anaphore dans Cycnos


Articles


Cycnos | Volume 21 n°1

The way : un cas d’identification qualitative

La collocation the way en anglais présente une grande fréquence d’utilisation avec des valeurs diverses (chemin, manière, etc.) et une étude des opérations fondamentales du lexème way associé au fléchage (The) démontre qu’aucune de ces valeurs n’est prototypique ni dérivée. En revanche, il s’agit là d’un terme toujours relatif à un procès, à sa source et à son but, désignant un ensemble de propriétés qualitatives contingentes et différentielles qui, comme c’est souvent le cas, est associé à une relative déterminative, et permet de marquer l’anaphore, la reprise d’une relation prédicative ou même la comparaison d’équivalence en marquant l’identification de propriétés analogiques construites ou préconstruites. The collocation the way in English is frequently used with various meanings ranging from path/access to manner, etc. But studying the operations of the noun way with pinpointing (The) shows that none of these may be described as either prototypical or derived. More fundamentally, the way always functions relative to a process, its source and object, expressing a set of qualitative and contingent differential properties. When associated to a determinative relative clause, as is often the case, it may serve as a marker of anaphora, refer to a predicative relation or express comparison of equivalence through the identification of constructed or preconstructed analogical properties.

Consulter l'article

Anaphore et identification

Anaphore et identification impliquent toutes deux un rapport entre un repère et un repéré par l'intermédiaire de l'opérateur . L'asymétrie de cette relation a pour conséquence l'impossibilité d'envisager une identité stricte entre les deux éléments en présence. Néanmoins ce rapport peut mettre l'accent soit sur les propriétés communes aux deux éléments soit sur leurs dissemblances. Dans le premier cas, la forme prise par le texte a les apparences d'une identité puisque toute altérité est éliminée ; dans le second, le maintien d'une différence revient à prendre l'altérité en compte. Trois domaines étrangers les uns aux autres permettront de voir comment s'applique ce travail sur l'altérité dans le champ de l'anaphore : les structures comparatives en as (GN+ Adj + as + GN) / (GN+ as + Adj + as + GN); l'utilisation ou non de l'aspect (be-ing) dans le même contexte et les conséquences discursives du choix fait ; les conditions d'apparition d'un GN de la forme (another + Base Verbale) reprenant une prédication complète. The relation between locator and located via can apply both to anaphoric contexts and to the enunciative operation of identification. In both cases asymmetry is of the essence in this relation: the located is dependent of the locator but the reverse is not true. Identification is thus not equivalent to identity. Even so the relation locator-located in a text can assume the appearance of an identity in cases where otherness is not considered relevant. When it is relevant, there are markers involving a great many grammatical categories which signal its presence. To illustrate the two ways of considering otherness, three types of illustrations will be given: the alternation (NP + Adj + as + NP) / (NP + as + Adj + as + NP); the presence/absence of aspect (be-ing) in anaphoric contexts ; the use of an NP of the form (another + Verb Base) taking up the previous mention of a complete predicative relation.

Consulter l'article