Claude Charreyre


Claude Charreyre est professeur (linguistique, anglais) à l'UFR d'études anglophones de l'Université Paris 7-Denis Diderot. Elle a créé un groupe de recherche abordant la syntaxe de l'énoncé et l'analyse discursive à l'aide de la Théorie des Opérations Enonciatives (SEAD), groupe qui s'applique à poser les bases d'un champ de recherche sur l'anaphore. Université Paris 7-Denis Diderot, équipe LILA-SEAD, charreyrec@paris7.jussieu.fr

Articles de l'auteur


Cycnos | Volume 21 n°1

Anaphore et identification

Anaphore et identification impliquent toutes deux un rapport entre un repère et un repéré par l'intermédiaire de l'opérateur . L'asymétrie de cette relation a pour conséquence l'impossibilité d'envisager une identité stricte entre les deux éléments en présence. Néanmoins ce rapport peut mettre l'accent soit sur les propriétés communes aux deux éléments soit sur leurs dissemblances. Dans le premier cas, la forme prise par le texte a les apparences d'une identité puisque toute altérité est éliminée ; dans le second, le maintien d'une différence revient à prendre l'altérité en compte. Trois domaines étrangers les uns aux autres permettront de voir comment s'applique ce travail sur l'altérité dans le champ de l'anaphore : les structures comparatives en as (GN+ Adj + as + GN) / (GN+ as + Adj + as + GN); l'utilisation ou non de l'aspect (be-ing) dans le même contexte et les conséquences discursives du choix fait ; les conditions d'apparition d'un GN de la forme (another + Base Verbale) reprenant une prédication complète. The relation between locator and located via can apply both to anaphoric contexts and to the enunciative operation of identification. In both cases asymmetry is of the essence in this relation: the located is dependent of the locator but the reverse is not true. Identification is thus not equivalent to identity. Even so the relation locator-located in a text can assume the appearance of an identity in cases where otherness is not considered relevant. When it is relevant, there are markers involving a great many grammatical categories which signal its presence. To illustrate the two ways of considering otherness, three types of illustrations will be given: the alternation (NP + Adj + as + NP) / (NP + as + Adj + as + NP); the presence/absence of aspect (be-ing) in anaphoric contexts ; the use of an NP of the form (another + Verb Base) taking up the previous mention of a complete predicative relation.

Consulter l'article

Cycnos | Volume 18 n°2

Perspective énonciative sur l'anaphore nominale

Anaphora applied to the Noun Phrase can be treated in enunciatory terms using the predicative relation, symbolised (arb). The forms taken by the anaphoric NPs are varied - (()rb), a or b; they may retain the meaning rather than the exact wording of the original relation. When applied to discourse analysis, the theoretical model elaborated by A.Culioli involving the interplay between QNT and QLT (otherness) can be shown to be essential to anaphora and to account for the alternate use of pronoun it as a substitute for an NP, or that of determiners the, this and such. The choices are not random. Even so, the regulated patterns must not be construed as leading to a set way of organising discourse.

Consulter l'article

Cycnos | Volume 16 n°2

Discontinuité et individuation : application au nom, au nombre et à la détermination

“I. Définitions : du perceptif au linguistiqueApproche non techniqueI.1. Les concepts de discontinuité/continuité et d’individuation ont une définition non technique mais peuvent aussi être interprétés en termes linguistiques. Pour le Petit Robert, la discontinuité correspond à “l’absence de continuité”, ce qui est continu étant présenté comme “ce qui est composé de parties non séparées ; perçu comme un tout” ou encore “ce qui est sans lacune, ne présente pas de parties séparées”. Ce qui frappe dans ces définitions, c’est, outre la fréquenc...”

Consulter l'article

Cycnos | Volume 23 n°1

Still, even so, all the same et “l’effet trampoline”

Adverbial discourse markers still, even so and all the same seem to constitute a mini-system which can be analyzed in terms of enunciative operations involving the notional domain and the various treatments of ‘otherness’. And this, whether they are argumentative markers or markers involved in the cohesion of the discourse. What is here called ‘trampoline effect’ belongs to the second category, when the three markers appear in initial position in a paragraph. The choice between these adverbials may mark a change in enunciative plane or in enunciative source, or a modal evaluation in terms of what the ‘énonciateur’ considers to be the appropriate value in the situation.

Consulter l'article