Michel Morel


Michel MOREL est professeur émérite à Nancy 2. Ses recherches  portent sur la lecture, en particulier sur les déclencheurs d'affects dans des types d'écriture d'appartenances très variées (allant du « fait divers » à la poésie). Il s'intéresse plus précisément aux processus génériques, au fait que le contrat générique actualisé par le texte individuel est le point de passage obligé de son décryptage, et aux mécanismes textuels que cette actualisation enclenchenécessairement. Approfondissant l'analyse des composantes de ce contrat, Michel Morel s'est tourné, dans ses derniers travaux, vers la dimension axiologique des figures de style et de la rhétorique.

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 18 n°1

La “catastrophe” selon Howard Barker

“Lire, relire Barker, c’est immédiatement, et sous le coup d’une violence qui vous excorie l’esprit, redécouvrir comme l’intuition d’une patrie perdue ; c’est se trouver mis à nu par une langue qui exhibe en les retournant de l’intérieur les accommodements et les endormissements ordinaires de l’homme au quotidien. Barker, ou l’impudeur splendide d’un élisabethain au vingtième siècle ; la parole fulgurante d’un Marlowe ici-bas chu au beau milieu des camps de concentration, des génocides et des massacres à la mode contemporaine ; le bloc inentamé d’une révolte atypique, d’une énergie sans relâche, et pour le lecteur et le spect...”

Consulter l'article

Cycnos | Volume 25 Spécial - 2008

Jane Eyre : Ce que romance veut dire

Jane Eyre se déclare fiction autobiographique. Pourtant, le contrat de lecture latent y relève plutôt de la démarche romance, ceci étant parfaitement illustré par le film de Franco Zeffirelli qui, hors la reconstitution d’époque, ne retient que cette dimension. Le motif principal est donc celui des récits d’amour qui, malgré tous les obstacles socioculturels dressés contre les protagonistes, finissent bien, et c’est l’attente de ce bonheur qui tire constamment le lecteur vers l’avant, en dépit de la crainte inverse d’une issue malheureuse, ou peut-être à cause d’elle. C’est la grande force du récit. Le cheminement vers ce bonheur enfin accordé à l’héroïne est cependant rendu explicitement conforme aux croyances religieuses de l’époque. L’inscription romance masque cette dimension plus idéologique, les deux références cadrant et préformant en réalité l’éducation et la libération dont le texte semble nous parler.

Consulter l'article

Cycnos | Volume 26 n°2

Narrative silences in Far from the Madding Crowd

L'article s'intéresse aux signes de ponctuation marquant les silences narratifs dans Far from the Madding Crowd. Les marqueurs concernés sont de trois types : 1. le double tiret cadratin ; 2. les points de suspension et 3. les tirets cadratins. Ce guidage typographique, à peine remarqué à première lecture mais nécessairement déchiffré par le lecteur, miment des interruptions de parole ou de discours qui sont le lieu d'un intense échange de nature axiologiqueayant trait aux jugements que le texte nous fait émettre quant aux pensées ou actions des personnages en jeu. Les diverses fonctions ainsi assurées (de la dimension mimétique au suspens et aux commentaires du narrateur) sont essentielles pour assurer et maintenir le sentiment de vraisemblance et donc notre adhésion au texte. L'article se termine par une évaluation de cette démarche de persuasion narrative et de son action sur le lecteur, dans un texte qui reste influencé par la forme feuilleton sous laquelle il a d'abord été publié.

Consulter l'article