairement que le procès est achevé au moment d’énonciation, on notera qu’il en est de même lors de l’emploi de be + ing ; la présence ou l’absence de cette forme dans un énoncé est indépendante du caractère achevé ou non du procès. Seul le contexte permet éventuellement d’infléchir notre interprétation dans un sens ou dans l’autre. Ainsi dans :

8. ‘Hallo, you two,’ he cried gaily. ‘Where have you been hiding?’
(K. Amis, Lucky Jim)

6le procès est achevé. Inversement, dans l’exemple qui suit, seul le contexte permet de dire que le procès est encore valide au moment d’énonciation :

9. ‘I’ve been wanting a computer for years’, he complained to me as he hung up.
(P. Cornwell, Unnatural Exposure)

7Mais dans :

10. The telephone rang. It was Stephen. He had been crying. He probably still was, for his voice was unsteady.
(D. Lessing, Love, Again)

8rien ne permet d’affirmer que l’événement est terminé au moment de référence. L’énonciateur éprouve d’ailleurs le besoin de préciser que ce n’était probablement pas le cas. Comme chacun sait, have been Ving ne nous renseigne nullement sur ce point ; ce n’est pas là que résident les conditions d’emploi de be + ing.

9Par ailleurs, si la présence de marqueurs de durée, ou de repérage temporel par rapport à To n’implique pas nécessairement l’emploi de be + ing, la réciproque est vraie également : l’utilisation de cet aspect n’exige pas davantage la présence de marqueurs temporels ; ceux-ci ne figurent pas nécessairement :

11. At this moment Five, who had been anxiously looking across the garden, called out `The Queen! The Queen!’
(H. G. Wells, The War of the Worlds)

10Et dans certains cas, l’expression de repérage temporel peut être supprimée sans dommage pour le sens et la bonne formation de l’énoncé. Si dans l’exemple qui suit :

12. Already legions of American companies are preparing to target Europe with licensed goods. Even a pioneer like Coca-Cola, which has been licensing in Europe since 1986, views it as a wide-open territory.
(Time, Sept. 27, 1999)

11la présence de since 1986 constitue un complément d’information dont on peut assez difficilement se passer, en revanche, on peut aisément supprimer the whole morning dans l’énoncé 2.a, et dire :

2.b. ... the very avenue which Fanny had been hoping to reach at last.

12Cependant, on verra que dans ces certains contextes, ce type de mention est au contraire capital au niveau du sens et il nous faudra expliquer pourquoi.

13Qui plus est, l’aspect duratif d’un événement peut s’avérer non-pertinent alors même que nous sommes en présence d’un verbe de processus :

13. At last the vision of a beautiful face, and the memory of warm lips crushed to his dissolved the fascinating picture he had been drawing of his old life.
(E. R. Burroughs, Tarzan of the Apes.)

14C’est, comme l’on sait, l’aspect qualitatif qui est privilégié lors des occurrences de be + ing : l’énonciateur ne s’intéresse ici qu’à la nature du procès draw. Et dans cet autre exemple, l’énonciateur vise précisément à définir la nature de l’activité des jeunes gens :

14. "How do you think the young people have been amusing themselves lately, Sir Thomas? They have been acting. We have been all alive with acting."
(J. Austen, Mansfield Park)

15L’exemple suivant est particulièrement révélateur de la prédondérance du qualitatif :

15. "I was out above an hour. I sat three-quarters of an hour in the flower-garden, while Fanny cut the roses; and very pleasant it was, I assure you, but very hot. It was shady enough in the alcove, but I declare I quite dreaded the coming home again."
"Fanny has been cutting roses, has she?"
(J. Austen, Mansfield Park)

16On est passé du déterminant the devant roses dans l’énoncé au prétérit renvoyant à l’événement lui-même à Ø dans le second au perfect : on considère alors le prédicat cut roses, i.e. qu’on opère un renvoi à la notion prédicative. L’énonciateur s’intéresse à la nature du procès qui s’est trouvé validé à un moment antérieur ; il effectue au moment d’énonciation (d’où l’emploi du présent) une reprise avec identification (cf. be) de la notion prédicative présentée antérieurement dans un premier espace énonciatif dans lequel elle a été validée (d’où la marque en), et il affecte de nouveau le prédicat au même sujet d’énoncé par l’intermédiaire de have. Le facteur Qlt est donc prépondérant.

17C’est en raison de cette prépondérance de Qlt qu’une quantification au niveau du prédicat bloque l’emploi de be + ing, alors que le déterminant Ø est compatible avec ce marqueur. On rapprochera à cet effet :

16. Sheep and goat ranchers near France’s Mercantour National Park claim that wolves have killed over 300 head of livestock since last August and are threatening the old control methods of guns and poison.
(Time, April 26, 1999)

18et :

17. ... the Supreme Council for the Islamic Revolution in Iraq claims a force of 20.000 Shi’te soldiers who have been launching raids in the south.
(Time, Nov. 8, 1999)

19où l’on reste au niveau notionnel avec le déterminant Ø devant raids.

20Dans de tels contextes également, il devient inutile d’ajouter un terme énonciatif à certains processus, i.e. des procès à bornes disjointes, lorsqu’il s’agit de verbes transitifs pouvant s’employer intransitivement comme listen ou play :

18. "I really know very little of Sotherton."
Fanny, who was sitting on the other side of Edmund, exactly opposite Miss Crawford, and who had been attentively listening, now looked at him, and said in a low voice--  
(J. Austen, Mansfield Park)

19. The man who had accused De Coude, and the two others who had been playing, stood looking expectantly at the count.
( E. R. Burroughs, Tarzan of the Apes)

21Inversement, on ne pourrait avoir ici *the two others who had played ; il faudrait ajouter un complément d’objet pour rendre l’énoncé recevable. On se situe ici au niveau de la notion, au niveau Qlt, c’est-à-dire à l’activité représentée par le verbe, comme en témoignent ces trois autres énoncés :

20. Yet, how strong the impression that only a few weeks will give! I have been feeling as if we had never lived so before." (Ibid)

22Concernant les types de procès, on remarque que be + ing est refusé dans le cas où le procès présente une télicité énonciative ; c’est le cas de walk dans l’énoncé suivant, alors que le verbe inquire, présent dans une structure parallèle, est lui, porteur de be + ing:

21. With undoubting decision she directly began her adieus; and Edmund began at the same time to recollect that his mother had been inquiring for her, and that he had walked down to the Parsonage on purpose to bring her back.
(J. Austen, Mansfield Park)

23Toutefois, be + ing est de nouveau acceptable si plusieurs occurrences du procès sont prises en considération :

22. And almost immediately, because it’s Marian who’s said it, not me, and even though the very same idea has been crossing my mind since breakfast, I say: ‘I don’t know. I’ve got things to do.’
(G. Swift, Shuttlecock)

24A la télicité énonciative, on opposera la télicité notionnelle, liée aux propriétés primitives des notions, dans le cas de verbes comme recover, hide ou buy. Or ces verbes supportent également be + ing :

23. Since rivalry between the sisters had ceased, they had been gradually recovering much of their former good understanding;
(J. Austen, Mansfield Park)

24. "Are you sure you don’t have one?" Helen asked. He continued to hold her gaze and held out his hand. Relenting, she gave him another, then noticed that he had been hiding his orange under his foot.
(Time, Sept. 20, 1999)

25. I can remember the whole thing quite clearly. As a matter of fact, we’d just been buying the sleeping pills when she asked me to come round, the ones she must have used in the evening.
(K. Amis, Lucky Jim)

25Lorsque le procès est à bornes confondues, be + ing est à nouveau possible si plusieurs occurrences du procès sont envisagées :

26. ‘It’d be nice,’ she adds, and gives me a solicitous look. I know what it means. It means that for some while now she’s been noticing there’s something on my mind, I’m wound up about something.
(G. Swift, Shuttlecock)

26La borne de droite du procès n’est donc jamais prise en considération dans les énoncés au perfect en be + ing, pas plus qu’elle ne l’est d’ailleurs dans les autres emplois de be + ing, comme nous avons déjà eu l’occasion de le montrer2.

27Nous terminerons ces remarques en signalant que have been Ving peut s’employer au présent tout en étant associé à un énoncé au prétérit :

27 "We’ve been looking for a mission; well, the mission found us," said a senior European ambassador in Washington.
(Time, April 26, 1999)

28C’est la nature du procès effectué qui intéresse ici l’énonciateur, procès qu’il rapproche alors d’un autre événement appartenant lui aussi au révolu. Ainsi, pas plus qu’avec le Present perfect simple, ce n’est pas l’événement lui-même qui est pris en considération. Seul le prétérit est apte à en rendre compte et signifie la prédominance de Qnt de par l’ancrage situationnel.

29Dire que l’on se situe au niveau qualitatif ne suffit pas à définir les conditions d’emploi de be + ing dans des énoncés au perfect. Le dernier exemple nous permet néanmoins de constater que l’énonciateur rapproche deux propositions à des fins de contraste, car il veut faire ressortir l’opposition entre l’objectif poursuivi et le résultat obtenu. A. Gauthier3 a bien montré à propos de be + ing que son emploi était lié à l’association par l’énonciateur de deux propositions P et Q "qui en d’autres circonstances n’auraient aucun rapport l’une avec l’autre". Et il observe par ailleurs que "dans tous ces cas, c’est bien la relation p entails q, construite par l’énonciateur ou celui à qui le narrateur confère ce statut, qui justifie l’emploi de la FP". Ainsi, Q est repéré par rapport à P, P impliquant Q.

30Les exemples proposés au perfect dans les ouvrages de référence appartiennent très souvent au registre de l’oral, et dans ces contextes, P fait généralement partie du donné qui s’impose à l’énonciateur, car il renvoie à un élément de la situation d’énonciation. Chacun connaît les exemples du type : You’ve been drinking again! ou bien encore : Someone’s been opening the window!

31Pour étudier plus à fond les conditions d’occurrence conjointe des deux formes aspectuelles, nous nous sommes constitué un corpus à partir de documents écrits. Nous avons alors constaté que si P fait toujours partie du donné, il appartient au contexte-même du discours :

28. Anticipating a torrent of consolidation, speculators have been driving up shares of potential target banks, such as Chase, and brokerages, such as Paine Weber.
(Time, Nov. 8, 1999)

32P ne s’impose donc plus à l’énonciateur "de l’extérieur" en quelque sorte, puisqu’ici c’est lui-même qui instaure son propre préconstruit. P figure donc le plus souvent dans le contexte-avant :

5. Did somebody mention age spots? I’ve been noticing a couple of brown splotches on my hands. It can’t be; I’m not that old... Hey, when is that home laser coming along?
(Time, Nov. 1, 1999)

33Mais il peut également figurer dans le contexte-arrière :

29. The Serbs have been hiding tanks and other weapons in villages, knowing that NATO’s aversion to civilian casualties will keep them safe.
(Time, April 26, 1999)

34Si P peut renvoyer à un élément de la situation lorsque nous sommes au niveau du discours :

30. ‘You’re thinking he’s been living around there.’
‘That subway station’s not a transfer station. People who get off there live on the Upper West Side or ...’
‘Which is why I don’t think Gault has been living in that neighborhood,’ I said.
(P. Cornwell, From Potter’s Field)

35il peut tout autant renvoyer à un événement appartenant à cette situation d’énonciation ou à la situation de référence lorsque nous sommes dans le domaine du récit :

31. I got down beside him to look at the footprints, too. The tread pattern of the impression clearly left in snow was curious. Gault had been wearing some type of footwear with intricate raised diamond-shaped and wavy tread, and a manufacturer’s mark in the instep, and a wreathed logo in the heel.
(P. Cornwell, From Potter’s Field)

36Dans un cas comme dans l’autre, c’est sur P que l’énonciateur fait un commentaire lors de la proposition Q, proposition porteuse de la marque be + ing qui constitue par le fait la trace de son intervention à l’intérieur du récit.

37L’énoncé qui suit est intéressant dans la mesure où il comporte une occurrence de be + ing au prétérit suivie d’une seconde dans un énoncé au present perfect :

32. Our company hasn’t been alone. All of the dot.coms in our so-called cohort, Internet financial-information services and content, saw their stocks similarly sliced and diced. (Indeed, I was doing some slicing myself. My hedge fund has been unloading dot.com stocks as if they were contaminated.)
(Time, August 16, 1999)

38Si l’emploi de be + ing au prétérit s’explique par la présence de indeed qui correspond tout à fait au passage d’une valeur approchée à la valeur réelle4 (= quand je dis all of the dot.coms in our cohort, cela signifie myself également), l’emploi de la même forme aspectuelle dans l’énoncé au perfect qui suit s’analyse à nouveau comme marque de commentaire, comme justification de l’affirmation précédente.

39Parfois, ce préconstruit de l’énonciateur n’est pas posé ; il est alors à reconstruire par le co-énonciateur :

33. Joyce turned up next morning. Evidently she had been sleeping rough.
(Ibid)

40Le fait qu’elle ait couché dehors n’est évident que pour l’énonciateur qui seul dispose des indices nécessaires pour en déduire Q.

41C’est pourquoi Q se présente le plus souvent comme explication de P figurant dans le contexte-avant :

34. ‘Ive tried your house in Richmond.’
‘Oh, I’m at my mother’s, in Newport News. You know, I work a four-day week and have been spending the other three days out here for years.’
(P. Cornwell, Unnatural Exposure)

42Dans l’énoncé qui suit, le verbe explain figure d’ailleurs en tant que tel dans le commentaire de l’énonciateur-origine venant à l’appui de l’assertion de Q porteuse de be + ing :

35. "Monsieur Thuran has been explaining some of the mysteries of navigation to me," explained the girl.
(E.R. Burroughs, Tarzan of the Apes)

43On notera aussi la présence de marqueurs comme because ou for introduisant des propositions dont le verbe est porteur des deux formes aspectuelles :

36. "Tell him that I felt it urgent because of what we’ve been hearing. .."
(P. Erdman, The Panic of ‘89)

37. How she had looked before, Fanny could not recollect, for she had been dancing with Edmund herself, and had not thought about her.
(J. Austen, Mansfield Park)

44L’énonciateur s’appuie sur P pour asserter Q ensuite :

38. But no house computer can fiddle with itself. This one is working well, has been working right along, and it never did sound the house alarm, even for a second.
(Dean R. Koontz, Demon Seed)

45Or la proposition Q en be + ing peut être la conséquence de P. :

29. The Serbs have been hiding tanks and other weapons in villages, knowing that NATO’s aversion to civilian casualties will keep them safe.
(Time, April 26, 1999)

46Q apparaîtra également comme explication de P figurant dans le contexte-arrière ; l’ordre de surface est donc indifférent :

39. I can remember the whole thing quite clearly. As a matter of fact, we’d just been buying the sleeping pills when she asked me to come round, the ones she must have used in the evening.
(K. Amis, Lucky Jim)

47Q peut aussi venir comme justification a posteriori, comme preuve de l’affirmation de la première proposition P. Autrement dit, ce n’est plus P qui implique Q, mais au contraire Q qui implique P, comme on l’observe dans cette série d’énoncés :

40. A portrait would be incomplete without highlighting just how much he enjoys the unconcentional: he paints; he has been rebuilding a castle outside Sienna in Italy; (Time, Oct. 25, 1999)

41. The greenhouse effect is nothing new ; it has been operating ever since the earth formed.
(Time, Nov. 8, 1999)

42. Then Roger Wells continued: "I don’t know if you fellows remember the details of the Continental Illinois debacle in 1984, but I do because I’ve been reading some of my predecessors’s files this morning.
(P. Erdman, The Panic of ‘89)

48Dans cet autre énoncé, P est posé comme pouvant avoir comme origine Q, qui est alors porteur de be + ing :

43.a. Now do not make yourself uneasy with any queer fancies because he has been spending a few days at Richmond.
(J. Austen, Mansfield Park)

49De nouveau, P est impliqué par ou imputable à Q. Notons également que le present perfect simple serait irrecevable car il ferait porter l’attention sur l’état résultant du procès sur le sujet de l’énoncé :

43.b. *Now do not make yourself uneasy with any queer fancies because he has spent a few days at Richmond.

50Mais Q peut aussi figurer comme conclusion, comme déduction de P qui apparaît alors comme preuve de l’affirmation de Q :

44. So that confirmed it. Drexel Burnham had been telling the truth.
(P. Erdman, The Panic of ‘89)

45. "(Evans) has been trying to bed me too... He rang over the week-end asking me out for a drink-but I refused."
(Time, Nov. 22, 1999)

51P vient ici en justification de Q posée postérieurement dans l’énoncé. Ainsi, l’ordre de surface des propositions apparaît indifférent à la relation de contiguïté caractérisant l’emploi de have been Ving, tout comme est indifférente la nature de la proposition porteuse de be + ing : l’une est une affirmation qui se veut neutre, l’énonciateur faisant part de l’existence objective d’un événement, l’autre est empreinte de subjectivité, dans la mesure où be + ing marque de façon explicite que, selon l’énonciateur, l’événement auquel il est ainsi fait référence entre dans une relation de contiguïté avec un autre, au sens où il a une incidence sur, ou un lien avec la nature de l’autre. C’est l’énonciateur lui-même qui construit cette relation ; nous parlerons donc de ‘construction d’une contiguïté’ et non de ‘relation d’adjacence’, afin d’éviter une confusion éventuelle avec la notion de current relevance développée par M. Joos5.

52Q peut également constituer un commentaire explicatif de P :

46. Mr George Gardineer, Conservative MP for Reigate, who has been supporting the parents, said: ‘In my view the relations between Mrs May and a significant body of parents are beyond repair. She should be moved to a different job where the transition from traditional to modern techniques is already complete.’
(The Observer, 31-8-1986)

47. Afraid of everybody, ashamed of herself, and longing for the home she had left, she knew not how to look up, and could scarcely speak to be heard, or without crying. Mrs. Norris had been talking to her the whole way from Northampton of her wonderful good fortune, and the extraordinary degree of gratitude and good behaviour which it ought to produce, and her consciousness of misery was therefore increased by the idea of its being a wicked thing for her not to be happy. (J. Austen, Mansfield Park)

53Cette contiguïté entre P et Q nous paraît donc être à l’origine de l’emploi de be + ing en tant que trace de l’intervention de l’énonciateur : celui-ci décide de rapprocher deux événements en raison d’un lien qui selon lui les unit . On pourrait alors parler de valeur modale de be + ing. De fait, Q peut être porteur d’une interprétation subjective de P :

48. And in these final days of 1988 he also knew why. They had been going after the wrong targets! (P. Erdman, The Panic of ‘89)

49. They tore away across the yard as if they had been planning it for weeks.
(M. Hood, Nobody’s Fool)

54L’énonciateur présente ainsi son propre point de vue :

4. ‘I’m sure it’s what everybody’s been wanting’ she said in her deep voice.
(A. Wilson, Realpolitik)

55ou sa propre interprétation des faits :

50. In thus sending her away, Sir Thomas perhaps might not be thinking merely of her health. (J. Austen, Mansfield Park)

56d’où une modalisation possible avec l’emploi du verbe complain ici :

9. ‘I’ve been wanting a computer for years’, he complained to me as he hung up.
(P. Cornwell, Unnatural Exposure)

57ou de par le choix du prédicat lui-même dans cet autre énoncé :

51. The earliest intelligence of the travellers’safe arrival at Antigua, after a favourable voyage, was received; though not before Mrs. Norris had been indulging in very dreadful fears, and trying to make Edmund participate them whenever she could get him alone;
(J. Austen, Mansfield Park)

58L’énonciateur s’appuie sur ce qu’il sait :

46. Mr George Gardineer, Conservative MP for Reigate, who has been supporting the parents, said: ‘In my view the relations between Mrs May and a significant body of parents are beyond repair. She should be moved to a different job where the transition from traditional to modern techniques is already complete.’
(The Observer, 31-8-1986)

59d’où la présence d’éléments textuels introducteurs d’une proposition en have been Ving comme know, tell, discover, find ou notice :

52. ‘All I know is he’d been playing racquetball in the early morning, and seemed fine, ‘ I said.
(P. Cornwell, Unnatural Exposure)

53. I sat down. Wesley had reading glasses on and I could tell he had been running his fingers through his hair.
(P. Cornwell, From Potter’s Field)

54. "We discovered they have been collecting information on certain people, when does he leave, what’s the route of his car," says Majali.
(Time, Oct. 11, 1999)

55. They looked just the same: both well-dressed, with veils and parasols like other girls; but I afterwards found that I had been giving all my attention to the youngest, who was not out, and had most excessively offended the eldest. Miss Augusta ought not to have been noticed for the next six months; and Miss Sneyd, I believe, has never forgiven me." (J. Austen, Mansfield Park)

56. "Are you sure you don’t have one?" Helen asked. He continued to hold her gaze and held out his hand. Relenting, she gave him another, then noticed that he had been hiding his orange under his foot.
(Time, Sept. 20, 1999)

60L’énonciateur apparaît comme narrateur omniscient :

7. ‘After all, it’s important to you, isn’t it?’
This was the cue he’d been hoping for. ‘Yes, sir. Actually I’ve been meaning to ask you about that.’
(Ibid)

61On notera aussi l’emploi de be + ing dans le cas d’une reprise de point de vue d’un énonciateur rapporté, comme l’a déjà noté A. Gauthier :

57. By their own accounts they had been all walking after each other,
(J. Austen, Mansfield Park)

58. He had heard that Tom had been trying to get his father to sell the boy down the river,
(M. Twain, The Tragedy of Pudd’nhead Wilson)

59. Rumor has it that Ring’s been seeing Patty Denver.
(P. Cornwell, Unnatural Exposure)

62Dans l’exemple suivant, on trouve côte à côte present perfect en be + ing et present perfect simple pour les raisons mentionnées précédemment :

60. With undoubting decision she directly began her adieus; and Edmund began at the same time to recollect that his mother had been inquiring for her, and that he had walked down to the Parsonage on purpose to bring her back
(J. Austen, Mansfield Park)

63Mais l’énonciateur peut aussi rapprocher deux événements qui n’ont pas de rapport entre eux apparemment, au seul motif que le second lui apparaît en contradiction avec le précédent. Ainsi, dans l’énoncé 27 :

27. "We’ve been looking for a mission; well, the mission found us," said a senior European ambassador in Washington.
(Time, April 26, 1999

64l’événement exprimé en second constitue l’envers du résultat escompté à la suite de l’événement exprimé dans la proposition porteuse de be + ing. Nous citerons cet autre exemple de même nature afin de montrer qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé :

61. Washington officials insisted last week that Milosevic is beginning to feel the pain. But they’ve been insisting that for the past four weeks, and so far Belgrade has sent out no diplomatic feelers, and no one in Serbia shows visible signs of cracking.
(Time, April 26, 1999)

65On retrouve ainsi la valeur subjective de be + ing. De nouveau, si l’énoncé introduit par but à valeur adversative comporte be + ing, c’est bien parce que l’on s’intéresse à la nature même du procès validé par le sujet de ce second énoncé.

66L’énonciateur peut aussi décider de rapprocher un événement d’un autre, car le second lui paraît néanmoins aller dans le même sens que le premier. Dans l’exemple qui suit, on notera d’ailleurs la présence d’un point virgule, et non d’un point, entre les deux parties de l’énoncé :

62. There are plenty of people who don’t want East Timor to break away; some have been trying to frighten people into voting their way, or to skip the referendum altogether. (Time, Sept. 6, 1999)

67On pourra également observer, comme lors de l’emploi de be + ing dans des énoncés au présent, un passage de frontière de p’ à p :

7. ‘After all, it’s important to you, isn’t it?’
This was the cue he’d been hoping for. ‘Yes, sir. Actually I’ve been meaning to ask you about that.’ (D. Lessing, Love, Again)

68L’adverbe actually est particulièrement révélateur du passage d’une valeur approchée à la valeur réelle, comme nous pouvons le noter avec be + ing au présent, par exemple dans : When you buy a Kelton, you’re buying more than a watch6. De la même façon, dans :

63. "And if I had taken them away from him I should have been robbing the woman I love--don’t you understand, Jane?" It was as though he attempted to excuse a fault.
(E. R. Burroughs, Tarzan of the Apes)

69la validation du procès take them away from him reviendrait, selon l’énonciateur, à rob the woman I love. Il n’y a donc pas véritable relation d’équivalence, mais bien réinterprétation de P sous la forme Q.

70Ainsi, si be + ing joue le rôle qu’on lui connaît de filtre des valeurs du modal, laissant seulement l’interprétation épistémique comme le montre également l’énoncé ci-dessus pour should, il permet aussi un autre filtrage dans la mesure où ce n’est plus un état résultant pour le sujet de l’énoncé qui serait à considérer (en raison de have -en), mais uniquement l’activité qui est mise au compte de ce sujet par le biais de have :

52. ‘All I know is he’d been playing racquetball in the early morning, and seemed fine, ‘ I said.
(P. Cornwell, Unnatural Exposure )

71L’énonciateur ne s’avance pas à propos d’un quelconque état du sujet impliqué par l’activité play racquetball ; et il se contente dans un second temps de mentionner son impression à ce sujet.

72On expliquera ainsi l’impossibilité de supprimer be + ing portant sur play dans l’énoncé 19 et de dire :

19.b. *The man who had accused De Coude, and the two others who had played, stood looking expectantly at the count.
(E. R. Burroughs, Tarzan of the Apes)

73Par suite, on constate que la démarche est ici l’inverse de celle que l’on a avec le present perfect simple, démarche qui faisait que l’énonciateur partait de P et conduisait le co-énonciateur à envisager Q, en tant qu’état du sujet de l’énoncé résultant de l’occurrence du procès. Le co-énonciateur était ainsi invité à se poser une question du type so what?. Lorsque be + ing et have -en sont employés conjointement, be + ing signale que l’énonciateur considère Q dans son rapport à P, ce qui oblige le co-énonciateur à reconstruire le cheminement mental qui a conduit à l’assertion en be + ing. La démarche du co-énonciateur devra alors être du type that’s why.

74Il nous a paru intéressant de prolonger cette étude par l’analyse des propositions relatives comportant have been Ving.

75Ce type de relatives est par nature propice à l’introduction d’une relation d’adjacence. De fait, la relative se présente comme l’assertion d’une proposition Q entrant dans une relation d’adjacence avec la proposition P contenue dans la principale. Q a alors une valeur explicative pour P :

11. At this moment Five, who had been anxiously looking across the garden, called out `The Queen! The Queen!’
(H. G. Wells, The War of the Worlds)

76On observe de nouveau que cette relation est indépendante de l’ordre chronologique d’occurrence des événements. En effet, l’événement contenu dans la relative est antérieur à celui contenu dans la principale. On n’a donc pas une relation du type P implique Q. Il n’en demeure pas moins que la proposition Q en be + ing introduit l’activité permettant de comprendre le pourquoi de l’occurrence de l’événement P. Q se présente donc comme un commentaire explicatif ou justificatif de la part de l’énonciateur venant à l’appui des faits mentionnés par ailleurs en P :

64. The All-Russian Ophtalmological Laser Center, which has been performing LASIK operations since 1993, has failure rates of "less than 1%," claims Igor Kornilovsky.
(Time, Nov. 1, 1999)

77Comme précédemment, on pourra dire que P (la principale) s’explique par Q (la relative); autrement dit : P parce que Q. Ici, l’adjonction de la durée de l’événement est capitale au niveau sémantique, car elle éclaire d’un jour particulier la relation d’adjacence entre P et Q.

78Si l’on observe le plus souvent dans ce type de relatives une relation entre P et Q dans laquelle Q renvoie à un événement antérieur à celui de P, il n’est pas exclu d’observer un relation de Q à Q’, dans la mesure où au niveau du prédicat dans la proposition principale, p se présente en fait comme le complémentaire linguistique de q :

65. Finally the sheik, who had been standing a mute and frowning witness of the cowardly attack, intervened.
(Burroughs, Edgar Rice, Tarzan of the Apes)

79On est en effet passé de be mute and frowning à intervene. On passe également de Q à Q’ dans cet autre énoncé :

66. Back to land again, and that’s all the first figure,’ said the Mock Turtle, suddenly dropping his voice; and the two creatures, who had been jumping about like mad things all this time, sat down again very sadly and quietly, and looked at Alice.
(L. Carroll, Through the Looking-Glass)

80On observera par ailleurs l’existence de Q’ en dépit de Q, présent dans la relative, et qui est alors porteur de be + ing :

12. Already legions of American companies are preparing to target Europe with licensed goods. Even a pioneer like Coca-Cola, which has been licensing in Europe since 1986, views it as a wide-open territory.
(Time, Sept. 27, 1999)

81Dans l’énoncé qui suit, c’est parce que les deux événements sont contradictoires que l’on entre dans une relation du type p - p’, dans la mesure où cette fois, c’est le prédicat mentionné dans la relative qui constitue le complémentaire linguistique de celui de la principale :

67. Presently one of them, a little, mean-faced, black-bearded fellow with a countenance which reminded Tarzan of Pamba, the rat, laid his hand upon the shoulder of a giant who stood next him, and with whom all the others had been arguing and quarreling.
(Burroughs, E. R., Tarzan of the Apes)

82Lay his hand upon the shoulder sera perçu comme geste amical, auquel s’opposent argue et quarrel.

83On expliquera donc la présence de be + ing dans l’énoncé suivant :

68.a. My brother, who has been living in America for over 30 years, can speak English beautifully.

84par le fait que ceci explique cela, et dans :

68.b. My brother, who has been living in America for over 30 years, is still unable to speak English without any French accent.

85par le fait que selon l’énonciateur la relation entre P et Q paraît paradoxale. Inversement, l’absence de be + ing dans :

68.c. My brother, who has lived in America for over 30 years, can still speak Italian.

86correspondrait à un simple rapprochement de deux faits, de deux propriétés du sujet, la relative n’étant là que comme simple complément d’information concernant my brother. Si ce dernier énoncé peut paraître non authentique, bien que grammaticalement bien formé et proposé par Quirk et al dans A Comprehensive Grammar of the English Language, c’est précisément en raison même de l’absence de contexte-avant qui fait que l’on ne voit pas l’intérêt de l’information procurée par la relative : il faudrait imaginer un préconstruit, un contexte antérieur adéquat justifiant un tel apport.

87On notera le même type de relation d’adjacence lorsque la relative est introduite par where :

69. Following her nightly performances on Broadway, Friel often goes to a divey neighborhood bar, where she has been learning to swing dance.
(Time, May 24, 1999)

88La relative sert de nouveau à introduire un commentaire sur l’antécédent : ce bar étant présenté comme le lieu où l’actrice a fait ses débuts comme danseuse, on doit utiliser le perfect en be + ing afin de ne s’intéresser qu’à l’activité exercée en ce lieu par l’actrice en question ; le prétérit n’aurait fait que relater un événement appartenant au révolu, et c’est donc Qnt qui aurait prévalu.

89Considérons l’énoncé suivant :

70. By convincing her that Fanny was very pretty, which she had been doubting about before, and that she would be advantageously married, it made her feel a sort of credit in calling her niece.
(J. Austen, Mansfield Park)

90La relative constitue un commentaire sur le contenu sémantique de la proposition complétive antérieure ; elle apporte un éclairage sur la proposition précédente by convincing her. De nouveau, on établira une relation d’adjacence entre le contenu de la relative et la proposition antérieure ; et par voie de conséquence, les relations s’enchaînant l’une l’autre, c’est l’existence même de l’événement contenu dans la principale qui se trouve entrer en relation avec celui de la relative.

91Concernant ces relatives dites déterminatives, nous considérons que, dans la mesure où la propriété introduite n’a aucune valeur définitoire, who et which sont la marque d’un apport à la fois qualitatif et quantitatif. Valeur quantitative et valeur qualitative sont alors équi-pondérées7. La valeur qualitative est récupérée par le biais d’un ancrage situationnel dû à l’introduction d’un contexte d’occurrence situationnelle distinct de celui de la principale (avec présence d’éléments indiquant les circonstances dans lesquelles l’événement s’est produit ; c’est le facteur Qnt). En effet, ce contexte permet d’introduire une propriété associée de l’antécédent, et la relative se présente comme une expansion notionnelle de la nature du nom ainsi déterminé. Par suite, la présence de be + ing est nécessaire afin de récupérer la valeur Qlt :

71. This will probably be built around a handful of undistinguished former Chechen members of the Russian Duma who have been living in exile in Moscow. (Time, Oct. 11, 1999)

17. ... the Supreme Council for the Islamic Revolution in Iraq claims a force of 20.000 Shi’te soldiers who have been launching raids in the south.
(Time, Nov. 8, 1999)

92Ainsi, au travers de l’occurrence situationnelle mentionnée dans la relative, il s’agit de récupérer une propriété de l’antécédent :

72. Too late he became aware how unfavourable to the character of any young people must be the totally opposite treatment which Maria and Julia had been always experiencing at home, where the excessive indulgence and flattery of their aunt had been continually contrasted with his own severity.
(Jane Austen, Mansfield Park)

93Il en va de même lorsque le relatif est précédé d’une préposition ; la relative introduit les conditions de validation, et, par le biais de Qnt, on a un apport Qlt :

73. "Oh yes! she ought not to have spoken of her uncle as she did. I was quite astonished. An uncle with whom she has been living so many years, and who, whatever his faults may be, is so very fond of her brother, treating him, they say, quite like a son. I could not have believed it!"
(J. Austen, Mansfield Park)

94La relative introduit ici un contexte situationnel différent de celui de la principale, d’où naît la contradiction entre P, le donné, avec fiery chaos et Q, l’information apportée par la relative ; on va ainsi tirer une propriété associée à l’antécédent world qui est du type safe.

95L’analyse sera identique pour cet autre exemple :

74. I thought we should never have got through them, though we had the four horses of course; and poor old coachman would attend us, out of his great love and kindness, though he was hardly able to sit the box on account of the rheumatism which I had been doctoring him for ever since Michaelmas.
(J. Austen, Mansfield Park)

96La relative permet ainsi l’identification du référent :

75. She had just succeeded in curving it down into a graceful zigzag, and was going to dive in among the leaves, which she found to be nothing but the tops of the trees under which she had been wandering, when a sharp hiss made her draw back in a hurry: a large pigeon had flown into her face, and was beating her violently with its wings. (H. G. Wells, The War of the Worlds)

97Elle peut aussi être l’occasion d’un commentaire de l’énonciateur sur la nature même du référent de l’antécédent, et be + ing s’impose dans ce cas par la présence de marqueurs de subjectivité :

76. Edmund met them with particular pleasure. It was the first time of his seeing them together since the beginning of that better acquaintance which he had been hearing of with great satisfaction.
(J. Austen, Mansfield Park)

98Avec le relatif Ø, nous avions déjà observé8 que Qlt était prépondérant : il est donc logique que be + ing figure dans ce type de relatives, puisqu’avec cet aspect, c’est la valeur qualitative qui prime :

77. It is a terrible thing to hear your own mother swearing all day. I blame it on those books Ø she has been reading.
(S. Townsend, The Secret Diary of Adrian Mole)

99Rappelons l’énoncé 12 dans lequel l’aspect duratif du procès draw n’est pas pris en considération ; or c’est précisément le relatif Ø qui est employé ici :

12. At last the vision of a beautiful face, and the memory of warm lips crushed to his dissolved the fascinating picture Ø he had been drawing of his old life. (E. R. Burroughs, Tarzan of the Apes)

100La valeur Qlt est également prépondérante dans cette autre relative au present perfect en be + ing introduite par Ø :

7. ‘After all, it’s important to you, isn’t it?’
This was the cue Ø he’d been hoping for.
(D. Lessing, Love, Again)

101La relative pourrait être remplacée ici par un adjectif révélant la nature de la propriété associée à la notion cue, et l’ensemble fait en quelque sorte partie du préconstruit de l’énonciateur au moment de référence. L’emploi de which suivi du present perfect simple ferait prendre en considération la valeur Qnt, mettant l’accent sur l’occurrence situationnelle : en effet, la propriété associée à la notion cue, donc la valeur qualitative de la proposition relative, serait uniquement liée à l’occurrence de l’événement contenu dans la principale ; elle apparaîtrait ainsi comme relativement secondaire, car non préconstruite. La traduction pourrait être étoffée à l’aide de "qu’il se trouvait alors à espérer."

102Par suite, une relative introduite par le pronom Ø pourra se rencontrer dans le cas d’une identification stricte avec l’occurrence mentionnée dans la proposition principale : puisqu’il s’agit d’une seule et même occurrence dans deux contextes situationnels différents, il y a nécessairement identification au niveau qualitatif :

78. Fanny could hardly have kept her seat any longer, or have refrained from at least trying to get away in spite of all the too public opposition she foresaw to it, had it not been for the sound of approaching relief, the very sound Ø she had been long watching for, and long thinking strangely delayed.
(J. Austen, Mansfield Park)

79. The very gown Ø you have been taking notice of is your own generous present to her when dear Mrs. Rushworth married.
(J. Austen, Mansfield Park)

103Dans cet autre énoncé, la relative sert à délimiter qualitativement l’occurrence de walk dans le contexte mentionné dans la principale :

80. A few steps farther brought them out at the bottom of the very walk they had been talking of; (J. Austen, Mansfield Park)

104L’emploi du relatif that correspondant selon nous à l’introduction d’un trait distinctif, spécificatif, d’ordre qualitatif, la relative est nécessaire à la définition de la notion sous-jacente à l’antécédent ; par suite elle ne peut être supprimée : elle constitue elle aussi une forme d’expansion notionnelle, permettant l’attribution d’une propriété à valeur contrastive, d’où la nécessité de be + ing afin de se situer au niveau qualitatif :

81. And the eyes that had been watching his every movement since he had boarded the ship at Algiers knew that this was his habit.
(E. R. Burroughs, Tarzan of the Apes)

82. In many ways, the religiosity that has been reasserting itself in China may simply be delayed evolution. (Time, Oct. 4, 1999)

82. The sudden recovery was triggered by the reversal of trends that had been driving the euro down. (Time, August 16, 1999)

105Au terme de cette brève étude sur un vaste et délicat sujet qui pourrait constituer l’objet d’une thèse, il semble cependant possible d’analyser l’emploi conjoint de have -en et be + ing comme la trace de l’intervention de l’énonciateur qui indique explicitement l’existence d’une relation d’adjacence entre deux propositions. Il nous a semblé aussi que notre analyse pouvait s’intégrer dans l’étude des relatives si l’on considère, comme nous avons tenté de le montrer par ailleurs, que les valeurs quantitative et qualitative doivent être prises en considération dans l’analyse de ces propositions.

Notes de bas de page numériques

1 Graham Dallas nous a fait remarquer cependant qu'il était possible d'envisager un énoncé en have been Ving dans lequel la validation du procès n'aurait pas eu lieu si dans le contexte antérieur, nous avons déjà une valeur d'intention du sujet de l'énoncé :
"He said he's coming next week.
- He's been coming for the last three months!"
De fait, même donné hors contexte, ce dernier énoncé ne pourrait se comprendre autrement. Mais ce type d'emploi semble beaucoup plus restreint qu'au présent.
2 Cf. Souesme, J.C., 1996. "Be + ing et le passage de frontière du domaine notionnel", in Modèles Linguistiques, Volume 33, Tome XVII, (pp.133 à 148).
3 A. Gauthier : Opérations énonciatives et apprentissage d'une langue étrangère en milieu scolaire. Thèse de doctorat d'état, Université de Paris VII, Les Langues Modernes, 1981.
4 Cf. Souesme, J.C., 1996. "Be + ing et le passage de frontière du domaine notionnel", in Modèles Linguistiques, Volume 33, Tome XVII, (pp.133 à 148).
5 Nous remercions R. Flintham qui a soulevé le premier le problème, ainsi que A. Gauthier pour la mise au point de l' expression 'construction d'une contiguïté".
6 Cf. Souesme J.-C. : Grammaire Anglaise en Contexte, pp 95-97.
7 Cf. Souesme J.C. : "Le relatif Ø, un pronom indépendant et non-neutre", communication à l'atelier de linguistique du Congrès de la SAES, Rennes, 1998.
8 Ibid.

Notes de bas de page astérisques

* Nous tenons à remercier notre collègue niçois G. Dallas pour ses commentaires pertinents, ainsi que R. Flintham de l'Université de Paris VII pour sa relecture critique et vigilante de la première version de cet article. Enfin, nous avons tenté d'intégrer les remarques d'A. Gauthier sur l'architecture même de l'exposé pour cette version définitive. Qu'il soit lui aussi sincèrement remercié.

Bibliographie

ADAMCZEWSKI, H.& DELMAS, C., 1976. Be + ing dans la grammaire de l’anglais contemporain. Thèse de doctorat d’état, Université de Paris VII.

BOUSCAREN J. & CHUQUET, J., 1987. Grammaire et Textes anglais - guide pour l’analyse linguistique, Gap, Ophrys.

BOUSCAREN J. & DESCHAMPS, A. 1993. Eléments pour une typologie des procès, in Cahiers de Recherche en Linguistique anglaise, Gap : Ophrys.

BOUSCAREN, J., PERSEC S. et CELLE, A., FLINTHAM, R., GRESSET S. : Analyse grammaticale dans les textes, Ophrys, 1998.

CHUQUET, J., 1993 : Perfect anglais et opérations de validation : quelques repères. In Opérations énonciatives et interprétation de l’énoncé (Mélanges offerts à janine Bouscaren). L. Danon-Boileau & J.L. Duchet (eds), Paris : Ophrys.

DUBOS, U. 1985. Le plus-que-parfait et la notion d’accompli d’antériorité. SIGMA, 9, 145-168

GARNIER, G. & GUIMIER, C., 1997. L’épreuve de linguistique au Capes et à l’agrégation d’anglais, Paris : Nathan Université.

GAUTHIER, A. 1981. Opérations énonciatives et apprentissage d’une langue étrangère en milieu scolaire, Paris, Les Langues Modernes.

GUILLEMIN-FLESCHER, J., 1997. "De la qualité à la qualité", in La Notion, C. Rivière et M.-L. Groussier, (éds) Gap, Ophrys.

JOOS, M. (1964). The English Verb, University of Wisconsin.

LARREYA, P. & RIVIÈRE, C., 1999. Grammaire explicative de l’anglais, Paris, Longman.

MÉLIS, G., 1999. "Relatives et types de qualification", in Cycnos, numéro spécial 2000, "Journées Charles V sur les propositions relatives et be + ing", Nice.

SOUESME, J.C., 1992. Grammaire Anglaise en Contexte, Gap, Ophrys.

SOUESME, J.C., 1996. "Be + ing et le passage de frontière du domaine notionnel", in Modèles Linguistiques, Volume 33, Tome XVII, (pp.133 à 148).

SOUESME, J.C., 1998. "L’emploi conjoint de have + en et be + ing dans des énoncés négatifs", in Cycnos, numéro spécial 1998, publication des Actes de l’atelier de Linguistique du Congrès de la SAES 1997 à Nice (pp. 185 à 196).

SOUESME, J.C., 2000. "Le relatif Ø : un pronom indépendant et non neutre", in Actes du colloque de l’Association des Linguistes de l’Enseignement Supérieur, Congrès de la SAES Rennes, 1998, , Presses Universitaires de Rennes.

Pour citer cet article

Jean-Claude Souesme, « Le perfect en be + ing et la construction d’une contiguïté », paru dans Cycnos, Volume 17 n° Spécial, mis en ligne le 24 septembre 2008, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=1710.


Auteurs

Jean-Claude Souesme

Université de Nice