Cycnos | Volume 7 L'Appel du Sud dans la littérature et la culture anglaises au XXe siècle - 

Jacqueline Gouirand  : 

D.H. Lawrence et le monde méditerranéen

Le symbolisme solaire dans la fiction des années 20

Plan

Texte intégral

1C’est au début du mois d’octobre 1913 que la Méditerranée, première étape d’un exil librement choisi, se révèle au regard ébloui de D.H. Lawrence : "The Mediterranean is a miracle of blueness and sunshine" 1. Accompagné de la femme qu’il aime et qu’il enlève en quelque sorte, il n’effectue en cette année qui précède la guerre, qu’un faux départ. Lorsqu’en 1919, il consomme sa rupture avec l’Angleterre, l’Ile-Mère devenue perfide Albion, en traversant la Manche grise, assis sur des rouleaux de corde, il éprouve les sensations qui deviendront quelques mois plus tard celles d’Alvina, "la fille perdue" :

England beyond the water, rising with ash-grey corpse-grey cliffs, and streaks of snow on the downs above. England like a long ash-grey coffin, slowly submerging. She watched it fascinated and terrified2.

2Cette réaction duelle, axe vital de l’expérience pour les personnages de sa fiction, est en fait au centre de la vision lawrencienne. On en relève, dans Lady Chatterley’s Lover, la formulation : "It is the way our sympathy flows and recoils that really determines our lives". Ouverture à l’autre, à l’univers, dépli, empathie, d’une part et replis ou rejets vont, d’autre part, constituer l’expérience individuelle tout en imprimant à l’œuvre un halètement, une respiration qui s’articule dans la symbolique de la lumière et des ténèbres. Deux territoires vont donc s’affronter en Lawrence, cet exilé, qui tourne le dos à l’Angleterre mais emporte avec lui, inscrit au plus profond de son être, un paysage intérieur, le paysage de son enfance et de son adolescence. L’empreinte dans son imaginaire est telle que, sous les oliviers de la Toscane inondée de soleil, il donne à la passion de Lady Chatterley pour son garde-chasse, le cadre des Midlands. L’impression que le paysage intérieur s’est modelé sur celui du pays neuf au point de se confondre avec lui assaille le visiteur en pèlerinage à Taos, lorsqu’il découvre que l’espace clos, derrière le ranch où Lawrence a vécu de 1922 à 1925, évoque étrangement le jardin de son amie Jessie, à Haggs Farm. Est-on, dans une telle circonstance, victime du sortilège de l’esprit du lieu ? Ou bien alors, ce rapport mystique entre le génie du lieu et l’homme révèle-t-il – et c’est la question posée par E. Delavenay – que le "plus profond et le plus poétique désir est celui du retour aux origines" 3 ?

3La nostalgie de Lawrence, qu’a éveillée la transformation de la vallée de son enfance, nostalgie qui baigne l’atmosphère de The White Peacock et Sons and Lovers, s’est graduellement doublée de la conscience douloureuse du changement d’un monde aliénant l’homme moderne dont le désarroi devient de plus en plus intense. La fuite dans l’espace va donc s’imposer dans cette quête du salut qui n’est autre que celle de l’unité perdue. Le rêve de fonder une communauté libertaire et utopique, dans quelque contrée encore vierge de civilisation, le rêve de Rananim, est manifeste dans la correspondance datant du début de la première guerre mondiale. Dans la fiction contemporaine, c’est bien une fuite dans l’espace qui séduit Birkin et Ursula, décidés à échapper à la société mercantile et mécanisée de l’époque ; Alvina, "the lost girl", emprunte le même chemin, celui de l’Italie, pour suivre Ciccio, originaire du Sud de ce pays. Leur choix, cependant, semble à l’origine convaincant en tant que but, et la terre d’exil incarne surtout l’antithèse de l’Angleterre. Fuite dans l’espace aussi, pour Kate, qui, dans The Plumed Serpent, restera au Mexique avec Cipriano et, en acceptant de se soumettre aux forces de l’univers, choisira l’arbre de vie, pour Juliet, dont tout l’être social sera en quelque sorte aboli par l’action régénératrice du soleil méditerranéen dans Sun. Car cette fuite dans l’espace qui emprunte toujours le chemin du Sud, s’accompagne à un autre niveau de la fuite de l’être que l’on était. Devenir une créature déterminée par l’intégrité, comme forme de complétude et de cohérence, s’avère être le but de la quête. L’apparition de cet être nouveau exige des morts partielles et les personnages de la fiction lawrencienne en font souvent la douloureuse expérience. Au moment du choix, c’est à l’appel du Sud qu’ils répondent, le mouvement sera toujours du nord vers le sud :

Always to go South, away from the Arctic horror, as far as possible … To go out of the clutch of greyness and low skies, of sweeping rain and of slow, blanketing snow. Never again to see the mud and rain and snow of a northern winter…4

4L’Italie, contrée d’élection, terre fertile qui s’oppose au monde du Nord, statique et glacé, se présente comme le lieu salvateur où l’équilibre de l’affectivité et de l’intellect, du corps et de l’esprit, peut se réaliser, située qu’elle est, entre les deux extrêmes dénoncés par Birkin dans le chapitre "Moony" de Women in Love, l’Afrique et le Nord. Ursula et Birkin qui ont atteint ce point d’équilibre que Lawrence qualifie de "star equilibrium", pourront préserver cet équilibre et parachever l’accomplissement de l’être, but ultime du personnage lawrencien. Pour Alvina, dans The Lost Girl, l’Italie joue un rôle décisif dans son évolution ; elle ne représente pas cet équilibre créateur que je viens d’évoquer mais, en s’opposant à l’Angleterre et au Nord, elle permet à l’individu d’appréhender sa nature profonde révélée par le contact avec un paysage élémentaire.

5Le nord, opposé au sud, la conscience mentale à la conscience sanguine, la froideur de l’intellect à la chaleur de l’instinct et de la sensualité. Ciccio, Italien de naissance, presque par accident, serait-on tenté de dire, et qui représente cettte spontanéité, cette vie primitive qui séduisent Alvina, est très proche de l’Indien tel que Lawrence se l’imaginait avant même d’avoir foulé le sol des territoires des Hopis et des Navajos. Il se trouve que l’Italie, le Nouveau-Mexique et le Mexique, terres d’élection de Lawrence dans les années 1920, donnent corps à ce Sud. C’est le monde méditerranéen qui retient, ici, mon attention.

6Brisé par les années de guerre – l’hiver de 1918 avait été particulièrement éprouvant pour les Lawrence, chassés de Cornouaille, dépendant de la générosité de leurs amis pour se loger – Lawrence espère une issue heureuse qui le délivrera du cauchemar de ces terribles années, et lorsque la libération survient, il éprouve la sensation de renaître. "Italy has given me back I know not what of myself, but a very, very great deal. She has found for me so much that was lost" écrit-il dans Sea and Sardinia. La vitalité et la verve de la correspondance de 1920 reflètent sa joie de découvrir la Sicile et de se retrouver au bord de cette Méditerranée "toujours recommencée" :

Lovely, lovely Sicily, the dawn’s place, Europe’s dawn, with Odysseus pushing his ship out of the shadows into the blue. Whatever had died for me, Sicily had then not died… all the great blueness of the great dawn sea in front where the sun rose with a splendour like trumpets every morning and me rejoicing like a madness in this dawn, day-dawn, life-dawn, the dawn which is Greece which is me5.

7Lawrence se fond au monde méditerranéen dont les différentes régions sont indissociables. Mais la Sicile est incontestablement une révélation pour lui. Tout ce qu’il appréhendait intuitivement dans ses récits en imaginant l’empreinte de l’esprit du lieu sur le voyageur, dans "The Two Principles", cette transmutation dont il avait la prescience lorsqu’il décrivait les premiers Européens arrivant en Amérique : "Their subtlest plasm was changed under the radiation of new skies, new influence of light, their first and rarest life – stuff transmuted", il va en faire l’expérience. Il est régénéré au sens littéral du mot.

8Quelques semaines après avoir quitté la Sicile, au début de l’année 1922, il écrivait :

Perhaps the deepest nostalgia I have ever felt has been for Sicily… Not for England or anywhere else – for Sicily, the beautiful, that which goes deepest into the blood.

9L’affinité profonde qu’il manifeste pour la Sicile et les Siciliens les associe aux Grecs d’avant Homère, à toute cette culture originaire de l’est de la Méditerranée qui a donné naissance à la civilisation occidentale. En intitulant l’un de ses poèmes : "Middle of the World", Lawrence nous rappelle le sens du mot Méditerranée.

10C’est en Sicile qu’il découvre véritablement le soleil, un soleil implacable qui darde l’île de ses rayons de feu pendant des semaines et qui lui fait s’écrier à la fin de Apocalypse : "Start with the sun and the rest will slowly, slowly happen".

11Le soleil n’est pas absent de la fiction lawrencienne de la période qui précède celle du séjour italien ; la Méditerranée, cependant, actionne le déclic dans l’imaginaire lawrencien.

12Lawrence compare la place du soleil dans la vie de l’homme du Nord et celle de l’homme du Sud :

In the North, man tends instinctively to imagine, to conceive that the sun is lighted like a candle, in an everlasting darkness and that one day the candle will go out, the sun will be exhausted… Hence to the Northerner, the phenomenal World is essentially tragical, because it is temporal and must cease to exist…
But to the Southerner, the sun is so dominant, that if every phenomenal body disappeared out of the universe, nothing would remain but bright luminousness, sunniness. The absolute is sunniness6.

13En 1915, la lecture du livre de Burnet, Early Greek Philosophy, qui lui "clarifie l’âme", est un apport important pour la formulation de son vitalisme, en particulier la notion héraclitéenne du flux, qui deviendra une des idées centrales de la pensée lawrencienne. La fin de l’essai "The Crown" en fournit la preuve :

The present seeming is a ridiculous travesty, and even the sun is not the sun as it appears to be. It is something tingling with magnificence. And then starts the one glorious activity of man : the getting himself into a new relationship with a new heaven and a new earth7.

14L’homme doit rétablir ce nouveau rapport avec l’univers, avec le cosmos s’il veut réaliser le but ultime de tout être vivant, atteindre le plein accomplissement de lui-même.

15Or, comme Lawrence le clame dans Apocalypse, l’homme moderne a perdu le cosmos comme il a perdu le soleil. Il ne s’agit pas de s’étendre nu sur une plage ("comme des porcs" ajoute-t-il) pour absorber le soleil, il faut l’intégrer en l’adorant : "We can only get the sun by a sort of worship… By going forth to worship the sun, worship that is felt in the blood" 8.

16Le symbolisme solaire s’est modifié et surtout enrichi dans la fiction, la poésie et les écrits de Lawrence, depuis 1915. On remarque que la place accordée à cet astre est de plus en plus grande surtout vers la fin de sa vie, nous suivrons donc cette évolution.

17Il est sans doute intéressant de considérer brièvement la place et l’influence du soleil dans cette partie de la création lawrencienne précédant l’exil.

18L’axe de l’univers de Lawrence étant la vie, il est difficile d’imaginer toute forme de vie sans le soleil.Anna Brangwen qui a affirmé sa préférence pour la lumière, devenue à son tour source de vie dans The Rainbow, a la sensation de faire partie intégrante du soleil, d’être transformée en un rayon de soleil : "The child in her shone till she herself was a beam of sunshine" 9.

19C’est au soleil rouge du couchant, au soleil qui va mourir, que dans Sons and Lovers Mrs Morel offre Paul, l’enfant conçu sans amour. Secrètement, elle souhaiterait se le voir enlever pour que soient épargnés à l’enfant le foyer désuni et les traumatismes inévitables qui le marqueraient à jamais. Cependant, elle reprend l’enfant contre son sein après ce simulacre de sacrifice :

She thrust the infant forward to the crimson, throbbing sun, almost with relief. She saw him lift his little fist. Then she put him to her bosom again, ashamed of her impulse to give him back again whence he came10.

20Dans The Trespasser, on assiste à un baptême cosmique, celui de Siegmund, qui dans un mouvement de libération qui lui fait atteindre l’extase, s’offre à la mer et au soleil de l’île de Wight. Dans ce même récit, la brûlure du soleil, qu’elle conservera plusieurs mois sur son poignet, sera le seul vestige de la passion qu’Helena vient de vivre avec son professeur de musique.

21Autant d’exemples annonçant l’orientation de ce symbolisme solaire qui s’investit déjà d’une nature divine. "Dans l’espèce humaine, seuls quelques élus sont capables d’aboutir au plein accomplissement de leur être : ce sont les vrais aristocrates " écrit M. Delavenay dans son étude sur le vitalisme chez Lawrence11. La relation avec le soleil donne à l’homme un caractère divin : "The true aristocrat is the man who has passed all the relationships and has met the sun and the sun is with him as a diadem" 12. Créer la vie, en se créant, n’est-ce pas le désir de Constance Chatterley, qui veut tourner le dos à son passé, à cette vie d’hier, cette vie mortifère, et qui, dans le bois, en voyant naître les plantes et les animaux en ce début du printemps, s’écrie : "When the crocus cometh forth, I too will emerge and see the sun" 13.

22En Italie, Lawrence est surtout frappé par les individus dont la nature primitive, l’identité intacte les rapproche d’un certain idéal païen, le paysan ou le berger de Sardaigne. L’aspect mystérieux de la procession dans The Lost Girl révèle à l’auteur ce caractère païen, même barbare, qui existait encore en Italie. Ces paysans qui incarnent la puissance génératrice de la nature représentent l’intermédiaire entre les hommes modernes que la mécanisation a dégradés et le monde animal et végétal. Tout ce que représente l’Italie : le soleil, la beauté naturelle, et son caractère primitif, a non seulement revitalisé Lawrence, mais a été l’une des causes importantes de l’évolution de sa fiction après Sons and Lovers.

23Par une connaissance toute intuitive, Lawrence atteint les racines mêmes de la réalité du tempérament italien et c’est en artiste qu’il l’appréhende. Cet Italien, il le décrit, endormi au soleil, dans Twilight in Italy :

In the sunshine, he basks asleep, gathering up a vintage into his veins, which in the night-time, he will distill into ecstatic sensual delight, the intense white-cold ecstasy of darkness and moonlight, the raucous, cat-like, destructive enjoyment, the senses conscious and crying out their consciousness…14

24La puissance incontestée de Vénus dans le tempérament italien se nourrit de soleil. La correspondance entre le sang et le soleil est établie15. Lawrence est de plus en plus persuadé de l’importance de la conscience sanguine obscure, liée à l’acte sexuel ; le sang dérive de la notion lawrencienne de l’inconscient. Après avoir déclaré : "My religion is a belief in the blood, the flesh as being wiser than the intellect. We can go wrong in our minds. But what our blood feels and believes and says is always true" 16, il affirme de plus en plus la suprématie du sang :

Two rivers of blood are man and wife, two distinct eternal streams that have the power of touching and communing and so renewing, making new one another… And the phallus is the connecting link between the two rivers that establishes the two streams in a oneness… But we know that the oneness of the blood-stream of man and woman in marriage completes the universe, as far as humanity is concerned, completes the streaming of the sun and the flowing of the stars.

25Dans ce passage extrait de "A propos of Lady Chatterly", sexualité et instinct vital ne font qu’un pour se fondre dans le cosmos.

26Dans The Ladybird, nouvelle écrite en 1915, mais remaniée et rebaptisée en 1921, Dionys Psanek remarque : "The sun is dark, the sunshine flowing to us is dark". Ce soleil noir apparaît dans la symbolique lawrencienne bien avant que l’imaginaire du romancier ait projeté dans sa fiction son expérience des Indiens et du Mexique, nourrie de tout l’apport des lectures de cette époque. Il est incontestable que le symbolisme solaire que révèlent la poésie et la fiction contemporaines s’est enrichi au contact du Mexique et que Lawrence a transposé, en partie, le rôle essentiel joué par le soleil dans la symbolique des civilisations anciennes du Nouveau Monde. Les réseaux de la texture symbolique de sa vision, en particulier pour ce qui concerne l’inter-relation des ténèbres et de la lumière, du dedans et de dehors, si l’on évoque la nouvelle The Woman who rode away, par exemple, se sont multipliés. Il est difficile de dégager et de définir le symbole, et la seule voie possible est de s’effacer devant sa puissance. "The power of the symbol is to arouse the deep emotional self and the dynamic self beyond comprehension", déclare Lawrence dans Apocalypse, venant à point nommé à mon secours et décourageant d’avance les critiques qui ont préparé leur grille destinée à contenir ce produit de l’imaginaire.

27Je ne m’étendrai pas sur ce soleil noir qui est le soleil dans sa course nocturne lorsqu’il quitte ce monde pour en illuminer un autre – les Aztèques le représentaient porté sur le dos par le Dieu des Enfers, ce soleil noir, le premier des soleils, l’origine de tout l’univers, qui apparaît dans The Plumed Serpent : "Behind the fierce sun, the dark eyes of a deeper sun were watching" 17. L’homme tire sa vitalité du coeur de la terre et le serpent s’y love :

The earth’s dark centre holds its dark sun, our source of isolated being, round which our world coils its foils like a great snake18.

28Le sang, l’instinct et le principe mâle sont indissociables ; ils constituent le noyau de ce soleil sombre, source de renouveau pour l’homme.

29Taos. Juliet a des points communs avec l’héroïne de The Woman who rode away. Dans la tradition méditerranéenne, l’orient désigne l’aurore et possède le sens d’origine d’éveil – orient signifiant ainsi "illumination". La tradition des anciens Mexicains et celle de la Méditerranée se recoupent, puisque pour les premiers le Levant est le pays de la naissance du soleil et de Vénus, le pays de la résurrection et de la jeunesse. C’est là du côté de la lumière (Tlapcopa) que le Dieu Nanantzin et le grand Dieu Quetzalcoatl ressuscités après leur sacrifice réapparurent l’un en soleil, l’autre sous l’aspect de la planète Vénus. C’est également là que se situe le paradis terrestre (Tlalocan)19.

30Le thème de la résurrection, souvent évoqué dans la fiction lawrencienne d’avant l’exil, prend une nouvelle ampleur dans la phase finale de son activité créatrice, au cours de ces ultimes années du séjour italien (1925-1928).

31La fonction régénératrice du soleil est manifeste dans deux nouvelles que l’on peut assimiler à des fables : Sun et The Man who died. Sun composée à la fin de 1925 à Spotorno a pour cadre Taormine. L’élément païen dominant de cette nouvelle est influencé par le culte du soleil relié aux Indiens de

32Il s’agit de deux Américaines, dont les existences sont plutôt vides, des êtres vulnérables, qui vont accomplir le rite de passage et devenir le siège d’une véritable mutation. Le caractère païen, le cycle des saisons et la régénération de Juliet dans Sun annoncent déjà Lady Chatterley’s Lover. D’ailleurs, l’injonction du docteur de Juliet "Take her away into the sun" qui ouvre la nouvelle n’est pas très éloignée de la supplique que Machaelis adresse à Connie : "Come to Sicily with me, it’s lovely there just now. You want sun ! You want life !"

33Ce ne sont pas les seules héroïnes de Lawrence à rechecher les bienfaits du soleil régénérateur : Lou, dans St Mawr, en apprécie les bienfaits dans la solitude de son jardin, "The Lovely Lady" offre son corps à la chaleur des rayons, mais les cas évoqués plus haut dépassent la simple héliothérapie, le besoin de réactiver une vitalité défaillante. Dans une lettre à Savage datant du 31 octobre 1913, Lawrence écrivait déjà :

Curious dried people we’ve become, always submitting ourselves to some damned rigid purposes, some idea instead of fructifying in the sun while it shines.

34La fiction évoquée révèle la recherche de nouvelles valeurs. Lawrence explore ce désir de restaurer la vitalité menacée de la part de femmes appartenant à la haute bourgeoisie anglo-américaine, femmes frustrées qui caractérisent la vie sociale moderne. L’héroïne de Sun, épouse d’un homme d’affaires New-Yorkais, est malade, car elle ne peut plus répondre aux demandes exercées par la vie conjugale et la vie urbaine. D’abord sceptique, elle s’impose la discipline de s’étendre tous les jours nue au soleil méditerranéen. Tout un rituel se met en place et au cours de cette première rencontre, le soleil qui s’évertue à envelopper son corps nu de sa caresse, à fructifier ses seins, "fruits that would wither and not mature", la pénètre de plus en plus ; non seulement elle a l’impression de fondre, de se liquéfier physiquement, mais tout son être pensant et affectif est également annihilé. Au cours de plusieurs semaines de ce rituel, un changement profond s’opère en elle, au point qu’elle ne porte plus à son enfant l’intérêt qu’elle lui portait. Elle se concentre sur elle, sur cette nouvelle expérience, ce nouveau rythme de vie qu’elle-même instaure et définit.

35Dans Mornings in Mexico, Lawrence approfondit ce sens de la définition de soi quand il relie le mode de vie instinctuel à son origine ombilicale : il décrit des Indiens "who are giving themselves again to the pulsing incalculable fall of the blood which forever seeks to fall to the centre of the earth". Le rapport de Juliet avec le soleil s’approfondit au point qu’elle le connaît maintenant, comme il la pénètre et lui la connaît ; s’amorce alors la phase suivante, celle de la connaissance au sens biblique du terme :

And her conviction that the sun knew her in the cosmic sense of the word came over a feeling of detachment from people and a certain contempt for humanity altogether. They were so unelemental, so unsunned20.

36Non seulement elle participe d’une nouvelle religion qui l’éloigne des autres, abolissant en elle l’être social, mais elle a la révélation d’une authentique rencontre sexuelle. Ce type de rencontre où l’acte s’accomplit par la médiation du regard apparaît à plusieurs reprises dans la fiction lawrencienne (on évoque en particulier la rencontre de March avec le renard dans The Fox). Dans le cas de Sun, les rayons du soleil font office de regard. L’union avec le soleil est consommée :

By some mysterious power inside her, deeper than her known consciousness and will, she was put into connection with the sun, and the stream flowed of itself, from her womb. She herself, her conscious self was secondary, a secondary person, almost an onlooker. The true Juliet was this dark flow from her deep body to the sun21,

37passage significatif qui rend compte de la mutation : "the true Juliet".

38Lorsque Lawrence écrivait The Plumed Serpent, Jung développait le thème de l’intégration de la personnalité : le centre de la conscience se déplace et l’on observe un nouveau centre entouré d’un cercle contenant tout l’inconscient afin d’obtenir une nouvelle harmonie de l’inconscient et du conscient. C’est un processus similaire que l’on observe chez les héroïnes de Lawrence sur la voie de la résurrection. Dans les phases intermédiaires du processus, les personnages encourent des dangers (Kate tremble à cette idée ; l’héroïne de The Woman who rode away est renversée sur le sol).

39Cependant le rituel de Juliet est interrompu par l’arrivée de son mari qui lui semble bien gris et bien fade comparé au paysan du coin qu’elle croise souvent et dont le regard de feu la transperce. C’est l’enfant de cet homme primitif qu’elle aimerait porter, comme si, inconsciemment, elle effectuait le transfert de la puissance phallique appréhendée chez cet homme, puissance concrétisant celle du soleil. L’expérience du désir pour l’héroïne de St Mawr et encore davantage pour celle de Sun est de nature plus orgasmique que sexuelle.

40Cependant la fin de la fable est ironique car Juliet ne poursuit pas sa mutation jusqu’à son aboutissement. En se soumettant à son mari qui est étranger au rituel et ignore le soleil, la résurrection n’est pas complète. The Man who died, au contraire, est régénéré par le soleil au point d’accomplir une résurrection complète. Dans cette fable, les thèmes bibliques et païens sont associés à la Méditerranée, et l’homme qui était mort emprunte un chemin qui le conduit du monde chrétien dans un monde païen ensoleillé, de l’hiver au printemps, saison du renouveau, pour se retrouver enfin dans le jardin d’Eden :

I am risen!
Magnificent, blazing indomitable in the depths of his loins, his own sun dawned and sent its fire running along his limbs - so that his face shone unconsciously.

41C’est ce jardin d’Eden, ces Hespérides que Lawrence aimerait atteindre après avoir abordé à une crique de la Méditerranée, vers le milieu des années 20, mais la Nef des Morts va l’emporter vers d’autres rivages.

Notes de bas de page numériques

1 The Letters of D.H. Lawrence , 1913-1916, James Boulton ed., C. U. P., Cambridge 1981.
2 The Lost Girl, Heinemann, Londres, 1920.
3 Emile Delavenay, "Le vitalisme chez D.H. Lawrence", dans Aspects du Vitalisme, Recueil de Travaux d’Histoire et de Philologie, Université de Louvain, 1988, p. 189.
4 St Mawr, p. 117.
5 The Letters of D.H. Lawrence, 1916-1921, C. U.P., Cambridge, 1984.
6 "Flowery Tuscany" dans Phoenix, Heinemann, London, 1936, p. 57.
7 "The Crown" dans Reflections on the Death of a Porcupine, C.U.P., Cambridge, 1988, p. 306.
8 Apocalypse, Mara Kalnins ed., C.U.P., Cambridge, 1980, p. 78.
9 The Rainbow, Mark Kinkead ed., C.U.P., Cambridge, 1989, p. 182.
10 Sons and Lovers, Penguin Books, Harmondsworth, ré-édition de 1945, chapitre II, p. 51.
11 Emile Delavenay, op.cit., p. 177.
12 "Aristocracy" dans Phoenix II, Heinemann, London, 1936, p. 482.
13 Lady Chatterley’s Lover, Heinemann, Londres, 1961, p. 108.
14 Twilight in Italy, Heinemann, Londres, 1956.
15 "There is an eternal correspondence between our blood and the sun", Apocalypse, p. 77.
16 Lettre à E. Collings, 1913.
17 The Plumed Serpent, Heinemann, Londres, 1955, p. 118.
18 Mornings in Mexico, Heinemann, Londres, 1956, p. 154.
19 Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Dunod, Bordas, Paris, 1984, p. 168
20 "Sun", The collected short stories of D.H. Lawrence, Heinemann, London, 1974, p. 497.
21 Op.cit., p. 500.

Pour citer cet article

Jacqueline Gouirand, « D.H. Lawrence et le monde méditerranéen », paru dans Cycnos, Volume 7, mis en ligne le 06 juin 2008, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=1155.


Auteurs

Jacqueline Gouirand

Université de Lyon II