Cycnos | Volume 14 n°2 La problématique de l'auteur - | 1. Approches théoriques 

Jean-Jacques Lecercle  : 

Lire  Couturier

Résumé

This essay is a critical reading of Maurice Couturier’s La figure de l’auteur. Starting from the paradox in the title (“figure” as trope and person), two contradictory tendencies are analysed in the work of Couturier : a pragmatic/communicational theory of the author as actant and a psychological/psychoanalytical theory of the author as centre of control and of intention of meaning. The essay develops the first conception into alternative, pragmatic, conception of the author, based on a structure of Greimassian actants (alter: Author, Language, Text, Encyclopaedia, Reader) and of the interpellation of egos in the separate moments of writing and interpretation.

Plan

Texte intégral

11.1. Ma position n’est pas facile, pour deux raisons. Je viens ici défendre ma théorie de l’auteur qui fait de celui-ci un fantasme, ou un fantôme, et ceci contre la théorie de l’auteur du collègue et ami qui nous accueille, et dans son atelier : je marche donc sur des œufs. Et je vais le faire en lisant, dans le sens du texte mais aussi à rebrousse-poil, un livre dont l’auteur est présent, et pourra donc dénier vigoureusement, avec toute l’autorité nécessaire, la représentation de lui que je vais construire.

21.2. Toutefois, outre que j’ai assez d’amitié pour Maurice Couturier pour penser qu’il ne s’offusquera pas de mes taquineries, je pense qu’il faudra prendre ma lecture de son œuvre pour ce qu’elle est : un hommage à une œuvre qui compte (je crois que je peux dire cela sans flagornerie excessive), et la prise en compte d’une conjoncture théorique dans laquelle l’auteur fait retour (et le livre de Maurice Couturier est un moment de cette conjoncture — les théories structuralistes et post-structuralistes sont passées sinon dépassées ; à Toulouse récemment, on a objecté à mes thèses sur l’auteur au nom de Couturier). Je viens donc dire que j’admire l’œuvre et résiste à la conjoncture.

31.3. On prendra donc l’allusion intertextuelle de mon titre en un double sens. C’est un hommage à un auteur qu’on vise à canoniser, en le qualifiant d’incontournable, et qu’on canonise pour mieux s’en débarrasser, afin de mieux vaquer à ses propres affaires théoriques. Car je menace de faire à Maurice Couturier le coup qu’Althusser fait à Marx : en opérant le fameux retour à Marx, il s’intitule le seul vrai marxiste, se transforme, selon le terme hégélien qu’il utilise dans son autobiographie, en “père du père”, ce qui le place, par imposture, en position de juge — il est celui qui distingue le bon du mauvais Marx, qui dit à partir de quand Marx est digne d’être marxiste. Je viens donc décider ce qui chez Maurice Couturier est couturiériste, et ce qui est pré- ou anti-couturiériste. Position prétentieuse, mais nécessaire, tout au moins pour ma propre gouverne : j’ai besoin de savoir précisément jusqu’où je chemine avec Maurice Couturier, si je veux sauter dans le pré d’à côté.

41.4. Voici donc ma thèse, le résultat de ma lecture. Il y a, dans le livre de Maurice Couturier, une contradiction, dont on peut raisonnablement penser qu’elle est délibérée, puisqu’elle anime le titre (on la qualifiera alors du doux nom de paradoxe). L’auteur est figure, c'est-à-dire à la fois, et paradoxalement, trope et personne. Même si je crains que chez Maurice Couturier un glissement insidieux (où l’on lira le “retour de l’auteur” précédemment évoqué) ne s’opère du trope à la personne, je vais défendre le trope, en ce qu’il est effectivement présent dans le texte. Côté cour, je vais donc célébrer un Couturier tropique, adepte de la pragmatique ; et côté jardin, je vais taquiner un Couturier psychologue, en retournant contre lui le déni freudien (qui n’est pas de la “mauvaise foi”) qu’à la page 94 il prête aux partisans de la mort de l’auteur : “je sais, bien sûr (l’évidence de la mauvaise foi), que derrière cette gigantesque machine se profile la figure de l’auteur ; je n’ai cependant pas à en tenir compte dans ma lecture puisque le texte (le monde) est là pour moi qui dois lui donner sens.” Version retournée, cela donne : je sais bien (que l’auteur est mort), mais quand même (je suis trop attaché à la personne de Nabokov, et il est trop malin pour ne pas mener lui-même le jeu). Je conçois effectivement que Nabokov, ce vieux réactionnaire de génie (on ne peut pas dire que ses cours de littérature sont à la pointe du progrès critique) induise Maurice Couturier en tentation.

51.5. Ce paradoxe indique deux voies, qu’en tant que lecteur de Maurice Couturier je peux emprunter. L’une, que je vais éviter, me semble avoir des conséquences néfastes : elle me semble participer de ce que Derrida appelle la métaphysique de la présence. L’autre, que j’aimerais, que je vais développer dans la lignée de Maurice Couturier, contient une théorie communicationnelle de la littérature et de l’auteur, qui fait appel à la pragmatique linguistique et au pragmatisme philosophique, et qui a chez Couturier comme chez moi, une origine chez Iser (L’Acte de lecture), même si nous n’en tirons pas les mêmes conséquences.

62.1. Cette section sera rapide, car elle est la moins importante. Elle mériterait cependant une discussion approfondie, c'est-à-dire une lecture détaillée du livre de Maurice Couturier, que j’ai déjà entreprise avec mes étudiants de D.E.A.1 (le séminaire s’intitule “Pragmatique et philosophie de la fiction”).

72.2. Je partirai des pages 106 et 107, où Maurice Couturier expose sa conception de l’auteur idéal, le terme d“idéal” étant défini avec, et revendiqué contre, Derrida : il est donc d’origine husserlienne. C’est un fort beau texte, auquel je suis prêt à souscrire globalement, en tant qu’il fait de l’auteur une figure, un trope, un actant, construit par le lecteur dans une relation pragmatique : “je ne cherche pas dans l’auteur un supplément de savoir qui me permettrait de colmater les brèches du texte mais cet interlocuteur sans cesse en fuite dont je retrouve, à travers ma lecture patiente et angoissée, de multiples traces […].” Le problème ne vient pas pour moi de cette conception de l’auteur, mais des termes “idéalité” et “présence à soi”, qui, par emprunt à Husserl et Derrida, servent à la décrire. Ces termes réintroduisent des choix métaphysiques que je ne partage pas (et que Derrida critique) — ils montrent aussi à quel point l’ancrage de la théorie dans le point de vue de la réception, comme chez Iser, est problématique. Je crois qu’à une métaphysique de l’idéalité et de la présence à soi, de l’auteur ou du lecteur (l’origine, le point d’ancrage auquel on peut attribuer toute répétition — je glose le texte que cite Maurice Couturier), je préfère la problématique derridienne de la différance, c’est-à-dire la problématique de la non-présence à soi de l’auteur et du lecteur, interpellés à leur place par un texte toujours différé et différant, c’est-à-dire toujours-déja séparé d’un vouloir-dire originel mythique.

82.3. Même si l’on abandonne provisoirement la présence de l’auteur réel (ce que fait le texte de Couturier en passant à l“auteur idéal”), il nous reste celle du lecteur (“C’est dans cette présence vivante à moi-même en tant que lecteur créatif du texte (présence niée par Derrida dans De la grammatologie) que je construis cette figure de l’auteur comme interlocuteur idéal dans l’échange textuel”). mais cette présence à soi est l’image en miroir de l’autre, de celle de l’auteur-créateur (là est la faiblesse des théories centrées sur la réception, par exemple celle de Kendall Walton), qu’elle présuppose et dont elle suscite le retour. De fait, l’auteur réel inversé dans l’image de l’auteur idéal construite par le lecteur réel revient bien vite, comme le refoulé freudien (p. 143 : “[…] l’auteur réel, dont on sent d’un bout à l’autre qu’il s’identifie au personnage principal […] comble les vides entre les passages focalisés sur tel ou tel personnage […].” — citation extraite d’une discussion de Mrs Dalloway). Certes, il revient un peu abîmé, comme Rochester à la fin de Jane Eyre, c’est-à-dire réduit à sa capacité de fantasmer (voir la description de Henry James, p. 132), mais il revient. Ce retour, même oblique, a pour conséquence le retour de la problématique de la présence, sous ses deux aspects principaux dans notre domaine, le sens comme intention et vouloir-dire, et le sujet comme centre de maîtrise et de responsabilité. En réalité ma propre conception de l’auteur, dans le cadre de l’échange textuel, est proche de celle de Maurice Couturier ; mais je voudrais éviter ce retour, et ses conséquences.

92.4. Le retour du refoulé est, bien entendu, l’objet d’un travail : l’intention de l’auteur ne se présente pas directement, mais comme une “impression de restitution” de la part du lecteur, comme image inscrite dans la trame du texte — toutes expressions auxquelles je souscris. Analysant ce qu’il appelle la “technique de dégraissage” de Camus, Maurice Couturier écrit, p. 146 : “Ces passages choquants n’étant apparemment susceptibles que d’une seule interprétation, le lecteur a donc le sentiment d’avoir restitué l’intention de l’auteur une fois son analyse terminée. Ce n’est donc pas la figure de l’auteur qui, au premier abord, est problématique mais celle du protagoniste lui-même, sur le compte de qui l’auteur se pose, en écrivant, de multiples questions.” Ce qui fait problème ici, c’est la conjonction symptomatique entre auteur et intention : elle fait revenir en force la problématique de la présence, retransforme l’échange littéraire in absentia en une forme d’échange conversationnel in praesentia, dont l’objet est la reconstitution réciproque des vouloir-dire des participants. Le risque est donc celui d’un retour à une version forte de l’intentionnalisme, celle qui calcule le sens du texte selon le vouloir-dire de son auteur. Il y a en effet trois versions possibles de l’intentionnalisme. Une faible, à laquelle tout le monde souscrit : le texte littéraire, comme tout texte, est une inscription délibérée, donc intentionnelle (cela le distingue trivialement de marques tracées par l’érosion). Il y a une version moyenne : le texte remplit certaines fonctions — c’est une tragédie, un roman, il est ironique, etc. — il est donc intentionnel en ce sens (mais toute l’intention est dans les traces, dans la trame du texte, et je n’ai pas besoin de connaître quoi que ce soit de l’auteur pour les y lire). La version forte postule un vouloir-dire et une intention origine. Le texte de Maurice Couturier me semble hésiter entre la version moyenne et la version forte, selon le battement du désir freudien déjà décrit. Je souhaite exclure la version forte et n’ai cure de l’auteur réel.

102.5. Il y a également chez Maurice Couturier une théorie du sujet comme centre, “ […] sujet à part entière, même si sa figure paraît extraordinairement fuyante” (p. 182, où il critique Banfield). Je n’ai pas à vrai dire de gros problèmes avec l’unité du sujet, étant moi-même parfois irrité par la fragmentation post-moderne qui irrite Maurice Couturier p. 156 (et qui selon lui “sombre toujours au bout du compte dans le babil”). J’ai des problèmes avec la centralité, c'est-à-dire avec un des deux schèmes métaphysiques qui nous permettent de penser le sujet : schème de maîtrise, de contrôle et d’origine, cohérent avec l’ascription du sens à une intention, auquel je préfère le schème symétrique de l’assujettissement, du sujet interpellé à sa place par la langue et l’encyclopédie. Lorsque Maurice Couturier conçoit le texte comme produit du fantasme de l’auteur, il prend ce génitif comme subjectif (l’auteur fantasme, le texte en est le résultat) — je préfère le prendre comme objectif : l’auteur est un fantasme, le fantasme que le texte met en place pour capturer son lecteur, que le lecteur construit pour garantir fictivement la justesse de sa lecture. Peut-être le recours à la psychanalyse et à son vocabulaire théorique est-il ce qui me sépare le plus de Maurice Couturier.

113.1. Jusqu’ici, j’ai insisté sur ce qui me séparait de Maurice Couturier, mais n’ai pu m’empêcher, sur chaque point, de marquer également une proximité. Car le texte de Maurice Couturier est astucieux au point d’être retors : les thèses qui me chiffonnent y sont toujours présentées avec la prudence de l’écriture sous rature potentielle (ce qui veut dire : si vous voulez raturer, n’hésitez pas). C’est pourquoi le mouvement inverse s’impose : je vais essayer de construire une théorie de l’auteur à partir non de ce qui m’oppose, mais de ce qui me lie à Maurice Couturier. Pour moi, le cœur du livre est aux pages 241–244 : le cœur du livre, cela veut dire le cœur de la représentation que, par une imposture faste, ma lecture construit de Maurice Couturier-auteur, ce que j’ai appelé le Couturier couturiériste. Dans ces pages, Maurice Couturier expose une conception communicationnelle de la littérature et de la figure de l’auteur : je partage avec lui cette métaphore théorique, qui fonde une pragmatique de la littérature, en étendant métaphoriquement le concept d’acte de langage au texte tout entier.

123.2. La page 241 dit l’essentiel : “La communication textuelle, notamment en milieu romanesque, n’est qu’une forme particulièrement sophistiquée de la communication intersubjective telle qu’elle se manifeste dans la conversation courante.” Et la différence spécifique est, bien sûr, immédiatement indiquée : dans l’échange textuel, la communication est différée, les interlocuteurs n’étant pas en présence l’un de l’autre. Il me semble que, si l’on parvient à contourner l’écueil du vocabulaire psychologique, c'est-à-dire de la présence (de la présence à soi), à prendre au sérieux la différance que ce “deferral” implique, on construira un modèle de l’échange textuel fondé non sur des acteurs (l’auteur réel, le lecteur réel) mais sur des actants greimassiens (l’actant-auteur et l’actant-lecteur interpellés à leur place, et séparément, c’est-à-dire pas au même moment, par la structure textuelle, c'est-à-dire le nœud texte-langue-encyclopédie).

133.3. Car Maurice Couturier parle bien en termes de places (ce concept althusséro-jakobsonien élaboré par François Flahault dans La Parole intermédiaire) : “leurs places ne sont évidemment pas parfaitement symétriques : l’auteur, qui a produit le texte et s’est acquis de la sorte un prestige inouï, occupe a priori une place éminente à laquelle le lecteur ne pourra jamais prétendre, sauf imposture” (p. 242). Avec Maurice Couturier, mais aussi contre lui, je voudrais reprendre le terme d’imposture, en faire le concept essentiel caractérisant l’acte de lecture et d’interprétation, en ce qu’il dit la solitude nécessaire du lecteur devant le texte dont l’auteur s’est définitivement absenté, et pour lequel il doit fantasmer, par un coup de force faste, cela s’appelle l’interprétation, un “auteur” et des “intentions de sens”. Cela, bien sûr, est incompatible avec une quelconque prééminence réelle d’un auteur réel : la prééminence appartient au texte, en ce qu’il contraint toute interprétation, bloque le “anything goes” interprétatif.

143.4. Il y a chez Maurice Couturier (c’est particulièrement clair p. 243) une étude très fine, à la suite d’une tradition vénérable, de Booth et Genette à Fludernik, des différentes instances du texte, des différents masques ou images que le lecteur y rencontre : personnages, narrateur, auteur idéal. Je crois que je partage avec lui le souci de ne pas multiplier ces instances : la chose se négocie texte par texte, et l’on décidera selon les cas qu’on a, ou qu’on n’a pas, plusieurs instances de narrateur et d’images d’auteur emboîtées. L’important étant le principe de l’emboîtement, et ce que Genette appelle métalepse, et qu’on peut définir au sens strict comme un paradoxe d’emboîtement, un court-circuit qui confond narrant et narré, comme dans la célèbre nouvelle de Julio Cortazar, “Continuité des parcs”, et plus largement comme le principe de glissement, ou de saut, d’un niveau à l’autre, qui brouille et met en crise, ou en jeu, les emboîtements, si bien qu’on ne sait plus exactement qui parle (Kinbote ? Botkin ? Nabokov ? — le schéma consonantique de ces trois noms est presque le même). Alors se crée, avec tous les brouillages possibles, une chaîne d’identification : alors l’auteur inscrit dans le texte une série d’images qui construisent et contraignent un lecteur interpellé ; alors le lecteur, avec ces images, construit en retour l’auteur qu’il interpelle, et qui n’a peut-être strictement rien à voir avec l’auteur origine, ni même (c’est ici que je me sépare de Maurice Couturier) avec son inconscient.

153.5. Voici donc, comme conclusion de ce passage central du texte de Maurice Couturier, ce qu’est devenu l’auteur :

La figure de l’auteur n’est pas, bien sûr, l’image que prend dans le texte l’intention de l’auteur, mais elle est la projection clairement définie de sa volonté de dire et de communiquer, de son désir de s’exprimer et de se cacher. Dès lors que je reconnais l’existence de cette figure au cœur du texte, je m’efforce par tous les moyens d’en discerner les contours et de recomposer le texte en fonction d’elle et non plus de moi, même si ma coopération est indispensable à l’émergence de cette figure. La lecture n’est plus la projection de mes désirs, de mon symptôme sur le texte mais la quête d’un échange passionné avec cette figure, toujours travaillée par des désirs contradictoires. (p. 244)

16Vocabulaire psychologique (volonté, désir) ou psychanalytique (symptôme) en moins, on entendra dans ce texte l’inscription d’une image de l’auteur, qui contraint la construction du lecteur et lui évite les facilités du délire d’interprétation. Naturellement, comme dans tout échange linguistique, le texte ne contient pas seulement une image de l’auteur, mais également une image du lecteur (image de la représentation que l’auteur se fait du lecteur éventuel), une image de la langue (l’auteur a une représentation de la langue, et de l’encyclopédie (même chose). Ce qui me sépare sans doute de Maurice Couturier, sur la base de ce schéma communicationnel commun, c’est que j’attribue aux images de la langue et de l’encyclopédie autant, et même plus d’importance, dans la production du texte et dans sa réception, qu’à celles de l’auteur et du lecteur.

174.1. Il est temps que je fasse le bilan de ce que je trouve dans le livre de Maurice Couturier, et de ce que je souhaite y laisser. En un mot : si l’on construit une théorie de l’auteur (et du lecteur) à partir des pages 241 à 244, mais en renonçant au vocabulaire psychologique ou psychanalytique (la psychologie implicite dans la théorie des actes de langage est spéculative, et incompatible avec la psychanalyse), on aura besoin seulement, pour prendre au sérieux la métaphore pragmatique, d’une structure d’actants, cinq en tout : Auteur, Langue, Texte, Encyclopédie, Lecteur. Si Lecteur se dit en anglais Reader, ma structure a pour acronyme ALTER, ce qui lui permet d’interpeller des EGO, mais séparément, un à la fois, l’Auteur à partir duquel le lecteur se laisse interpeller (d’autant plus facilement que c’est lui, le lecteur, qui le construit) ayant fort peu, if anything, à voir avec l’EGO-Auteur origine interpellé à sa place par la structure qui comprend un actant lecteur (interpellation d’autant plus facile que c’est lui, l’EGO-auteur qui construit cet actant lecteur).

18Le texte est donc pragmatiquement le produit non bien sûr d’une création ex nihilo (pas plus qu’il n’est le résultat, l’incarnation d’un vouloir-dire) mais d’une interpellation complexe par laquelle la langue et l’encyclopédie, par l’intermédiaire d’un fantasme de lecteur (le lecteur “idéal” auquel l’auteur s’adresse) assignent sa place à l’auteur qui tient la plume. Car, si malin qu’il soit, Nabokov est parlé par une structure textuelle. Le processus inverse se produit avec l’acte de lecture : cette fois-ci, c’est l’auteur qui est un fantasme, mais bien sûr un fantasme nécessaire, origine mythique du texte qui garantit l’authenticité de la lecture pour peu que celle-ci s’accommode, au sens optique, sur lui (ce qu’elle ne manque pas de faire, puisqu’elle le construit à cette fin).

19La première interpellation, celle de l’auteur, laisse des images dans le texte : un auteur s’exprime, un lecteur est convoqué à sa place, des allusions construisent une encyclopédie, un état de langue s’inscrit dans le texte. Ces images contraignent et guident la seconde interpellation, celle du lecteur, mais pas absolument : elles sont soumises à un processus historique de corruption, dû à leur séparation d’avec leur origine, elles reçoivent et interfèrent avec d’autres images, projetées dans le texte par la nouvelle conjoncture (un lecteur réel, avec ses représentations de l’auteur, de la langue — ce n’est plus tout à fait la même, et de l’encyclopédie — elle a parfois complétement changé). C’est ce phénomène de décalage, d’anachronie qui est le fondement de l’imposture nécessaire du lecteur. C’est en effet une caractéristique définitoire du texte littéraire (c’est ce qui lui permet de persister) qu’il possède une infinie capacité de recontextualisation. Les images textuelles des représentations de l’auteur origine supportent une infinité de représentations, contraintes par les premières mais radicalement différentes, que chaque génération nouvelle de lecteurs y accroche. D’où le paradoxe de la lecture, dans lequel nous nous situons tous : on interprète indéfiniment le texte littéraire (il n’y a pas d’interprétation vraie, c'est-à-dire définitive), mais on ne lui fait pas dire n’importe quoi (il y a des interprétations justes, il y en a de fausses).

20On comprend pourquoi, dans cette structure, l’auteur est un fantasme. C’est une construction, renouvelée à chaque lecture, et chaque fois différente (mon Nabokov n’est pas celui de Maurice Couturier : il est beaucoup plus pauvre ; son Carroll n’est pas le mien), et à chaque fois nécessaire comme garantie de la félicité de l’interpellation du lecteur par la structure. Cet actant auteur, que son constant renouvellement aide à persister, n’est bien sûr pas l’auteur réel, interpellé une fois pour toutes (par le biais d’un fantasme de lecteur) dans l’acte d’écriture, et définitivement absent (aussi absent que chaque lecteur réel, une fois la lecture faite : c’est la même dernière page que le lecteur tourne et au bas de laquelle l’auteur a écrit le mot “fin”). Pour donner une image de l’actant-auteur, je ne connais pas de meilleur objet que le sorcier dans la crise de sorcellerie analysée par Jeanne Favret-Saada (Les Mots, la mort, les sorts). Crise de sorcellerie dans le bocage il y a bien ; et donc il y a bien des ensorcelés, qui font appel à des désorceleurs, eux aussi bien réels. Le rôle du désorceleur est de dénoncer le sorcier, et de le combattre, ce qu’il fait effectivement. Toute cette structure repose donc sur un acte de sorcellerie, un envoûtement, un sort, commis par un sorcier. Le problème est que le sorcier, lui, n’existe pas. Convoqué rétroactivement à cette place par la dénonciation du désorceleur, le malheureux accusé d’être sorcier est toujours innocent. Cette innocence, bien sûr, ne le protège pas : l’accusation a sur lui des conséquences délétères, morales ou physiques. Mais il est innocent : le sort, qui soutient la structure, est un fantasme rétroactif du couple ensorcelé-désorceleur. Pour penser cet objet paradoxal, Favret-Saada lacanise — il est vrai que le sorcier illustre bien la conception freudienne de la vérité, comme effet matériel d’une cause (le trauma, la scène de séduction) inexistante. L’actant auteur ressemble à ce sorcier : il a des effets de vérité (sa postulation est nécessaire à la réussite de la lecture : j’ai besoin d’un partenaire, ou d’un adversaire, avec qui jouer — Maurice Couturier remplit en ce moment cette fonction pour moi), mais il est par moi projeté à sa place, où le prochain lecteur projettera autre chose. Encore faut-il ajouter que ce fantasme d’auteur n’est pas simplement mon fantasme (position que Maurice Couturier dénonce à juste titre) : il est le résultat d’une interpellation, c'est-à-dire d’un dialogue entre la structure textuelle (texte, langue, encyclopédie) et le lecteur que je suis. Et qui dit dialogue dit ajustement, accommodation, négociation.

214.2. Je résume mon chemin en un certain nombre de thèses (qui seront défendues ailleurs) :

22Thèse 1. Il y a bien un auteur réel qui écrit ; et un lecteur réel qui lit. Ces deux acteurs sont ce que j’appelle des EGO. (La profondeur de cette thèse n’aura pas manqué de vous impressionner favorablement).

23Thèse 2. Chaque EGO est interpellé à sa place par la structure textuelle, structure pragmatique composée de cinq actants, ALTER.

24Thèse 3. L’interpellation (concept althussérien) est le véritable échange littéraire. Elle a lieu non entre deux acteurs (i.e. deux sujets), mais entre un sujet capturé/interpellé en actant et une structure actantielle.

25Thèse 4. Cette interpellation, suivant la métaphore pragmatique filée de la communication textuelle et/ou littéraire, est un dialogue, mais d’un type particulier, puisqu’il réunit deux participants ontologiquement différents. Ce dialogue combine imposition (d’une place actantielle à un EGO capturé par la structure) et imposture (coup de force de l’EGO qui investit la structure à travers la place actantielle).

26Thèse 5. Le résultat de ce dialogue par interpellation est, selon les cas, une œuvre (l’auteur réel écrit avec/contre sa langue et son encyclopédie) ou une interprétation (le lecteur réel ne lit pas n’importe quoi dans le texte, et il lit ce que sa culture lui permet d’y lire).

27Thèse 6. Un seul EGO est interpellé à la fois. Il n’y a donc pas de communication entre auteur réel et lecteur réel, mais seulement entre auteur réel et actant lecteur, et entre lecteur réel et actant auteur. Et l’actant auteur de la conjoncture d’écriture n’est pas le même que l’actant auteur de la conjoncture de lecture. Dans la conjoncture d’écriture l’actant lecteur est le point imaginaire à partir duquel l’auteur réel est interpellé en actant auteur. Dans la conjoncture de lecture, l’actant auteur est le point imaginaire à partir duquel le lecteur réel est interpellé, par l’ensemble de la structure, à sa place d’actant lecteur.

28Thèse 7. Ces points imaginaires, qui supportent l’ensemble de la structure et apparaisent comme origines de l’interpellation sont construits (comme est construit en optique un point virtuel). Ils sont construits par ajustement entre les images laissées dans le texte par les précédentes interpellations (état zéro de la structure, c'est-à-dire moment de l’écriture ; mais aussi traces des lectures successives : correction/ corruption du texte), et les représentations induites par l’état actuel de la structure (état de la langue et de l’encyclopédie au moment de la lecture).

29Thèse 8. La structure textuelle est historisée : chaque interpellation engage une conjoncture textuelle. Chaque nouvelle interpellation/ interprétation recontextualise le texte dans une nouvelle conjoncture.

Notes de bas de page numériques

Pour citer cet article

Jean-Jacques Lecercle, « Lire  Couturier », paru dans Cycnos, Volume 14 n°2, mis en ligne le 18 juin 2008, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=1406.


Auteurs

Jean-Jacques Lecercle

Jean-Jacques Lecercle is Professor of English at the University of Paris X Nanterre. His latest books are The Violence of language (1991), Philosophy of nonsense (1994) and Le Dictionnaire et le cri (1995). He is currently working on a pragmatic theory of authorship and interpretation (Pragmatics of Interpretation, to be published in 1998).