Frédéric Maurin


Termine actuellement une thèse de doctorat sur la temporalité dans les spectacles de Robert Wilson (Institut d’Etudes théâtrales, Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle).

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 12 n°1 | II.

Les Entractes à géométrie variable de Robert Wilson

“La longueur — durée et continuité mêlées — a perdu sa force d’événement. On peut se sentir torturé par ce qui voudrait confiner au rituel, regretter l’éventuelle disparition de l’entracte, s’impatienter des « intégrales » mises au goût du jour depuis une dizaine d’années, mais il n’y a désormais plus guère que le bourgeois pour être encore épaté à l’idée de rester assis deux ou trois heures d’affilée au spectacle, voire de passer une nuit entière au théâtre. De cette exploration des limites temporelles, Robert Wilson a sans nul doute été le héraut. En 1971, Le Regard du sourd durait sept heu...”

Consulter l'article