identification dans Cycnos


Articles


Cycnos | Volume 21 n°1

Identité : quelle pertinence pour l’énoncé complexe ?

Cet article pose le problème de la relation d’identification dans les énoncés complexes, essentiellement ceux comportant la copule. On s’interroge en particulier sur les extraposées, traditionnellement caractérisées par des valeurs d’appartenance de BE. Et l’analyse conduit à revenir sur les blocages liés au schéma d’extraposition, dont on montre qu’ils sont explicables par des valeurs d’implication ou de cause-conséquence qui se construisent entre propositions. This paper raises the issue of the identifying BE in complex sentences. In particular, we discuss extraposed sentences, which have traditionally been analysed as involving a member-of-a-class value for BE. In our discussion, we re-examine the constraints on extraposition, which we show to be linked to inter-clausal implication or cause-consequence relations.

Consulter l'article

Comment identifier une identification ?

Cet article tente de clarifier le statut du concept d’« identification » tel qu’il est employé dans la Théorie de Opérations Enonciatives. Ce concept est généralement peu problématique tant qu’il repose sur l’intuition, mais il faut faire appel à une définition formelle si l’on veut le distinguer du concept d’«identité ». Deux types de paramètres doivent alors être pris en compte : les opérations de détermination Qualitative et Quantitative d’une part, le caractère dynamique ou statique de la relation entre les notions à identifier d’autre part. L’«identification » sera alors définie comme une opération non-symétrique d’instanciation d’une détermination Quantitative ou Qualitative. An attempt is made to clarify the status of the concept of « identification » in the Theory of Enunciative Operations. This concept is generally satisfactory as long as it is used intuitively but to distinguish it from the concept of « indentity » a formal definition is called for. Such a definition requires that at least two distinct sets of parameters be taken into account: the Qualitative and Quantitative determinations on the one hand, the dynamic or static aspect of the relationship on the other hand. Identification is here defined as an non-symmetrical operation which consists of the mapping of a Qualitative or Quantitative determination carried by a notion onto another notion.

Consulter l'article

Identification et validation fictive

Le concept d’identification est envisagé à travers la construction du domaine fictif, à la fois dissocié et identifié au repère origine. Une prise en compte de différentes formes en contexte met en évidence des phénomènes tels que synchronisme, projection d’une image, simulation, ajustement, inclusion, congruence et similitude, qui participent à une acception plus large de l’identification comme une conformité entre des éléments qui sont à la base en relation de rupture ou d’altérité. This paper is an attempt at defining the concept of identification through the construction of a fictive domain, both disconnected from its referential point and sharing similarities with it. A survey of various forms in context is proposed, focusing on phenomena such as synchronism, projection of an image, simulation, adjustment, inclusion, congruence and similitude. Such phenomena are part of a wider acceptation of identification as congruence between elements that are basically disconnected or stand in a complementary relationship.

Consulter l'article

L’aspect récurrent de l’opération d’identification

Ce travail se propose de dégager le caractère récurrent de l’opération d’identification en prenant l’exemple la dérivation de la forme en be -ing dans ses valeurs modale et aspectuelle. L’hypothèse d’analyse est que la stabilité de la forme dans ses interprétations aspectuelle et modale est un indice de la stabilité des opérations qui les sous-tendent.  Le principe de la récurrence de l’opération d’identification explique la forme en be –ing dans ses différentes valeurs. L’opération reste la même dans son principe récurrent. Les valeurs produites sont distinctes, (valeur aspectuelle ou valeur modale) du fait que l’application répétée de l’opération d’identification n’intervient pas sur les même termes. The purpose of this article is to illustrate the recurrent aspect of the identification operation through a simplified, formal derivation of the form Be -ing in its aspectual and modal meanings. Hypothesis is that stability of the form at surface level, in utterances expressing various meanings of be -ing, is significant of stability of underlying operations: - Be -ing in its aspectual meaning involves recurrent application of the identification operating on time representatives. - It is same operation occurring recurrently that governs the derivation of the form Be-ing in its modal meanings. In the latter case, recurrent identification applies on different items to be identified.

Consulter l'article

Anaphore et identification

Anaphore et identification impliquent toutes deux un rapport entre un repère et un repéré par l'intermédiaire de l'opérateur . L'asymétrie de cette relation a pour conséquence l'impossibilité d'envisager une identité stricte entre les deux éléments en présence. Néanmoins ce rapport peut mettre l'accent soit sur les propriétés communes aux deux éléments soit sur leurs dissemblances. Dans le premier cas, la forme prise par le texte a les apparences d'une identité puisque toute altérité est éliminée ; dans le second, le maintien d'une différence revient à prendre l'altérité en compte. Trois domaines étrangers les uns aux autres permettront de voir comment s'applique ce travail sur l'altérité dans le champ de l'anaphore : les structures comparatives en as (GN+ Adj + as + GN) / (GN+ as + Adj + as + GN); l'utilisation ou non de l'aspect (be-ing) dans le même contexte et les conséquences discursives du choix fait ; les conditions d'apparition d'un GN de la forme (another + Base Verbale) reprenant une prédication complète. The relation between locator and located via can apply both to anaphoric contexts and to the enunciative operation of identification. In both cases asymmetry is of the essence in this relation: the located is dependent of the locator but the reverse is not true. Identification is thus not equivalent to identity. Even so the relation locator-located in a text can assume the appearance of an identity in cases where otherness is not considered relevant. When it is relevant, there are markers involving a great many grammatical categories which signal its presence. To illustrate the two ways of considering otherness, three types of illustrations will be given: the alternation (NP + Adj + as + NP) / (NP + as + Adj + as + NP); the presence/absence of aspect (be-ing) in anaphoric contexts ; the use of an NP of the form (another + Verb Base) taking up the previous mention of a complete predicative relation.

Consulter l'article

A rose is a rose is (not) a rose : De l’identification métaphorique ?

L’auteur s’interroge sur la nature de l’identification censée être à l’œuvre lors de l’énonciation métaphorique, ainsi que sur celle du BE apparaissant dans le cadre de l’énonciation métaphorique. Est-ce un BE d’identification, d’équivalence, un BE locatif, existentiel, etc. ? En convoquant les développements de la linguistique cognitive (Conceptual Metaphor Theory et Blending Theory), il essaie d’y donner une réponse aussi bien au niveau conceptuel qu’au niveau linguistique, pour conclure que les cas d’identification lors de l’énonciation métaphorique sont assez rares, le processus de métaphorisation se basant parfois plus sur les différences que sur les similarités. The author focuses his attention on the nature of the identification which is supposedly at the root of metaphorical enunciation, as well as on the nature of BE found in metaphorical utterances. Is it a marker of identification, of equivalence, or rather a locative or existential BE? He uses two cognitive linguistic theories (Conceptual Metaphor Theory and Blending Theory) and tries to give an answer on the linguistic and on the cognitive levels. He concludes by showing that there are few cases of identification during metaphorical enunciation as the metaphorization process is more often based on differences than on similarities.

Consulter l'article

Le connecteur AS et l’opération d’identification

Dans cet article, l’auteur exploite l’opération d’identification telle que l’a définie Antoine Culioli pour rendre compte de divers emplois du connecteur AS, en postulant pour ce dernier une opération d’identification qui intervient fondamentalement au niveau qlt, c’est-à-dire au niveau de la construction des délimitations qualitatives, notionnelles des relations prédicatives mises en présence. In this article, the concept of identification is used to explain how the connector AS can express as various a range of semantic values as time, reason or manner. The author provides a unified treatment of those values, bringing out the complexity of the operations of localisation at work behind that simple word, AS.

Consulter l'article