Eric Gilbert


Eric Gilbert est professeur de linguistique anglaise à l’Université de Caen. Il est membre du laboratoire CNRS CRISCO. Ses travaux, qui s’inscrivent dans le cadre de la Théorie des Opérations Enonciatives, élaborée par A. Culioli, portent pour une bonne part sur les modaux de l’anglais, mais aussi sur des marqueurs relevant d’autres parties du discours, notamment les connecteurs intra-et interphrastiques prépositions et conjonctions). Université de Caen. Mél. : eric.gilbert@crisco.unicaen.fr

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 21 n°1

Ebauche d’une formalisation des prépositions In, On et At

Les prépositions in, on et at sont communément analysées en termes de spatialité et sont même souvent qualifiées de « prépositions spatiales ». Par suite, leurs autres valeurs sont généralement traitées comme de simples valeurs métaphoriques dérivées. L’objectif de cet article est de montrer qu’au lieu de traiter les interprétations spatiales comme premières et de rendre compte des autres valeurs au moyen de ce concept mal défini qu’est la métaphore, une autre voie possible serait d’élaborer une forme schématique abstraite, qui s’inscrirait dans un système de représentation métalinguistique – en l’occurrence la « Théorie des Opérations Enonciatives » – et qui permettrait de générer l’ensemble des valeurs de la préposition envisagée, valeur spatiale comprise. The prepositions in, on and at are usually dealt with in terms of spatiality and are even often labelled “spatial” or “place” prepositions. Consequently, their other values are generally treated as metaphorical, secondary meanings. The aim of this paper is to show that, instead of considering the spatial interpretation as primary and of resorting to the ill-defined concept of metaphor to account for the other values, another possible solution would be to devise a more abstract schematic form, within a metalinguistic system of representation - in the present case, the “Théorie des Opérations Enonciatives” - from which each and every value of the preposition under investigation could be generated, including the spatial value.

Consulter l'article

Cycnos | Volume 18 n°2

Anaphore et qualification : quelques valeurs de so

Dans l’article qui suit, nous allons nous intéresser au fonctionnement du marqueur so. Nous n’en ferons bien entendu pas une étude exhaustive, mais nous essaierons tout de même de ramener ses valeurs les plus courantes à une opération unique et fondamentale. So présente en effet une diversité de fonctionnement qui lui a valu d’être classé par les approches traditionnelles dans plusieurs catégories syntaxiques différentes, notamment celles des adverbes, des proformes et des conjonctions, ces étiquettes n’étant pas forcément mutuellement exclusives. Cette classification, loin de clarifier les choses, aboutit à une parcellisation qui ne fait que masquer l’unité de fonctionnement de so. The aim of this paper is to show that it is possible to go beyond the partition resulting from syntactic categorisation and to analyse so, whether it be labelled a “conjunct”, a “conjunction”, an “intensifier”, a “process adverb” or a “pro-form”, as the marker of a single, unique operation. This is achieved by associating the concept of anaphora with that of qualitative delimitation - such as defined within the theoretical framework developed by Antoine Culioli - which, incidentally, makes it possible to account for the differential value that  appears to be the common denominator of all the different uses of so.

Consulter l'article

Cycnos | Volume 16 n°2

SOME et la construction d'une occurrence

“Le présent article* sur some n’est pas tant motivé par la découverte de phénomènes nouveaux que par le désir de reformuler les analyses traditionnellement faites de ce marqueur à la lumière des développements les plus récents de la théorie d’Antoine Culioli, notamment de la problématique du formatage de l’occurrence. Dans le modèle culiolien une occurrence peut être analysée comme correspondant au résultat d’un événement énonciatif qui opère une découpe sur une notion. La notion, chez Culioli, est une représentation mentale, un système complexe de propriétés physico-culturelles d’ordre ...”

Consulter l'article