Cycnos | Volume 23 n°2 Figures de femmes assassines - Représentations et idéologies - | R. ROMAN 

Delphine Cingal  : 

Rupture du contrat social, les meurtrières dans l’œuvre de P.D. James

Résumé

Cet article analyse l’attitude des femmes assassines dans l’œuvre de P.D. James par rapport à leur équivalent masculin. Il montre également comment l’enquête devient alors une herméneutique de l’expression féminine dans son acception la plus violente. Enfin, il se penche sur l’écho de cette violence sur l’auteure et sur la lectrice : existe-t-il une manière féminine d’écrire et de lire la violence ? Le roman policier est-il une manière d’assassinat par procuration, sans passage à l’acte, une catharsis des pulsions meurtrières ?

Abstract

This article describes women murderers in P.D. James’s detective fiction, as opposed to their masculine counterparts. It also shows that the masculine investigation becomes the hermeneutics of feminine violence as a means of expression beyond words. Finally, this study analyses the echo of violence on the woman author and her female readership: is there a feminine way of writing/ reading violence? Would detective fiction be a means of killing by proxy, without acting on one’s violent impulses, a catharsis for murderous instincts?

Index

mots-clés : auteure , épistémophilie, étranglement, lectrice, roman policier, scopophilie

Plan

Texte intégral

1Le XIXème siècle voit l’émergence d’un genre littéraire nouveau : le roman policier. Petit à petit, dans le récit criminel, le vol, l’enlèvement, la disparition de personnes font place à une systématisation de la violence physique la plus extrême : celle du meurtre. Le cadavre se place en travers du chemin herméneutique du détective. Celui-ci se heurte alors à la nécessité de nommer (les coups, le type de blessures infligées et, avant tout, la victime).

2Le corps supplicié est la page blanche dévolue à l’assassin, l’endroit où laisser sa marque. Parallèle tout trouvé entre l’acte d’écriture et l’assassinat, parenté entre l’auteure et ses personnages.

3Cette étude se proposera de faire un portrait des femmes assassines dans les romans de P.D. James en cherchant leur spécificité par rapport à leurs équivalents masculins. Pourquoi et comment tuent-elles ?

4Le cadavre, reliquat d’une attaque meurtrière, est également un signe laissé par la meurtrière à la disposition du détective. Quel est le sens du cadavre et comment doit-on le lire ?

5Enfin, dans une dernière partie, nous verrons les liens entre la lectrice et l’auteure d’un côté et la violence de l’autre. Existe-t-il une violence littéraire propre à la femme ?

6Si le meurtre est souvent marqué à l’aune de la pénétration (dague, couteau, balle), acte essentiellement masculin, il existe cependant dans le roman policier une grande quantité de meurtrières. Chez P.D. James, elles sont en nombre à peu près égal à celui des hommes. Elles tuent par poison (Unnatural Causes, Shroud for a Nightingale), par étranglement (Cover Her Face, Devices and Desires), par le feu (The Murder Room) ou, plus étrange, par utilisation de la claustrophobie de la victime (Unnatural Causes). Les modes de mise à mort sont le signe de l’aporie des rôles traditionnels dévolus aux femmes. Seules Elizabeth Leaming, dans An Unsuitable Job for a Woman, et Marion Bolam, dans A Mind to Murder, tuent par des armes pénétrantes. Elizabeth Leaming tue par arme à feu et Marion Bolam poignarde sa victime avec un ciseau à bois.

7Les méthodes auxquelles les meurtrières ont recours sont souvent des perversions des attendus. En effet, si l’homme voit la femme comme vierge ou mère ou putain, les personnages de P.D. James ne correspondent à aucun de ces critères. Pis encore, les meurtrières renversent les fonctions féminines traditionnelles.

8Le poison est le reflet en négatif de l’acte maternel de nutrition. Dans Shroud for a Nightingale, le premier meurtre est d’ailleurs commis par l’empoisonnement de lait. Lors d’un cours, les élèves infirmières testent l’alimentation intra-gastrique sur l’une de leurs camarades. Mais une partie du lait a préalablement été remplacée par un produit d’entretien. Cet ersatz de biberon, loin de donner la vie ou de soigner, donne la mort. Quelques pages plus loin, Jo Fallon, plus mûre que les autres élèves, est tuée par un verre de whisky empoisonné.

9Dans Unnatural Causes, Sylvia Kedge empoisonne l’alcool de son mari afin de se débarrasser à la fois d’un complice gênant et d’un obstacle entre elle et l’héritage de Maurice Seton. Par ailleurs, Sylvia a recours à l’arsenic utilisé par le Major Armstrong pour tuer sa femme (affaire criminelle réelle célèbre) et volé par Maurice Seton au Cadaver Club. Le modus operandi est alors une signature claire. Le meurtre a été commis par le conjoint. Sylvia provoque volontairement Adam Dalgliesh et l’engage dans une confrontation d’intellects. Étrangement, Unnatural Causes est probablement le roman de P.D. James le moins abouti car la tempête s’abat sur le village et en tentant de sauver Sylvia de la noyade ou de l’effondrement de sa maison, Adam Dalgliesh ne parvient qu’à arracher un petit sac qu’elle porte autour du cou et qui contient ses aveux.

10L’immolation de la victime dans The Murder Room est également un retournement de cette situation classique de la mère nourricière, au fourneau. Cette étrange cuisine mortifère est une perversion du rôle maternel de don de la vie. Elle retourne aussi l’image du feu de la vie. Le cuit n’est plus la culture face au cru de la nature. Il ne s’agit pas d’un ajout culturel, même s’il y a bien adjonction de sens dans la mesure où la meurtrière signe là son homicide, tout en le plaçant dans une métatextualité criminelle. En effet, Muriel Godby utilise les assassinats présentés dans The Murder Room comme modèle pour les siens propres.

11Dans Innocent Blood, la mère est doublement perverse : elle a abandonné son bébé et tué une petite fille que son mari venait de violer. Mary Ducton rejette d’ailleurs la responsabilité de cet abandon sur sa fille :

I did try. I wanted to love you. I wanted you to love me. But you didn’t respond, ever. You cried endlessly. Nothing I could do comforted you. You wouldn’t even let me feed you. (p. 285)

12Le refus de l’instinct maternel que constitue l’abandon est aggravé par l’étranglement de la petite victime, simplement pour qu’elle fasse silence, pour qu’elle cesse de pleurer. Le retournement carnavalesque des valeurs familiales s’achève, en fin de roman, sur la brève liaison entre Philippa, la fille des Ducton, et son père adoptif, Maurice.

13L’étranglement est bien plus qu’une provocation contre les conventions, il s’agit d’un défi à Dieu. La femme qui, comme Mrs. Maxie dans Cover Her Face, étouffe sa victime retire à celle-ci le souffle divin. Ce présent que Dieu a inscrit dans son pacte avec Adam, puis avec Abraham, faisant don à ce dernier du « h » de son nom, symbole du souffle divin.

14Étrangement, les mobiles féminins de meurtres sont bien différents de ceux des hommes : Shroud for a Nightingale et The Murder Room présentent des femmes assassines qui tuent pour protéger une autre femme. Il ne s’agit toutefois pas seulement d’un acte désintéressé, mais aussi d’une manière de s’assurer une emprise sur l’autre.

15Même dans les cas de meurtres commis de manière classiquement masculine, les mobiles semblent prendre une touche féminine. Marion Bolam poignarde sa cousine avec un ciseau à bois dans A Mind to Murder pour un mobile purement financier, même si celui-ci est modéré par le fait qu’elle avait besoin d’argent afin de pouvoir soigner convenablement sa mère. Dans le cas d’Elizabeth Leaming, il s’agit d’une réaction extrême dans un moment terrible, lorsqu’elle apprend que son ancien amant a tué leur fils. Elle abat alors le coupable. Ces deux femmes tuent donc pour préserver ou venger une unité familiale dont elles seraient l’ange domestique. Elles gardent une fonction essentiellement féminine. C’est également la défense de la cellule familiale qui est au centre de Cover Her Face et Devices and Desires. Si Alex Mair a protégé sa sœur Alice contre un père incestueux dans leur enfance, celle-ci protège à son tour son frère en empêchant Hilary de détruire sa vie et sa carrière. Dans Cover Her Face, Mrs Maxie tente de défendre son fils contre une femme qu’elle pense être un prédateur. Lorsque Sally Jupp la nargue, elle réagit violemment alors que l’objet de la confrontation n’était pas, à l’origine, un assassinat.

16Le meurtre féminin, dans l’œuvre de P.D. James, est un basculement perpétuel entre l’affirmation de valeurs vues comme féminines (soins, alimentation, amour, maintien de la cellule familiale…) et leur négation par le meurtre. Ethel Brumfett, dans Shroud for a Nightingale, est tout à la fois infirmière (et une excellente soignante avant tout) et assassine. Elle fait des miracles, se bat pas à pas au côté des patients, et pourtant elle tue deux de ses élèves, Heather Pearce et Jo Fallon. Mais peut-être n’est-ce pas vraiment un renversement, mais plutôt un prolongement du rôle traditionnel que l’on attribue aux femmes ?

17Ces femmes qui tuent par vengeance ou pour protéger autrui ne sont pas sans faire écho au poème de Kipling, « The Female of the Species » (1911)1.

But the Woman that God gave him, every fibre of her frame
Proves her launched for one sole issue, armed and engined for the same,
And to serve that single issue, lest the generations fail,
The female of the species must be deadlier than the male.
She who faces Death by torture for each life beneath her breast
May not deal in doubt or pity – must not swerve for fact or jest.
These be purely male diversions – not in these her honour dwells.
She the Other Law we live by, is that Law and nothing else.

18Seule demeure absolument mystérieuse Sylvia Kedge, la meurtrière du roman policier le moins réussi de P.D. James, Unnatural Causes. Handicapée, difforme, elle tue Maurice Seton pour se venger d’un geste blessant et Digby Seton par intérêt. Sa violence intérieure fait d’elle une véritable psychopathe, pendant féminin de Julius Court dans The Black Tower.

19En Grèce, sêmasignifiait tout à la fois le signe figuratif et la tombe. Aristote, par un jeu de mots sur sêma/sôma voyait dans le corps le tombeau de l’âme, un obstacle à l’aspiration de s’élever. Le roman policier saisit le corps au moment où l’âme est libérée, doute parfois qu’elle ait pu exister. Le corps est alors non plus sôma, mais sêma. Il est signe, signature du meurtrier. Lorsque les enquêteurs travaillent sur une série de meurtres, ils la renvoient à un même criminel quand ils observent une « signature » commune (celle du « Siffleur » dans Devices and Desires ou celle de Muriel dans The Murder Room).

20La mise à mort est un acte langagier. L’inscription du sens dans La Colonie pénitentiaire de Kafka est une inscription sémantique () où la peine infligée est imprimée, signifiée, sur le corps supplicié. Le défi essentiel aux lois immanentes et transcendantes que constitue l’assassinat se signe sur le corps de la victime.

21Le meurtre est une manière de s’exprimer barbare (au sens de  qui ne sait parler). Lorsque le langage est insuffisant, lorsqu’il devient impossible de parlementer, l’acte dépasse souvent la parole. Au moment même où Sally Jupp refuse la conversation et pousse Eleanor Maxie dans ses derniers retranchements, elle provoque la fin du mot et un dépassement du sens par le prolongement de l’action.

22Lorsque la Pythie transmet la parole divine, son sens doit être décodé par les prêtres. Les hommes confisquent la parole. Dans les romans de P.D. James, à l’exception de Innocent Blood et les deux romans dont Cordelia Gray est la détective (et qui s’achèvent sur l’échec de l’enquêtrice à amener les tueurs devant un tribunal), c’est un homme, Adam Dalgliesh, qui doit découvrir le récit caché du meurtrier ou de la meurtrière. C’est lui qui rend son sens à la parole barbare. C’est lui qui permet au mort (au sôma) de s’exprimer, de faire sens (sêma)

23Dans le roman policier, le détective se doit de dégager le sens du meurtre : comment ? pourquoi ? par qui ? Le whodunnit est essentiellement la quête par un récit présent (celui du détective) d’un récit absent (celui du meurtrier). Le corps est alors la Pierre de Rosette du détective.

24Le cadavre, objet d’inscription pour le tueur et de déchiffrage pour l’équipe enquêtrice, est démembré, fragmenté et soumis au regard scrutateur du légiste. Il est alors passif et, par conséquent, féminisé. Selon Peter Brooks dans Body Work, le corps, objet de désir fuyant, ne prend toute sa cohérence qu’une fois mort. La scopophilie, apparentée par Peter Brooks à l’épistémophilie, s’illustre dans le roman policier sous le regard désirant de l’enquêteur. La vérité latente, cachée, couverte doit être révélée. Toutefois, la possession totale de l’autre, même par le savoir, est toujours impossible. Le cadavre échappe toujours à son observateur. Sa personnalité, dans les romans de P.D. James, demeure fugace et insaisissable.

25Ce processus de connaissance que Jean-Paul Sartre métaphorise dans L’Être et le Néant à travers le mythe de Diane et Actéon est essentiellement une féminisation du corps (Diane) et une masculinisation scientifique du regard (Actéon.) Toutefois, Sartre omet de mentionner la punition infligée à Actéon, lacéré par les chiens. Le regard masculinisé sur le corps féminisé n’est pas sans conséquences. La punition est inévitable.

26Dans l’enquête, le corps perd alors son aspect sacré. Adam Dalgliesh, conscient que la sphère privée devient publique dès qu’un meurtre est commis, souffre de cet état de fait, mais il sait aussi qu’il doit retrouver le coupable. Il n’a d’autre choix que de laisser le légiste accéder au cadavre et ses détectives à la vie privée de la victime.

27Actéon déchiqueté par les chiens, c’est le surgissement du roman noir dans la trame du roman à énigme. Tout comme Philip Marlowe dans le hard boiled, le détective contemporain – ainsi que les proches de la victime et les divers suspects de l’enquête – ne sort jamais indemne de son enquête. Dans le cas d’Adam Dalgliesh, il transfère sa douleur dans une poésie terriblement empreinte de souffrance. L’influence de son travail apparaît dans les titres de ses recueils : « Invisible Scars » (The Black Tower) et « A Case to Answer and Other Poems » (Devices and Desires)

28Cette scopophilie détruit tout à la fois celui qui regarde et ceux qui sont regardés. La vie des victimes et des suspects est mise à nu, les relations humaines détruites. (Le couple harmonieux de Stella Mawson et Angela Fowley, dans Death of an Expert Witness, se termine par la mort de Stella ; dans A Taste for Death, Emily Wharton est privée de la compagnie de Darren Wilkes, etc.)

29Le détective, voyeur et détenteur de l’herméneutique du corps, confisque alors la parole rendue muette (celle de la victime) et celle qui, après avoir dépassé l’expression verbale, se cache (celle du meurtrier ou de la meurtrière.) Toutefois, l’auteure reprend alors le rôle d’interprète. C’est finalement elle qui prend en main le récit, manipule les personnages et met à jour le sens.

30En 1993, dans une interview type préparée pour ses lecteurs, P.D. James soutenait également la théorie selon laquelle le roman policier permettrait de se décharger de sa pulsion de mort :

The classical detective story is rather like the modern morality play. It can provide catharsis, a means by which both writer and reader exorcise irrational feelings of anxiety or guilt.2

31Dans Death of an Expert Witness, Middlemass explique que le meurtre provoque même une certaine euphorie dans la mesure où l’on ressent avec excitation la présence du danger, mais où l’on n’en est pas soi-même la victime.

Murder is beastly, embarrassing, and inconvenient. But I doubt whether anyone is feeling a purely personal grief. And other people's tragedies, other people's danger, always provoke a certain euphoria as long as one is safe oneself. (pp. 98-99)

32C’est probablement ce qui peut expliquer les succès des romans policiers : le lecteur est séparé d’un dangereux tueur par la frontière entre fiction et réalité. Toutefois, il est témoin de meurtres et peut s’identifier tour à tour au tueur, à la victime, aux suspects, au détective.

33Les pulsions des lecteurs et des écrivains de romans policiers sont toutefois bien plus complexes qu’une simple angoisse face à la mort. Il s’agit aussi d’une excitation presque sensuelle. Ce sentiment apparaît parfois chez certains personnages de P.D. James. Par exemple, Claudia Etienne est excitée sexuellement par les enterrements :

She said: “I wonder why one always feels randy after a funeral. The potent conjunction of death and sex, I suppose. Did you know that Victorian prostitutes used to service their clients in graveyards on the flat tops of the tombs?” (Original Sin, p. 63)

34En ce sens, au travers de personnages fictifs, le roman policier permet de ré-apprivoiser la mort et de se la réapproprier. Il évacue le risque physique, limite l’horreur au niveau d’un monde irréel et la cantonne dans un nombre de pages déterminé, bien visible dès le choix du livre par le lecteur.

35Toutefois, il est possible de se demander s’il existe une particularité féminine tant dans les choix d’écriture que de lecture ? Pourquoi tant de femmes écrivent et/ou lisent des romans policiers ?

36En effet, le roman à énigme semble avoir été largement investi par les auteurs féminins. Pendant la période de l’Âge d’Or (dans les années 1920-1930), elles étaient de véritables Reines du Crime : Agatha Christie, Dorothy Sayers, etc. Mais, cette tendance n’a pas perdu de sa force, bien au contraire. Qu’elles écrivent sous leur propre nom (Margery Allingham , Ngaio Marsh, Gladys Mitchell, Patricia Moyes, Ruth Rendell, June Thompson, Val McDermid…), sous pseudonyme féminin (Amanda Cross, Emma Lathen, Elizabeth Peters, Josephine Tey, Alice Tilton, Anne Perry, Patricia Cornwell, Kathy Reichs, etc.), sous pseudonyme masculin (Edward Candy, Craig Rice, Joseph Shearing, Stanton Forbes, Anthony Gilbert…) ou encore en utilisant des initiales (R.B. Dominic, E.X. Ferrars, M.V. Heberden et P.D. James), elles sont de plus en plus nombreuses à prendre leur plume pour partager le monde subtil de leurs intrigues quelque peu sadiques.

37La même question se pose au niveau des lectrices de romans policiers qui, selon Renaud Bombard, composeraient 70 à 80% du public total3. Ce genre serait-il plus féminin que masculin ?

38Dans un article daté du 11 juillet 19974, Michel Abescat a constaté ce phénomène, tout en signalant que l’idée de « polar féminin » est souvent rejetée par les femmes écrivains elles-mêmes. Dans cet article, Andrea Japp explique :

Les femmes sont encore considérées comme les gardiennes du couple, de la famille, de l’enfant. Elles réfléchissent encore en fonction de ces données-là, que les hommes n’évoquent que rarement. Le regard qu’elles portent sur le meurtre, la guerre, le chômage, la société en général, en garde forcément la trace… Leur rapport à la violence est également différent.

39Existe-t-il donc une particularité qui attirerait les femmes vers le genre policier, qu’elles soient lectrices ou écrivains ? Dans ses interviews, P.D. James propose une certaine quantité de pistes : les femmes seraient plus attachées aux détails quotidiens, triviaux ainsi qu’à la personnalité des gens qu’elles rencontrent. Elles comprendraient mieux les émotions humaines. Mais le roman policier aurait aussi une fonction cathartique que les femmes s’approprieraient.

40Dans une interview accordée à Homearts, P.D. James expliquait :

I think I have a fear of violence - of psychological violence, of physical violence, of violence in society, generally - and certainly in writing detective stories I attempt to make sense of that : to produce order out of chaos, to produce solutions out of problems, to rearrange the terror by making it fictional. It's probably a way of dealing with my own internal chaos, I dare say. One psychiatrist said that creativity is the successful resolution of internal conflict. But in my case, where the internal conflict comes from in the first place is a mystery that I haven't solved.5

41Dans sa préface à L’Âge d’homme, « De la littérature considérée comme une tauromachie », Michel Leiris analysait l’aspect cathartique de la littérature, en particulier dans son aspect de respect générique. Ce que Leiris appliquait à l’autobiographie peut aisément être détourné au profit du roman policier :

D’une manière générale, on peut dire que la règle tauromachique poursuit un but essentiel : outre qu’elle oblige l’homme à se mettre sérieusement en danger (tout en l’armant d’une indispensable technique), à ne pas se défaire n’importe comment de son adversaire, elle empêche que le combat soit une simple boucherie ; aussi pointilleuse qu’un rituel, elle présente un aspect tactique (mettre la bête en état de recevoir le coup d’estoc, sans l’avoir fatiguée, toutefois, plus qu’il n’était nécessaire) mais elle présente aussi un aspect esthétique : c’est dans la mesure où l’homme « se profilera » comme il le faut lorsqu’il donnera son coup d’épée que dans son attitude il y aura cette arrogance […]6

42Pour Michel Leiris, l’écriture est par essence, une mise en risque de la personne de l’auteur qui ouvre ses souffrances à ses lecteurs.

43Il ne s’agit donc pas seulement de lécher ses plaies mais, parfois, bien au contraire, d’y verser du sel. Ainsi, P.D. James semble revenir sur certains thèmes particulièrement douloureux que l’écriture ne parvient pas à résoudre : l’échec du couple, l’insatisfaction sexuelle, l’exploitation des femmes et leur difficulté à se faire une place dans la société…

44En ce sens, on pourrait appliquer à l’œuvre de P.D. James, comme à la majorité des créations artistiques, le terme de sublimation, introduit par Freud en psychanalyse. La sublimation est le détournement de pulsions « basses » (sexuelles par exemple) vers des buts artistiques. Elle permet ainsi de libérer le sujet à la fois de la poussée de la pulsion et des exigences de la censure en permettant à celle-là de s’accomplir dans des entreprises non répréhensibles pour celle-ci.

45Comme ses collègues, P.D. James mettrait donc une bonne partie d’elle-même, de ses frustrations et de ses désirs, dans ses romans.

46L’un des thèmes les plus prégnants, chez P.D. James, est le statut de la femme dans la société. Il existe plusieurs cas de personnages féminins tentant de faire carrière et qui se heurtent à un monde masculin : Cordelia Gray (qui se voit souvent reprocher que son métier ne convient pas à une femme – “an unsuitable job for a woman”), Kate Miskin (qui tente de prouver sa valeur face à ses collègues masculins), Venetia Aldridge (dont le carriérisme passe pour de la dureté), ainsi qu’un grand nombre de très jeunes femmes dont l’entrée dans le monde du travail remet en cause les projets plus traditionnels de mariage et de famille (Mandy Price, Jenny Priddy ou Brenda Pridmore).

47Il est peut-être difficile pour un jeune lecteur de comprendre ce qu’une femme née en 1920 a pu subir comme humiliations dues à son sexe. Toutefois, P.D. James s’est expliquée de façon assez poignante à ce sujet dans Bookmark, un reportage consacré à son œuvre7, ainsi que dans ses Mémoires8. Le spectateur ou le lecteur touche alors du doigt la tragédie en découvrant la fin forcée des études à seize ans, la difficulté à garder son emploi une fois mariée, la nécessité de s’occuper d’un mari traumatisé par la guerre, incapable de se remettre d’une maladie psychiatrique que les autorités refusaient de considérer comme une conséquence des batailles.

48À ce sujet, il serait intéressant de se pencher sur Le Temps des malentendus (1992) ou le premier chapitre de La Cause des femmes (1978) de Gisèle Halimi. De sept ans la cadette de P.D. James, Gisèle Halimi a pourtant vécu des expériences similaires.

49Pour tenter de cerner le problème de la femme avant les grandes victoires féministes, il est bon de revenir sur certaines phrases clefs de l’analyse de Gisèle Halimi :

Naître femme, pour ma génération, c’était faire partie de cette moitié de l’humanité qui, jusqu’à sa mort, subirait toutes les discriminations. […] Devenir femme relevait d’une condition objective dont l’essentiel était l’infériorisation et l’irresponsabilité.9

50Dans la société britannique cloisonnée, héritière de l’ère victorienne, ceci suffit peut-être à expliquer le nombre de femmes qui ont jugé bon de se débarrasser de certains carcans grâce à leur plume, en décrivant des héroïnes libres de leurs choix et de leurs mouvements. On trouve de tels personnages dès The Sittaford Mystery (1920) d’Agatha Christie, sous les traits d’Harriet Vane chez Dorothy L. Sayers, sous ceux de Cordelia Gray, Kate Miskin et Venetia Aldridge dans l’œuvre de P.D. James.

51Ce traumatisme qui revient, tant dans les interviews de P.D. James que dans son œuvre, marque une certaine forme de révolte face à un fatalisme qui sacrifiait l’intelligence féminine face à la situation masculine.

52La colère d’Hilda Rolfe dans Shroud for a Nightingale est probablement une version exacerbée de celle de son auteur. P.D. James, en son nom propre, n’exprimerait jamais une telle violence, et surtout pas pour défendre les relations lesbiennes. Toutefois, cette colère est probablement aussi celle de l’auteur.

I wanted to do medicine but I had a father, who didn't believe in educating women. I'm forty-six, remember. When I was at school we didn't have universal free grammar school education. Father earned too much for me to get a free place, so he had to pay. He stopped paying as soon as he decently could, when I was sixteen. (p. 151)

53Le thème récurrent des femmes opprimées par les hommes tant au niveau de leur éducation qu’à celui de la hiérarchie montre bien à quel point cette situation a été insupportable aux yeux de P.D. James.

54P.D. James admet, comme la plupart des auteurs féminins, qu’écrire est pour elle une façon de réguler sa violence intérieure :

She has said that everyone has an instinct to kill. Now she clarified her satement : Anyone might kill “in self-defense or in defense of the innocent,” as with a mother protecting her young. “But I can’t see myself plotting or planning the death of another however much I disliked that person.” She added, “I might quite rejoice in their death if it happened.”

But as a novelist, she plots and plans to kill people. “This may just be how I’m coping with a murderous instinct. If I want to murder, well I can just write another book and get it out of my system.”10

55L’un des thèmes de colère particuliers à P.D. James est justement la situation des femmes. Beaucoup de personnages féminins vivent la discrimination que P.D. James a subie. Elles ont dû sacrifier une longue éducation et quitter le système scolaire à seize ans pour travailler. C’est, entre autres, le cas de Cordelia Gray.

56Mais, à l’intérieur du monde du travail, les femmes subissent aussi des pressions particulières. Kate Miskin se fait le porte-parole, dans l’œuvre de P.D. James, de celles qui sont prêtes à se battre.

57Le thème de l’indépendance féminine aux dépens des valeurs traditionnelles (« Kirche, Kinder, Küche »11 pour citer les trois K nazis) revient avec d’autant plus de force sous les traits de Venetia Aldridge qui, outre qu’elle a abdiqué son rôle d’épouse traditionnelle au profit de sa carrière, a également renoncé à ce que l’on appelle communément l’instinct maternel.

58Bref, être femme, anglaise et née avant 1935, peut-être est-ce le terreau idéal pour faire un grand écrivain de whodunnits ?

59En effet, contrairement au roman noir, le roman à énigme ne propose pas une violence immédiate, mais plus détournée, plus calculée. Une fille bien élevée ne règle pas ses conflits à coups de poings à la sortie de l’école.

60On ne saurait couper un choix d’écriture (catégorie générique, style, etc.) de l’expérience personnelle de ce qu’être une femme veut dire. Dans les divers entretiens que des auteurs de romans policiers ont pu m’accorder, deux tendances nettes se dégageaient à la question : « pourquoi avez-vous choisi d’écrire et pourquoi votre choix s’est-il posé sur la littérature policière ? ». À quelques exceptions masculines près, les hommes déclaraient souhaiter faire le portrait d’une société noire, matérialiste, dépersonnalisante. Les auteures dataient la trame de leur premier roman policier d’une expérience personnelle. Faute de pouvoir tuer un(e) collègue de bureau, un mari, un(e) voisin(e), elles transposaient leur désir de s’attaquer au  en une attaque littéraire, faisant de ce  (sôma) un  (sêma)– un objet littéraire sur lequel transférer son agressivité. Ce transfert se retrouve également chez les lectrices de roman policier que j’ai pu interviewer. Il s’agit d’un panel construit de manière non systématique, mais autour d’une liste de discussion consacrée au roman policier existant depuis dix ans. Les femmes reconnaissent souvent leur attirance pour le roman policier, et surtout pour le roman à énigme, qui leur donne la possibilité de se mettre à la place du tueur et de voir comment ne pas se faire arrêter si elles devaient commettre un crime. Elles projettent leur ennemi(e) dans la victime et se projettent dans l’asssassin. Ce processus de catharsis permet d’évacuer les instincts les plus violents. Les films policiers jouent ce rôle également.

61Une analyse récente de deux chercheurs en science politique, Annie Collovald et Erik Neveu, Lire le noir : Enquête sur les lecteurs de récits policiers, indique le désir des lecteurs de romans policiers de retrouver à la fois une réalité sociale et émotionnelle.

Ce réalisme « émotionnel » ne se fixe pas tant sur la vérité sociologique des faits rapportés ou la plausibilité des intrigues, que sur le fait que les émotions et les affects mis en scène par les personnages puissent être rapportés aux expériences des consommateurs. (p. 190)

62Toutefois, Annie Collovald et Erik Neveu s’attachent essentiellement à l’expérience sociale retrouvée dans le roman policier. Leur étude ne se penche pas sur l’affect et sur la psychologie profonde du lecteur (qui n’est pas leur domaine de recherches). Il faudrait sûrement une analyse plus poussée du désir, de l’ (Eros) et du  (Thanatos) en lutte dans la psychologie du lecteur ou de l’auteur. Une sorte de rapport Kinsey des passions secrètes de la lectrice et de l’auteure de polars reste à faire.

Notes de bas de page numériques

1 Rudyard Kipling. Rudyard Kipling’s Verse: Inclusive Edition 1885-1918. London : Hodder and Stoughton, 1919.
2 P.D. James, « Interview type ». 1993. (voir thèse de Delphine Kresge-Cingal)
3 Michel Abescat, « Des femmes contre les stéréotypes machistes » dans Le Monde des livres. 11/7/97. Reprise dans Le Monde dossiers et documents littéraires : Flics et privés. N° 24, Juillet 1999, p. 6.
4 Ibid.
5 Marion Long; “A Certain Writer : P.D. James”. Homearts, 1998 (article internet qui n’est plus en ligne).
6 Michel Leiris. L’Age d’homme. Paris : Folio Gallimard, 1992, pp. 19-20.
7 Bookmark: P.D. James réalisé par Randall Wright. BBC, 1992. 50 mn.
8 P.D. James, Il serait temps d’être sérieuse… Fayard, 2000. (Time to be in Earnest. Faber and Faber, 1999.)
9 Gisèle Halimi. Le Temps des malentendus dans La Cause des femmes. Paris: Folio, 1992, p. XIII.
10 Mel Gussow. “P.D. James : The Indelicate Subject of Murder.” International Herald Tribune (5/2/98)
11 « Eglise, enfants, cuisine », tels étaient les trois rôles dévolus à la femme selon les nazis allemands.

Bibliographie

Sources primaires

James P.D. :

Cover Her Face (À visage couvert) Londres : Faber and Faber, 1962. (édition. utilisée : London : Penguin Books, 1989. 207 p.)

A Mind to Murder (Une Folie meurtrière) Londres : Faber and Faber, 1963. (édition utilisée : Londres : Sphere Books, 1987. 221 p.)

Unnatural Causes (Sans les mains) Londres : Faber and Faber, 1967. (édition utilisée : Londres : Sphere Books, 1973. 218 p.)

Shroud for a Nightingale (Meurtres en blouse blanche) Londres : Faber and Faber, 1971. (édition utilisée : Londres : Sphere Books, 1973. 300 p.)

An Unsuitable Job for a Woman (La Proie pour l’ombre) Londres : Faber and Faber, 1972. (édition utilisée : Londres : Sphere Books, 1986. 205 p.)

The Black Tower (Meurtre dans un fauteuil) Londres : Faber and Faber, 1975. (édition utilisée : Londres : Sphere Books, 1977. 288 p.)

Death of an Expert Witness (Mort d’un expert) Londres : Faber and Faber, 1977. (édition utilisée : New York : Warner Books, 1987. 352 p.)

Innocent Blood (La Meurtrière) Londres : Faber and Faber,1980. (réédité à Londres : Penguin Books, 1989. 313 p.)

The Skull Benath the Skin. Londres : Faber and Faber, 1982. (édition utilisée : Londres : Penguin Books, 1989. 372 p.)

A Taste for Death (Un Certain goût pour la mort) Londres : Faber and Faber, 1986. (édition utilisée : New York : Warner Books, 1987. 497 p.)

Devices and Desires (Par action et par omission) Londres : Faber and Faber, 1989.

Original Sin. Londres : Faber and Faber, 1994. 426 p.

A Certain Justice. Londres : Faber and Faber, 1997. 390 p.

Death in Holy Orders. Faber and Faber, 2001.

The Murder Room (La Salle des meurtres)  Faber and Faber, 2003.

Sources secondaires

Anzieu Didier :

Le Moi-peau. Paris : Dunod, 1985.

Le Corps de l’œuvre. Paris : NRF, 2002.

Brooks Peter : Body Work. Objects of Desire in Modern Narrative. Harvard : Harvard University Press, 2003

Butler Judith : Bodies That Matter. New York/Londres : Routledge, 1993.

Collovald Annie et Neveu Erik : Lire le noir : Enquête sur les lecteurs de récits policiers. Paris : Biblio. Centre Pompidou, 2004.

Maertens Jean-Thierry :

Ritologiques 4 : Dans la peau des autres. Paris : Aubier, 1978.

Ritologiques 5 : Le Jeu du mort. Paris : Aubier, 1979.

Pour citer cet article

Delphine Cingal, « Rupture du contrat social, les meurtrières dans l’œuvre de P.D. James », paru dans Cycnos, Volume 23 n°2, mis en ligne le 07 novembre 2006, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=664.


Auteurs

Delphine Cingal

Delphine Cingal est Maître de Conférences à l’Université de Panthéon-Assas-Paris II. Elle a soutenu une thèse sur P.D. James à la Sorbonne en 2000. Elle est l’auteur de nombreux articles sur le roman policier. Elle travaille actuellement sur l’image du corps dans la littérature britannique des XIXème et XXème siècles.